Yamaha et Honda, deux marques dépendantes de leur leader

Honda apparaît au plus bas, tandis que Yamaha mène le championnat. Pourtant, un élément commun saute désormais aux yeux : la dépendance des deux marques à leur leader respectif, Marc Márquez pour l'une et Fabio Quartararo pour l'autre.

Yamaha et Honda, deux marques dépendantes de leur leader
Charger le lecteur audio

L’impression peut être subjective mais les chiffres, eux, ne laissent aucune place à l'approximation. Si l'on savait Honda dépendant de Marc Márquez, la tendance qui s'est installée chez Yamaha s'inscrit dans une dynamique désormais similaire autour d'un leader incontesté, Fabio Quartararo.

Andrea Dovizioso ne s'y trompait pas lorsqu'il pointait ce glissement en marge du Grand Prix de France, déjà résigné sur son cas personnel après avoir compris qu'il ne recevrait pas l'aide technique qu'il espérait et que ses efforts de changement de pilotage apparaissent vains. "Yamaha est dans une très bonne situation, car ils ont gagné l'année dernière et ils sont premiers au championnat cette année, mais de mon point de vue ils sont dans une situation très similaire à celle [qu'ont connue] Marc et Honda ces six dernières années", prévenait l'expérimenté pilote italien en soulignant à quel point le pilotage de Quartararo épousait à la perfection les besoins de la M1.

Les marques européennes ont peu à peu pris le pouvoir sur le MotoGP, et les résultats qui se sont enchaînés depuis l'an dernier le prouvent aisément, notamment avec les triplés historiques de Ducati en qualifications comme en course dès la dernière partie de la saison 2021. À la reprise, cette année, la tendance s'est confirmée, d'abord avec une quatrième course consécutive sans aucune Yamaha sur le podium, au Qatar, puis une série de quatre premiers Grands Prix remportés par un constructeur européen, tout bonnement du jamais-vu depuis 1972.

Malgré la progression évidente de Ducati et Aprilia, confortée par KTM qui a réussi à empocher une victoire en début d'année malgré quelques difficultés par la suite, Yamaha est parvenu à se repositionner aux avant-postes, sur le podium dès la deuxième course puis victorieuse à la cinquième. Un retour suffisamment solide pour reprendre les rênes du championnat et mettre Iwata sur la voie de la confirmation après le succès de 2021.

Fabio Quartararo, qui a ramené Yamaha vers le sacre l'an dernier pour la première fois depuis 2015, s'en est très vite confirmé comme le leader cette année encore. Systématiquement premier pilote de la marque sur la grille de départ et à l'arrivée des courses, c'est de lui que proviennent 100% des points marqués au championnat constructeurs. Un classement dont Yamaha occupe une deuxième place qui, dans de telles circonstances, a de quoi être louée.

L'écart entre Quartararo et ses acolytes est abyssal, tant au classement général et dans sa capacité à régulièrement se positionner parmi les meilleurs rangs, que dans les meilleures performances possibles au cours de ces 11 premières manches : aucun de ses comparses n'est parvenu à atteindre le top 5 et seules deux entrées dans le top 10 ont été possibles pour eux trois, contre dix pour lui seul.

Les performances des pilotes Yamaha :

  Quartararo Morbidelli Binder Dovizioso

Points marqués

Moyenne par course

172

15,6

25

2,3

10

0,9

10

0,9

Meilleur classement

Classement moyen

1er

3,4

7e

10,9

10e

11,6

11e

13

Meilleure qualif

Qualification moyenne

1er

4,4

12e

17,5

20e

21

15e

19,1

Victoires 3 0 0 0
Podiums 6 0 0 0
Top 5 7 0 0 0
Top 10 10 1 1 0
Abandons 1 2 3 2

La dépendance est telle que lorsque Fabio Quartararo commet une erreur, c'est tout le clan Yamaha qui vacille. Ainsi, la marque est repartie d’Assen avec un zéro pointé, après la chute du Français mais également de Franco Morbidelli et de Darryn Binder et la 16e place du seul ayant vu l'arrivée, Andrea Dovizioso.

Pour trouver trace d'une telle contre-performance pour le constructeur d'Iwata, il faut remonter au Grand Prix des Nations 1989, qui avait été boycotté par une partie des pilotes après une interruption due à un déluge. À l'époque, déjà, le système d'attribution des points récompensait les 15 premiers, comme cinq ans plus tard, lors d'un autre épisode qui s'inscrit dans la même série noire : au Grand Prix d'Allemagne, cette année-là, Yamaha n'était pas non plus officiellement classé dans les points, seuls des moteurs de la marque associés à des châssis ROC ou Harris ayant pu se classer de la huitième à la 15e place.

Aujourd'hui, Quartararo apparaît comme le seul des quatre pilotes à pouvoir tirer profit au maximum de la M1, et pour lui cela paye puisqu'il mène le championnat, alors que le second concurrent du groupe, en l'occurrence son coéquipier, n'est que 19e. "Imaginez où se trouverait Yamaha s’ils n’avaient pas Fabio à l’heure actuelle, et vous vous rendrez compte qu’il n’y a pas vraiment de différence entre une équipe et l’autre", faisait récemment remarquer une source de Honda à Motorsport.com.

"Je ne sais pas si Yamaha a décidé d'arriver à cette situation, ou s'ils y sont arrivés [sans le vouloir]", soulignait Andrea Dovizioso en livrant son analyse au mois de mai. "Mais maintenant, la situation est similaire à celle de Honda : il n'y a qu'un pilote qui soit capable d'exploiter tout le potentiel et qui fasse une énorme différence par rapport aux autres pilotes."

Honda au plus bas en l'absence de Márquez

Ce que l'on observe chez Yamaha peut désormais être comparé à la situation devenue emblématique chez Honda. Sauf que les résultats divergent grandement, car le HRC subit de plein fouet depuis deux ans les blessures et absences à répétition de son leader, si essentiel. Le vide laissé par Marc Márquez à chacun de ses forfaits depuis sa fracture du bras survenue à Jerez en 2020 ne fait que mettre en lumière les limites de la RC213V, un prototype que personne ne parvient à véritablement exploiter et dont les tentatives d'évolutions, justement pour le rendre moins exclusif, n'ont pas apporté de résultats jusqu'à présent.

La saison 2020, celle de l'accident qui a stoppé net Márquez, a vu Honda plonger. Pour la première fois depuis la création du programme actuel en 1982, le HRC n'enregistrait en effet aucune victoire, cette saison s'imposant comme sa plus mauvaise dans la catégorie reine des Grands Prix. Depuis, force est de constater que le constructeur à l'aile dorée ne parvient pas à sortir la tête de l'eau, en dépit de trois succès, tous conquis par le #93 lorsqu'il a pu faire son retour à la compétition la saison dernière.

Il y a quelques semaines, au Sachsenring, Honda n’a pas marqué de points en course, la faute à trois abandons (Pol Espargaró, Álex Márquez et Takaaki Nakagami) et une 16e place pour Stefan Bradl. Il s'agissait d'une première depuis 1982 et un Grand Prix de France boycotté pour des raisons de sécurité. Il n'allait falloir attendre qu'une semaine pour voir Yamaha subir le même sort, rapprochant un peu plus encore les courbes des deux marques, si promptes à dégringoler lorsque leurs leaders respectifs flanchent.

La différence, majeure, tient dans le fait que Quartararo n'est que très rarement absent à l'arrivée des courses, là où Marquez vit actuellement une nouvelle convalescence supposée très longueMalgré cette pause forcée depuis le Grand Prix de Catalogne pour se faire opérer du bras, et son absence précédente en Indonésie et en Argentine à cause d'un épisode de diplopie, le #93 est toujours le pilote de la marque le mieux placé au championnat, en 13e position. Au classement des constructeurs, Honda occupe la dernière place, avec un butin en grande partie alimenté par son sextuple Champion du monde qui, sur les six courses qu'il a disputées, a enregistré le meilleur résultat de son groupe à quatre reprises.

Le cap de la mi-saison étant passé, avec un seul podium obtenu par Pol Espargaró au terme d'une course très convaincante à Losail mais qui semble déjà bien lointaine, on est en droit de craindre une seconde campagne sans aucun succès, comme en 2020...

Les performances des pilotes Honda :

  M. Márquez Nakagami Espargaró Á. Márquez

Points marqués

Moyenne par course

60

10

42

3,8

40

4

27

2,5

Meilleur classement

Classement moyen

4e

6,2

7e

9,5

3e

7,6

7e

9,2

Meilleure qualif

Qualification moyenne

3e

9

7e

13,4

4e

10,4

7e

19

Victoires 0 0 0 0
Podiums 0 0 1 0
Top 5 2 0 1 0
Top 10 6 4 2 2
Abandons 0 2 3 3

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
La Dorna souhaiterait que la vitesse diminue en MotoGP
Article précédent

La Dorna souhaiterait que la vitesse diminue en MotoGP

Article suivant

Rea certain que la nouvelle génération va "écrire sa propre légende"

Rea certain que la nouvelle génération va "écrire sa propre légende"