Viñales : "Dès le tour de mise en grille, je glissais partout"

Le pilote Yamaha a connu une nouvelle course difficile sous la pluie, alors qu'il pensait pourtant avoir progressé dans ces conditions.

Viñales : "Dès le tour de mise en grille, je glissais partout"
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Charger le lecteur audio

Le Grand Prix d'Australie n'aura donc été qu'une éclaircie dans un ciel décidément bien sombre en cette fin de saison pour Maverick Viñales. Exclu de la course au titre depuis la dernière manche à Phillip Island, l'Espagnol pensait en effet avoir fait le plus dur la semaine dernière en se montrant compétitif dans toutes les conditions.

À telle enseigne que la météo en Malaisie ce week-end, d'emblée annoncée comme imprévisible, n'a pas semblé faire peur au numéro 25. Il est vrai que Viñales avait dominé les essais de pré-saison organisés à Sepang en février dernier. 

Et le déroulé du week-end lui a plutôt donné raison, alors que l'Ibère avait semblé tiré son épingle du jeu lors du warm-up, couru sur piste sèche. "En fait, dans la matinée j'étais très content et confiant car nous avions trouvé de meilleurs réglages, et j'avais retrouvé le feeling que j'avais lors de la pré-saison. J'étais à l'aise avec l'avant, je pouvais freiner tard et plonger dans les virages."

La pluie a sonné la fin des espoirs de Viñales

Mais le temps a rapidement évolué une fois ce dernier roulage terminé, et la pluie a refait son apparition sur le tracé de Sepang, ce qui, là encore, n'a pas inquiété outre mesure le pilote Yamaha, qui avait plutôt eu de bonnes sensations dans de pareilles conditions lors des EL2 vendredi, et pensait détenir quelques certitudes. 

"Lorsque j'ai vu la pluie, je me suis rappelé que nous avions terminé les EL2 en quatrième position", commente Viñales, qui s'est alors présenté en course la fleur au fusil, confiant après sa cinquième place décrochée en qualifications. 

Las, le pilote Yamaha, tout comme son coéquipier Valentino Rossi, a rapidement déchanté, et s'est rendu compte que cette 17e manche de l'année n'allait être en aucun point une sinécure. Une prise de conscience qui est survenue dès le tour de formation. "Dès le tour de mise en grille, je glissais partout", confirme-t-il. "Cela va être très important de comprendre ce point cette année, de bien vérifier tous les détails, et les changements que nous avons apportés, tout ce que nous avons fait, aussi bien sur le plan positif que négatif."

Preuve du cauchemar de nouveau vécu par l'Espagnol sur le mouillé, son début de course, qui l'a vu chuter jusqu'en 16e position. "Nous ne pouvons pas oublier que la première partie de la saison a été incroyable", regrette-t-il, lui qui est tout de même parvenu ensuite à revenir dans le top 10 pour finir en neuvième position. "Elle a été très bonne. Nous devons donc également passer en revue toute l'année et songer aux points négatifs lors de la dernière course."

partages
commentaires
Pedrosa se voyait finir dernier sous la pluie
Article précédent

Pedrosa se voyait finir dernier sous la pluie

Article suivant

Dall'Igna : "Dans certaines situations, il faut penser à l'équipe"

Dall'Igna : "Dans certaines situations, il faut penser à l'équipe"