Présentations MotoGP 2017

Viñales - "La Yamaha me permet d'exprimer mon meilleur pilotage"

Véritable phénomène de la présentation de la nouvelle Yamaha ce jeudi à Madrid, l'Espagnol tentera de poursuivre sa progression fulgurante dans la discipline, en se frottant à ce qui se fait de mieux en MotoGP : Valentino Rossi.

Chez Yamaha, un Espagnol chasse l’autre à l’orée de la nouvelle saison de MotoGP, Maverick Viñales remplaçant Jorge Lorenzo pour la saison 2017. Et c’est peu dire que le jeune pilote de 22 ans a constitué l’attraction de la présentation organisée jeudi par la marque aux diapasons, à Madrid.

Après une année 2016 remarquable, marquée par une progression constante qui a vu l’Ibère signer son premier podium (troisième lors du Grand Prix de France au Mans) mais aussi et surtout son premier succès dans la discipline début septembre à Silverstone, celui-ci va donc tenter de franchir un nouveau cap en se mesurant à l’une des références du MotoGP : Valentino Rossi.

Mais avant de battre le nonuple champion, l’Espagnol doit poursuivre son acclimatation à l’univers Yamaha. Un processus plutôt bien lancé selon lui. "Ça parait incroyable. Je me sens déjà très bien dans l’équipe […]. Je suis donc très motivé. Signer avec Yamaha c’était l’objectif, cette année travailler très dur, et faire tout ce que je peux pour être le meilleur Maverick possible."

Un premier bout d'essai réussi

Une démarche proactive au sein de sa nouvelle équipe, qui a déjà été récompensée lors des tests de Valence, en novembre dernier, lorsque le Catalan a signé le meilleur chrono. "L’an dernier, quand j’ai suivi l’équipe Yamaha je savais que la moto était très rapide. Quand je suis monté sur la Yamaha j’ai juste essayé de piloter comme je sais le faire, et la moto était très bonne. J’étais très rapide, j’ai été un peu surpris de pouvoir aller si vite, juste en quelques jours."

Des essais post-saison de bon augure, qui ont été suivis par une nouvelle séance, privée cette fois, sur le tracé de Sepang en Malaisie. Un test qui a permis à Viñales de se familiariser encore un peu plus avec sa nouvelle machine, et de constater avec bonheur que la YZR-M1 sied à son pilotage. "La Yamaha est une excellente moto", poursuit l’Espagnol. "Et elle me permet d’exprimer mon meilleur style de pilotage. Je suis un pilote qui soulève très rapidement la moto, et qui profite au maximum des possibilités offertes par les pneumatiques. Et de cette façon je vais pouvoir m’exprimer au maximum au guidon de la M1."

Si tous les voyants sont au vert à l’heure d’aborder sa troisième saison en MotoGP, Maverick Viñales concède néanmoins qu’il lui faudra beaucoup d’huile de coude pour parvenir à atteindre un seuil de compétitivité, lui qui a fait des étincelles en 2016 en terminant à la quatrième place du championnat. "Ce n’est jamais facile de changer, que ce soit de catégorie ou d’usine […]. C’était beaucoup plus difficile du Moto2 au MotoGP, car il y avait plein de choses à prendre en compte, en particulier l’électronique qui a été une partie difficile pour moi. Il y a beaucoup de boulot. Normalement je travaille vraiment dur et l’an dernier a été une bonne année. Cette année j’espère pouvoir faire ce que j’ai en tête. Ce sera vraiment très difficile, mais nous nous battrons."

La référence Rossi

La tâche ne s’annonce pas des plus aisées pour Viñales , qui au-delà de la nécessité de s’adapter rapidement à sa nouvelle moto, devra soutenir la comparaison avec son illustre coéquipier, Valentino Rossi. De plus de 16 ans son aîné, "the Doctor" détient en effet de beaux restes, comme il l’a témoigné l’an passé en terminant devant son ancien coéquipier Jorge Lorenzo au classement. Une performance qui suscite l’admiration de Viñales. "Comment peut-il être une référence après tant d’années ? Il doit y avoir un secret. Chaque année je sens que le niveau du MotoGP est plus haut, mais Valentino est toujours là à gagner."

Mais que Viñales se rassure, le respect entre les deux pilotes est réciproque, Rossi se déclarant lui-même comme impressionné par les prestations et la progression de son nouveau binôme. "Il a déjà marqué beaucoup de points l’an passé", rappelle le pilote italien, qui s’avance à un pronostic. "Cette année il sera à coup sûr davantage compétitif, et je pense qu’il peut se battre pour le championnat."

Il est vrai que le pilote au numéro 46 en connaît un rayon en matière de coéquipier performant, lui qui a dû cohabiter, parfois avec quelques grincements, avec Jorge Lorenzo de 2008 à 2010 puis de 2013 à 2016. "Dans notre équipe, j’ai pris l’habitude d’avoir un coéquipier de haut niveau avec Jorge [Lorenzo]. Maverick m’a déjà beaucoup impressionné dès le premier jour. Sur le fond je préférerais qu’il ait besoin d’un peu plus de temps pour aller vite, mais malheureusement pour moi il est déjà très fort. Nous pouvons faire un bon travail ensemble pour améliorer la moto et essayer de l’amener sur le podium chaque week-end."

Direction Sepang

Car si l’intégration de Viñales semble se passer pour le mieux, beaucoup de travail reste en revanche à accomplir sur la nouvelle Yamaha. Viñales  ne se fait guère d’illusion, il faudra cravacher lors des prochains tests en Malaisie puis à Phillip Island pour rendre celle-ci compétitive et à même de viser le titre en 2017. "L’objectif des tests à Sepang et en Australie est de travailler en vue de la première manche de la saison, au Qatar, ce qui est actuellement le plus important. Et aussi travailler pour essayer d’avoir une bonne moto pour pouvoir voir le bout des courses les plus rudes, c’est la clé. Nous avons neuf jours pour nous entraîner et travailler sur la moto et j’espère arriver à la première course de l’année en connaissant bien la moto et en me préparant pour pouvoir être compétitif."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Présentation Yamaha MotoGP
Sous-évènement Présentation
Pilotes Valentino Rossi , Jorge Lorenzo , Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités
Topic Présentations MotoGP 2017