Viñales donne rendez-vous au week-end prochain pour la revanche

À partir du sixième tour, Viñales a compris que le pneu qu'il avait choisi ne lui permettrait pas de gagner. Qu'à cela ne tienne : la seconde course sur la même piste lui donnera une deuxième chance.

Viñales donne rendez-vous au week-end prochain pour la revanche

Maverick Viñales avait le sourire des grands jours lorsqu'il fêtait dimanche après-midi la deuxième place du Grand Prix d'Espagne. Pourtant, il le reconnaît lui-même, choisir de partir avec un pneu tendre à l'avant, là où la quasi-totalité du plateau avait opté pour le dur, n'était pas le plus judicieux. Mais les 20 points empochés sont assurément précieux, et bonne nouvelle : le Grand Prix au programme dès le week-end prochain sur cette même piste lui offre une occasion en or de rectifier ce qui a pu être imparfait sur cette première course.

Lire aussi :

La course s'annonçait difficile, mais peut-être l'a-t-elle été encore plus avec le pneu avant soft. Comment se sont passés les premiers tours ?

Nous deux, les deux pilotes Yamaha factory, avions choisi le pneu tendre [à l'avant] car nous n'avions pas assez de feeling avec le dur. Maintenant, nous aurons le temps de comprendre cela et de travailler à faire en sorte que ce pneu dur fonctionne parce qu'il semble que ce soit un plus pour ici, à Jerez.

Mais honnêtement, je suis excité ! J'ai été en mesure de prendre la deuxième place et c'est génial : les gars ont réalisé un superbe travail pendant tout le week-end. J'ai pu être devant. J'étais très satisfait du départ car j'ai été en mesure de me battre devant, de prendre la tête et d'essayer de m'échapper.

Je pense qu'on avait de bons réglages. J'ai poussé pendant les dix premiers tours, l'idée était de me créer une avance mais j'ai fait une grosse faute dans le premier tour, au virage 8, où j'ai failli partir en highside. Puis au septième tour, au virage 6 et à nouveau dans le dernier virage, j'ai failli perdre l'avant et j'ai donc vu que l'avant était en difficulté aujourd'hui. J'ai quand même essayé d'être en mode safe et je me suis bien battu.

Je ne sais pas quoi dire de plus ! J'ai simplement hâte d'être à vendredi prochain et de continuer le travail sur cette piste.

Quand as-tu réalisé que ce serait compliqué ?

Quand j'ai perdu l'avant dans le virage 6. J'ai commencé à être à la limite, en particulier sur le flanc du pneu, je n'arrivais pas à faire tourner la moto, et c'est là que nous devons progresser. La décision n'était peut-être pas la meilleure, mais le plus important est que nous avons fini deuxième et prenons les 20 points au championnat.

Ce n'est pas une excuse, il faut qu'on travaille mieux, qu'on travaille plus. Je suis très content, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas senti aussi fort, surtout au premier virage, et le rythme que j'ai mis dans les premiers tours a été très bons, jusqu'à ce que le pneu avant se dégrade.

Le week-end prochain on aura clairement une meilleure opportunité de gagner la course.

Maverick Viñales

Désormais on passe à la seconde course ici à Jerez : je crois qu'on a un gros potentiel et que si l'on fait un bon travail, on peut être de nouveau devant à nous battre. […] On va progresser pour la prochaine course, c'est clair. Et puis on a compris que le pneu soft peut être bon pour la première partie de la course mais un peu plus compliqué pour la dernière partie. On va beaucoup apprendre et être à un meilleur niveau pour la semaine prochaine.

Tu as vu la grosse chaleur que s'est faite Márquez dans le virage 4 en début de course. Raconte-nous !

Son sauvetage a été incroyable ! J'ai vu qu'il avait un rythme fantastique, il avait le rythme pour gagner la course. C'est aussi ça le truc : nous devons travailler et faire progresser la moto. Il était très important d'être sur le podium sur cette course mais nous devrons en trouver encore plus sur la prochaine. On se prend nous-mêmes comme référence, bien sûr, et on essaye toujours de s'améliorer nous-mêmes.

Lire aussi :

J'étais très proche de Marc quand il a perdu l'avant, mais après avoir passé Miller [au 19e tour, ndlr] j'ai vu 'Márquez +0' et je me suis dit 'il revient vite !' J'ai commencé à pousser et j'ai amélioré mon chrono de quatre-cinq dixièmes. Ensuite j'ai vu 'Dovizioso +0' et je me suis dit que ça avait des airs de déjà-vu de la course de l'année dernière. J'ai essayé de garder mon rythme, je n'ai jamais baissé les bras, j'ai essayé de faire attention mais dans le même temps j'avais besoin d'imprimer un bon rythme. Le team a fait du bon boulot tout le week-end, il faut qu'on continue comme ça et le week-end prochain on aura clairement une meilleure opportunité de gagner la course.

Parmi les points positifs de cette course, il y a le nouveau holeshot device de Yamaha, non ?

Je l'ai utilisé ! C'était super. C'était la première fois et je me suis retrouvé premier au premier virage et que personne ne m'a dépassé ! C'était fantastique, les gars ont fait du super bon travail et une performance incroyable durant tout le week-end. Maintenant il faut qu'on continue à travailler, parce que je crois que nous pouvons encore beaucoup progresser en piste, et en particulier en rythme de course.

Lire aussi :

J'ai eu un bon rythme au départ, j'ai fait mon meilleur temps au deuxième tour, ce qui est toujours intéressant, mais ensuite je n'avais plus de pneu à l'avant. C'est dommage parce que je me sentais très bien sur la moto, je me sentais au point, mais l'important c'était de rallier l'arrivée et de ramener la moto au stand et j'ai réussi à obtenir une deuxième place, ce qui est très bien. On marque 20 points au championnat et on a maintenant une deuxième course à Jerez où on peut encore plus améliorer notre moto et nous-mêmes.

Ton futur coéquipier, Fabio Quartararo, a réalisé une performance incroyable. Qu'as-tu à lui dire ?

Je veux juste lui adresser mes félicitations car ce n'est pas facile de gagner une course MotoGP, mais il a été bon et a bien contrôlé la course, alors félicitations ! Ce sera une année intéressante l'an prochain et je trouve ça fantastique d'avoir Fabio dans l'équipe, je suis sûr qu'on pourra améliorer la moto et être meilleurs sur chaque course.

Avec Guillaume Navarro  

partages
commentaires
Fabio Quartararo, 25e vainqueur en MotoGP !

Article précédent

Fabio Quartararo, 25e vainqueur en MotoGP !

Article suivant

Dovizioso : un podium arraché à la force du mental

Dovizioso : un podium arraché à la force du mental
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021