Viñales : "Le podium à Jerez, c'est un peu comme une victoire"

L'Espagnol n'a pas caché sa satisfaction de figurer dans le top 3 à l'issue de la course, sur un circuit qui est d'habitude peu favorable à lui et sa machine.

Viñales : "Le podium à Jerez, c'est un peu comme une victoire"
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Si l'éclaircie dans le début de saison bien sombre de Maverick Viñales était attendue avec impatience, peu auraient cru que celle-ci allait poindre à Jerez, sur l'une des pistes les plus difficiles pour Yamaha et le pilote espagnol.

L'entame du week-end du numéro 12 a d'ailleurs été tout sauf flamboyante, et il a fallu attendre les qualifications pour que l'Ibère connaisse un regain de forme avec la cinquième place sur la grille.

Lire aussi :

L'importance d'un départ réussi

Mais restait encore à assurer le départ, point faible avéré du pilote Yamaha, et qui a compromis à de trop nombreuses reprises ses résultats lors des dernières courses. Mais cette fois-ci, pas de places de perdues à l'extinction des feux, bien au contraire : Viñales avait gagné un rang à l'issue du premier tour, et aurait même pu monter encore d'un cran si sa tentative de dépassement sur Fabio Quartararo dans le dernier virage n'avait pas échoué.

Dès lors, l'Espagnol a pu dérouler et est resté fermement ancré dans le groupe de tête jusqu'à la fin de l'épreuve. "Je pense que le résultat est lié au départ", a-t-il expliqué après la course. "Nous avons fait de nombreuses erreurs lors des courses précédentes, où je ressentais pourtant plus de rythme qu'ici à Jerez. L'idée était d'être dans le coup dès les premiers tours, c'était le premier objectif. C'était un objectif très important pour moi et pour l'équipe."

Le fait de revenir sur le podium, pour la première fois depuis sa victoire à Phillip Island en octobre dernier, sur un circuit aussi difficile d'habitude pour lui est un encouragement inestimable pour Viñales, qui a pu gérer sa fin de course et résister aux pilotes officiels Ducati grâce à une bonne maîtrise de l'usure de ses gommes.

"La confiance est bonne, et le fait d'être sur le podium ici à Jerez c'est un peu comme une victoire car c'est une piste où je souffre vraiment, pour moi c'est l'une des pires du calendrier", a-t-il assuré. "C'était très important de rester devant les Ducati car elles attaquaient très fort à la fin de la course. J'ai vraiment donné le meilleur de moi-même jusqu'à la fin de la course."

Lire aussi :

Du mieux avait déjà été pressenti lors de la dernière manche, aux États-Unis, mais un départ anticipé avait ruiné sa course, alors même qu'il semblait avoir trouvé la martingale pour prendre de bons envols.

"Nous avons beaucoup travaillé sur les départs ce week-end en essayant de trouver une méthode pour être, disons, plus réguliers", poursuit-il. "Finalement je pense que nous avons trouvé comment faire, mais c'était déjà le cas à Austin, où j'ai simplement bougé à la dernière seconde à cause de l'engagement de la vitesse avec l'embrayage [il a été pénalisé d'un ride-through pour cela]. C'est dommage car sur cette course je me sentais bien. Mais aujourd'hui c'était important de bien démarrer et d'être là dans les premiers tours. Heureusement nous avons compris le comportement des pneus et nous avons pu les économiser un peu dans les premiers tours pour être rapides sur la fin, chose qui est toujours importante à Jerez."

Et donc de contrer la charge des Ducati officielles dans les derniers tours. Mais en dépit de son podium, le pilote Yamaha ne veut pas se voir trop beau, trop conscient que la marque aux trois diapasons a emmagasiné un trop important retard ces deux dernières années pour pouvoir fanfaronner.

"À Jerez je ne m'attendais pas à être sur le podium car c'est une piste où je rencontre vraiment des difficultés", insiste-t-il. "Je crois que mon meilleur résultat ici est une sixième place [en 2016 avec Suzuki et en 2017 avec Yamaha]."

Lire aussi :

Une journée d'essais pour rien ?

Le numéro 12 et son équipe ont donc réalisé une belle avancée, mais il sera difficile de trouver de nouveaux gains lors de la journée de tests prévue demain sur le circuit andalou. En effet, le gommage de la piste tout au long du week-end, lié au passage des différentes catégories, fait que le niveau d'adhérence, très élevé, ne sera pas représentatif de ce qu'il pourra être sur la majorité des autres week-ends de course.

"C'est certain, nous avons progressé, mais il reste encore beaucoup de travail", admet Viñales. "Yamaha fait du bon boulot, mais il y a encore beaucoup de marge pour progresser, et moi je dois encore comprendre la moto, car ma façon de piloter en accélération/freinage n'est peut-être pas la meilleure pour la moto. Donc je dois également progresser, tout ne tourne pas autour de la moto. Ce sera très important de comprendre cela, mais comme je l'ai dit demain il y aura du grip, et la moto va bien fonctionner. C'est important de comprendre un jour de course comment je peux être meilleur."

Le top 5 du GP d'Espagne :

P. Pilotes Moto Temps Écart
1 Spain Marc Márquez Honda 41'08.685  
2 Spain Álex Rins Suzuki 41'10.339 1.654
3 Spain Maverick Viñales Yamaha 41'11.128 2.443
4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 41'11.489 2.804
5 Italy Danilo Petrucci Ducati 41'13.433 4.748

partages
commentaires
Rossi "joue la défense" et sauve une 6e place

Article précédent

Rossi "joue la défense" et sauve une 6e place

Article suivant

Lorenzo : "Dur de revenir à la même situation qu'il y a deux ans"

Lorenzo : "Dur de revenir à la même situation qu'il y a deux ans"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021