Viñales : Pourquoi suis-je rapide au warm-up et 14e en course ?

Maverick Viñales essaie de comprendre sa décevante 14e place à l'arrivée du Grand Prix de République Tchèque à Brno, après un warm-up encourageant et une course durant laquelle sa moto avait changé de comportement.

Viñales : Pourquoi suis-je rapide au warm-up et 14e en course ?

Maverick Viñales a connu un de ses pires Grands Prix en carrière à Brno, avec une 14e place à l'arrivée d'une course qui a été un enfer pour lui sur la moto. Le pilote Yamaha a terminé loin des trois autres machines du constructeur de Hamamatsu − bien que Fabio Quartararo ait lui aussi connu de grandes difficultés − et avoue son incompréhension alors qu'il avait accompli un warm-up encourageant en préparation de la course, en signant le deuxième temps. Cette contre-performance fait suite à deux podiums à Jerez, et cela ajoute à son désarroi.

"Tout le week-end, nous avons eu du mal avec les pneus", se désole l'Espagnol. "Je ne sais pas, c'est dur à comprendre pour moi. Pourquoi suis-je si rapide pendant le warm-up puis 14e en course ? Cela faisait longtemps que je n'avais pas été 14e en course et c'est un résultat difficile."

Cette 14e place égale en effet le plus faible résultat que Viñales ait obtenu à l'issue des courses MotoGP dont il a vu l'arrivée, un placement obtenu seulement lors de sa première année, en 2015.

"La seule chose que l'on peut faire est de conserver une attitude positive et de travailler très dur pour comprendre", souligne-t-il. "Rien n'est parfait dans la vie, on a fait une erreur et il faut comprendre où aller et quels réglages utiliser, mais il était vraiment difficile de piloter la moto. Quoi qu'il en soit, on sait qu'on a du potentiel et je pense que le plus important est de tenter de progresser. Yamaha va essayer de régler le problème en Autriche, où je pense que les pneus seront très similaires à ici. Il nous faut travailler vraiment dur."

Lire aussi :

Il se plaint d'un patinage et d'une moto dure à piloter lors de la course, un comportement qu'il n'avait pas connu de la part de sa machine jusque-là : "Dans la matinée, au warm-up, je me sentais très bien. J'ai même réussi à faire des 1'57'' avec des pneus qui étaient pourtant usés. Mais en course, tout de suite, sur les premiers tours, j'ai senti que c'était impossible et que j'avais beaucoup de patinage, qui n'a ensuite fait qu'augmenter. Puis à la fin, c'était même très difficile de piloter la moto. J'ai essayé de faire de mon mieux."

Les regards se tournent alors vers les pneus, mais Viñales ne veut pas rejeter la faute sur Michelin et, plutôt que de penser à une défaillance particulière des gommes qu'il a utilisées, il regarde plutôt du côté de sa moto, puisqu'il a été le plus en difficulté du quatuor de la marque japonaise : "En réalité, on a beaucoup parlé pendant la commission de sécurité et tout le monde a la même chose... des pneus noirs et ronds !" plaisante-t-il. "Il faut donc comprendre comment en tirer le meilleur et l'on travaille très dur avec les gars de Michelin pour comprendre lequel des pneus est le meilleur pour la course. Il est certain que certains pneus sont plus difficiles que d'autres mais la plupart sont bons. Je crois que pour moi, le problème était surtout lié à la moto."

Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Désormais, le futur équipier de Fabio Quartararo veut comprendre les différences auxquelles il a fait face entre les essais et la course, jugeant que les soucis de dimanche, bien qu'extrêmes, n'étaient pas une première pour lui : "C'est difficile, il faut se poser avec les autres chez Yamaha pour travailler et particulièrement pour comprendre quoi faire pour être rapide en course car pour moi, parfois, c'est vraiment difficile. Le feeling change beaucoup entre les essais et la course et ça m'arrive souvent. Je ne peux pas abandonner tout mon potentiel en course ! J'en ai parlé très en détail avec mon staff et je vais à nouveau en parler avec eux en Autriche car il faut trouver quelque chose de différent."

"Il me faut pouvoir utiliser tout le potentiel pendant la course. Comme vous pouvez le voir, je suis toujours super et devant en essais et je veux faire la même chose en course. Il faut changer les choses. Je pense que le point positif aujourd'hui est que nous ne pouvons que progresser nous souhaitons nous améliorer et trouver un meilleur réglage pour moi et particulièrement pour ne pas avoir cette perte de temps entre les essais de la course. Il nous faut maintenant faire face, garder les pieds sur terre et travailler très dur. Je pense que tous les gars comprennent bien cela et il est certain qu'en Autriche nous allons travailler pour avoir un résultat très différent."

Peu de points perdus sur Quartararo et Dovizioso

Grâce au résultat en demi-teinte de Quartararo, Viñales n'a perdu que sept points sur le Français au championnat, son retard arrivant à 17 unités. Préoccupé par le fonctionnement de sa moto et l'exploitation des pneus, il admet ne pas s'en soucier pour le moment : "Je n'ai même pas pensé au championnat ! [Mais] on ne peut pas se battre au championnat en étant 14e, c'est impossible. Ce que je peux trouver positif, c'est que Fabio n'arrive que septième et Dovi 11e, c'est la seule chose. Il y a une Yamaha devant et elle est de l'an dernier [celle de Morbidelli, ndlr] donc il faut essayer de comprendre pourquoi nous avions été si rapides et constants à Jerez et pas ici." 

Lire aussi :

Interrogé sur son calme relatif après une telle performance, il explique garder le même état d'esprit plus posé que par le passé, et ne pas vouloir céder à la panique après une course décevante, jugeant qu'il y a forcément des raisons pour l'expliquer : "Oui, ma mentalité la même. On ne perd pas un championnat sur une course. Il reste beaucoup de courses. Maintenant, il nous faut nous regrouper et prendre des forces. Il ne faut pas être à terre et nous devons garder notre motivation. On ne peut pas avoir perdu notre vitesse comme ça."

"Nous savons que nous avons beaucoup de potentiel et il faut comprendre comment le retrouver. Je pense que Yamaha est aussi déçu que moi car c'est très difficile d'arriver 14e et je suis juste chanceux car je n'ai pas perdu tant de ça que pour le championnat. Il faudra donc maintenant ne plus commettre d'erreur, mais je pense que l'Autriche est une piste très différente : l'an dernier, c'était une super course, alors restons motivés. On n'a pas perdu la vitesse comme ça, on n'a juste pas compris comment fonctionnaient les pneus", insiste-t-il.

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Stats - Un GP historique pour l'Afrique du Sud et la France !
Article précédent

Stats - Un GP historique pour l'Afrique du Sud et la France !

Article suivant

Luca Marini, candidat à un guidon Ducati en 2021 ?

Luca Marini, candidat à un guidon Ducati en 2021 ?
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021