Viñales : "Rester devant" est la "meilleure façon" d'aider Espargaró

Maverick Viñales a confirmé ses progrès en s'invitant sur la première ligne au GP de Grande-Bretagne, du jamais-vu depuis son arrivée chez Aprilia. L'Espagnol espère "concrétiser" en course, sachant qu'Aleix Espargaró est diminué et qu'un bon résultat priverait leurs rivaux de points.

Viñales : "Rester devant" est la "meilleure façon" d'aider Espargaró
Charger le lecteur audio

Il faut à nouveau compter avec Maverick Viñales en MotoGP. L'adaptation de l'Espagnol à l'Aprilia a duré près d'un an mais ses performances depuis le début du week-end à Silverstone et sa deuxième place en qualifications ont confirmé son retour au premier plan, après un GP d'Allemagne où il était dans la roue d'Aleix Espargaró quand un souci de holeshot device l'a stoppé et un GP des Pays-Bas qui l'a vu renouer avec le podium.

Jamais Viñales n'avait atteint la première ligne depuis son arrivée chez Aprilia à la fin de l'été 2021, et il ne comptait qu'une cinquième place comme meilleur résultat dans l'exercice des qualifications avec la moto italienne. Et même s'il estime ne pas avoir bouclé son long processus de découverte d'une machine radicalement différente des Suzuki et Yamaha de ses premières saisons en catégorie reine, Viñales ne s'en est pas caché en conférence de presse : il rêve maintenant de faire triompher la RS-GP, comme Espargaró en début de saison sur le circuit de Termas de Río Hondo.

Victime d'une lourde chute en EL4, l'habituel leader de la marque devrait être au minimum diminué en course, sa présence sur la grille n'étant pas encore assurée. La question des consignes de course n'a pas été évoquée chez Aprilia mais Viñales est déterminé à aider Espargaró et pourrait lui être utile en décrochant un bon résultat, et pourquoi pas une victoire, sur un tracé où il n'avait pourtant plus roulé depuis 2019 – en raison de la pandémie en 2020 puis de sa suspension par Yamaha l'an passé – et qui l'avait vu s'imposer pour la première fois en MotoGP il y a six ans.

Quelles sont tes sensations pour ton retour en première ligne ?

Je suis très content de notre travail. Tout au long du week-end, tout est venu très naturellement sur la moto et c'est ce que l'on recherche. Les qualifications ont été bonnes. J'ai attaqué au maximum et c'était une bonne sensation. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu ces sensations, c'est fantastique. Je pense qu'on a construit un bon week-end, demain il y aura la course et on est prêts. C'est ce que l'on recherche chez Aprilia : on veut être devant et se battre pour les premières places. Demain, on aura une opportunité. On va attaquer. On a fait un bon boulot donc il faut concrétiser demain.

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Maverick Viñales

Es-tu en mesure de viser la victoire ?

Ce serait un rêve qui se réaliserait. C'est très particulier. J'ai déjà pris beaucoup de plaisir à Assen et c'était déjà un rêve d'être sur le podium, mais pour continuer comme ça, il faut continuer à y croire et à travailler. Aprilia travaille très dur avec nous deux, Aleix et moi. On doit continuer à y croire, également pour Aleix au championnat, et de mon côté pour gagner des courses. Je suis content et on veut attaquer très fort.

Ton processus d'adaptation à l'Aprilia est-il terminé ?

Je pense que le chemin reste long pour nous. Ce n'est que le début de la relation donc il est évident qu'on travaille énormément avec Aprilia mais je dois améliorer certaines choses, et dans d'autres domaines la moto peut mieux être adaptée à mon style de pilotage. Au final, c'est un compromis entre nous. Pas à pas, on progresse. Ce qui est bien, c'est que notre évolution est toujours positive et que je me sens mieux au fil des week-ends. Demain, je m'attends à me sentir un peu mieux sur la moto. Maintenant, il y a des courses dans lesquelles je suis assez fort et c'est assez sympa d'avoir vu ces gros progrès à Assen. C'est tout simplement un gros travail.

À Assen, tu as dit que tu étais prêt à aider Aleix. Sachant qu'il s'est fait mal, sais-tu comment l'aider demain ?

La meilleure façon de l'aider, c'est de rester devant. Je pense que c'est la meilleure façon d'aider Aprilia. On n'a parlé de rien. Au final, il faut être dans la position pour pouvoir aider Aleix mais ce que j'ai à l'esprit, c'est prendre la première place le plus vite possible en course et attaquer énormément, parce qu'en MotoGP aujourd'hui, les dix premiers tours déterminent la course. Je veux être là, je veux me battre. Évidemment, si je peux l'aider, je le ferai, mais je suis très concentré sur mon travail dans les dernières courses et on est constamment plus rapides.

Où se situe encore la marge de progrès de ton côté ?

Il faut que je comprenne un peu mieux le couple de la moto. Il est assez différent [de celui de la Yamaha]. Et juste essayer de gagner en confiance à chaque fois. ll faut faire des tours, des week-ends, enchaîner les week-ends et rester dans la dynamique. Au cours des week-ends, je gagne en confiance et je comprends mieux la moto, donc c'est plus facile d'être rapide dès le vendredi et ça facilite le travail de l'équipe. Je suis content de nos progrès mais il y a encore du travail. Demain, il faudra apprendre mais aussi gagner en confiance.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Deux à trois courses "très importantes" pour l'avenir de Nakagami
Article précédent

Deux à trois courses "très importantes" pour l'avenir de Nakagami

Article suivant

Le programme du Grand Prix de Grande-Bretagne

Le programme du Grand Prix de Grande-Bretagne