Yamaha tire les leçons d'un Lorenzo sous-exploité en 2020

Le patron du programme MotoGP de Yamaha assume le remplacement de Jorge Lorenzo par Cal Crutchlow après une année durant laquelle le pilote d'essais espagnol n'a que très peu roulé. Pour régler les soucis de la M1, le constructeur promet de ne pas refaire "la même erreur".

Yamaha tire les leçons d'un Lorenzo sous-exploité en 2020
Charger le lecteur audio

La saison 2020 de Yamaha pourra rester dans les annales comme celle des occasions manquées. Alors que l'absence du pilote le plus redoutable du plateau élargissait considérablement le champ des possibles, le constructeur d'Iwata a réussi à placer trois de ses représentants dans la lutte pour le titre, remportant avec eux la moitié des courses disputées, et pourtant aucun des trois titres ne lui est revenu.

Si l'échec au championnat constructeurs est directement imputable à la sanction reçue pour la bévue technique commise en début de saison, puisque Yamaha a concédé 17 points à Ducati au classement final après en avoir été privé de 50, le titre par équipes n'aurait quoi qu'il arrive pas pu être contesté à Suzuki : le team satellite Petronas apparait en effet à 62 unités des champions (la sanction leur a coûté 37 points), alors que l'équipe officielle Yamaha est, elle, à une distance monumentale de 132 points (elle en a perdu 20 dans cette pénalité).

Lire aussi :

Et c'est au championnat pilotes que les regrets sont logiquement les plus poignants, avec la machine "B" confiée à Franco Morbidelli deuxième de la hiérarchie à 13 petits points de Joan Mir, tandis que les officielles de Maverick Viñales et Fabio Quartararo se sont classées à 39 et 44 points respectivement. Les futurs coéquipiers du team factory n'ont pas mâché leurs mots en fin de saison pour vertement critiquer l'irrégularité des performances délivrées par leur M1, comme si la faiblesse de cette génération de la YZR était ressortie plus que jamais alors même que Mir et sa Suzuki émergeaient en nouveaux détenteurs de la couronne précisément grâce à la constance de leurs résultats aux avant-postes.

"C'est quelque chose qui nous suit depuis quelques années", reconnaît Lin Jarvis. "Parfois, nous arrivons à performer exceptionnellement bien et parfois nous sommes en difficulté et avons du mal à trouver des solutions. Et nous avons assurément eu cela cette année aussi."

Mais, s'il est déterminé à s'attaquer à ce problème de front, le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing voit aussi dans le contexte si singulier de cette saison des explications au fait que la marque n'a pas réussi à rectifier le tir à temps pour réussir cette campagne. "Je pense que nous avons été handicapés cette année − nous avions une nouvelle spec, avec un nouveau moteur et un nouveau châssis, mais nous n'avons pratiquement pas fait de tests, mis à part les tests officiels des pilotes factory", rappelle-t-il.

Au cœur de ces regrets : Jorge Lorenzo. Son recrutement il y a un an avait tout pour titiller la corde sensible des plus nostalgiques des membres de Yamaha, qui ont encore en mémoire ses trois titres et ses prouesses au guidon d'une machine qu'il a tant de fois fait danser avec aisance sur les pistes du monde entier, empochant même un total ahurissant de 383 points en 2010, resté le record absolu jusqu'à ce que Marc Márquez ne fasse parler l'an dernier son talent d'extraterrestre. Lorenzo, pourtant, n'a que peu revu sa M1 cette année, il n'a même pas pu prendre le guidon de la version 2020, et n'a donc pas pu contribuer aux efforts d'amélioration nécessaires.

"Nous avons pris Jorge Lorenzo sous contrat et nous avions prévu un programme complet de tests pour cette année, mais nous faisions appel au test team japonais avec du staff européen et Jorge", souligne Lin Jarvis, expliquant en cela le frein logistique posé par le COVID-19. "En réalité, nous ne l'avons eu que deux jours à Sepang, puis au test de préparation à Portimão. Toutes les autres activités que nous avions prévues cette année ont malheureusement été annulées, et je crois que cela nous a clairement affectés et que cela a été négatif pour nous cette année car nous n'avons pas pu travailler sur le problème. Je continue de penser que Jorge aurait été un excellent pilote d'essais pour faire ce travail."

Je continue de penser que Jorge aurait été un excellent pilote d'essais pour faire ce travail.

Lin Jarvis

"Nous n'allons pas faire la même erreur deux fois", promet le patron du programme, alors que Yamaha confiera l'an prochain ses tests à un autre néo-retraité, Cal Crutchlow, et repensera son organisation pour qu'il soit bien plus mis à profit. "Le fait de prendre Cal l'année prochaine est un signe de notre intention", assure Lin Jarvis, qui assume sans détour ce qu'il décrit comme "[un] choix de sélectionner Cal au lieu de renouveler Jorge".

"Lorsque nous avons fait le shakedown du test à Sepang, cela faisait quatre mois à l'époque que Jorge n'avait pas piloté de moto. Nous n'avons rien testé, mais Jorge s'est remis dans le rythme. Ensuite, compte tenu de la situation liée au COVID-19, nous n'avons pu faire aucun test jusqu'à Portimão, et à nouveau Jorge n'avait passé aucun temps sur une moto durant ces nombreux mois. Je crois que notre décision se base sur le fait que Cal arrive d'une saison complète, alors que si nous avions pris Jorge, entre-temps cela aurait fait une année complète, et même pratiquement un an et demi, qu'il aurait terminé sa dernière saison de compétition en Grand Prix. Cal est apte à la course, prêt à y aller, et il était disponible, il a montré une réelle passion à l'idée de faire ce travail et nous pensons qu'il est le bon choix pour nous à l'heure actuelle."

Lire aussi :

"Nous sommes pleinement confiants d'avoir fait un très bon choix avec Cal. Je crois que Cal est un gros travailleur, il a très envie de s'impliquer dans ce projet", souligne le responsable. "Nous n'allons pas faire la même erreur deux fois, nous allons clairement mener un programme de tests plus intense l'année prochaine. Nous avons beaucoup d'informations sur la base de cette année et nos ingénieurs vont donc changer le châssis l'année prochaine et ils vont travailler pour améliorer cela [l'irrégularité, ndlr]. Grâce à cela, ajouté au feedback du test team et à nos propres tests de pré-saison, nous sommes assez confiants de pouvoir régler ce souci l'année prochaine."

partages
commentaires

Voir aussi :

Márquez regrette son "erreur" du retour "précipité" à Jerez
Article précédent

Márquez regrette son "erreur" du retour "précipité" à Jerez

Article suivant

Márquez va être traité pour une infection sur son bras fracturé

Márquez va être traité pour une infection sur son bras fracturé
Charger les commentaires