Viñales en tête, mais "ça n'est jamais facile"

partages
commentaires
Viñales en tête, mais
Par : Medhi Casaurang-Vergez
7 avr. 2017 à 20:30

Imbattable au Qatar il y a deux semaines, Maverick Viñales poursuit sur sa lancée en Argentine. Auteur des meilleurs temps lors des deux séances d’essais libres du vendredi, l’Espagnol domine pour l’heure les débats.

Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing

Cependant, le résultat sur le papier ne fait pas état des péripéties subies par le Catalan. Lors de la première séance, le porteur du numéro 25 a bien failli se retrouver à terre ! Alors qu’elle négociait le rapide enchaînement des virages 13-14, la Yamaha YZR-M1 partait dans un violent rodéo. Fermement accroché à son guidon, Maverick Viñales tenait le cap, au prix d’une percussion sur l’épaule. Plus de peur que de mal pour la fusée espagnole, qui repartait tambour battant quelques instants plus tard. Crédité d’un chrono de 1’40"356, Viñales bouclait la matinée en haut du peloton, deux dixièmes plus vite que Danilo Petrucci.

 

Quelques heures plus tard, le pilote officiel Yamaha enfourchait sa moto pour un copier-coller tardif, encore aux commandes de la meute. Aux prises avec son compatriote Marc Márquez, Viñales ne reprenait son bien que dans le run final, mais avec un temps ébouriffant de 1'39"477 ! Le Champion du monde en titre devait rendre les armes, distancé de trois gros dixièmes. Une performance qui n’a pas été facile à obtenir selon son auteur. "Ce n’est pas facile, ça n’est jamais facile", assure-t-il. "J’attaquais. Je me sens bien sur la moto, tout le temps, chaque tour qui passe, c’est encore mieux, et après chaque séance aussi."

Le leader du classement général dresse cependant quelques points noirs, à commencer par la tenue des pneumatiques. "La gomme dure n’est pas mauvaise. Mais en sortie du dernier virage je patinais partout. Nous devons encore travailler sur cela ; au final, faire des chronos dans les 1’41'' n’est pas mal, mais bien entendu ce n’est pas le rythme que nous souhaitons", explique-t-il.

Viñales révèle ensuite qu’il a remisé la gomme tendre au garage pour les Essais Libres 2, après un roulage d’endurance le matin. "J’ai testé le pneu tendre ce matin, c’est pas mal, mais dans les hautes températures je pense qu’il bouge trop. J’ai fait toute la séance avec cette option de pneumatiques."

Malgré son aisance manifeste, Viñales souhaite poursuivre son travail de développement en vue de la course. "Nous devons améliorer l’adhérence à l’arrière. Ici il est très important d’obtenir un grip non pas sur un tour, mais sur la longueur de la course. C’est ce qui fera une grande différence sur les dix derniers tours dimanche, entre un pilote qui travaille très bien pour la course et un autre qui travaille moins bien."

Viñales confiant peu importe la météo

Le rythme affiché par la nouvelle recrue du constructeur nippon contraste avec les difficultés de la star du garage, Valentino Rossi. L’Italien semble à la traîne, bloqué au 16e rang toute la journée, à plus d’une seconde aux EL2 de son collègue ! Quand on lui demande son ressenti sur cette contre-performance, l’Espagnol botte en touche. "Je ne sais pas quoi dire. Valentino débute avec des problèmes, et puis le dimanche il est bien présent ! Je ne veux pas trop me concentrer sur lui. Je veux rester focalisé sur mon équipe, et essayer de donner mon maximum. C’est important d’enchaîner les tours demain."

Et si la pluie vient s’en mêler pour les qualifications ou la course ? Pas de panique, l’Espagnol ne montre aucun signe d’inquiétude ! "Je n’ai jamais piloté la Yamaha sous la pluie, je suis curieux de voir si l’année dernière, c’était ma faute ou celle de la moto [s’il allait moins vite, ndlr]. Je suis honnêtement curieux ! Mais je sais que dans des conditions humides, je peux me montrer rapide. En Moto3, j’allais plutôt vite, même si je n’ai pas terminé la course ici, j’étais premier ou deuxième. En Moto2, j’ai terminé de nombreuses épreuves sur le podium avec la pluie. Je pense que je peux être rapide sous la pluie et sur piste sèche, il faut voir si la moto se comporte bien. Il semblerait que la Yamaha fonctionne bien, tout le temps", conclut-il avec un optimisme non feint.

Article suivant
EL2 - Viñales et Márquez en tête d'une feuille des temps chamboulée !

Article précédent

EL2 - Viñales et Márquez en tête d'une feuille des temps chamboulée !

Article suivant

Pour Márquez, les pilotes n'ont pas le temps d'essayer tous les pneus

Pour Márquez, les pilotes n'ont pas le temps d'essayer tous les pneus
Charger les commentaires