La Yamaha, une meilleure arme qu'en 2019 pour défier Honda ?

La Yamaha a, certes, encore un déficit face à la Honda, pourtant Maverick Viñales observe à Jerez un potentiel qui, visiblement, lui donne de bons espoirs pour cette première course comme pour la suite de la saison.

La Yamaha, une meilleure arme qu'en 2019 pour défier Honda ?

Avec un sourire qui ne l'a pas quitté depuis les tests de mercredi puis durant le reste du week-end andalou, Maverick Viñales a donné jusqu'à ce dimanche matin l'impression d'un pilote en confiance, convaincu qu'il dispose d'une occasion de tirer parti des performances de sa Yamaha, qu'il ne s'attendait vraisemblablement pas à avoir à un tel niveau sur un tracé comme celui de Jerez.

Ainsi, sur une saison raccourcie au cours de laquelle arriver dans les positions de pointe sera crucial sur l'ensemble des manches, l'Espagnol peut compter sur ce qu'il décrit comme une M1 ayant repris du terrain face aux machines rivales, et notamment la Honda.

Lire aussi :

C'est la raison pour laquelle le #12 se sent capable de compenser dans certaines zones qu'il considère encore améliorables côté matériel mais avec foi au lieu d'apitoiement. La vitesse de pointe de la Yamaha n'est pas encore son point fort, et même si le tracé de Jerez est avant tout sinueux, Viñales a pu constater que Ducati, par exemple, tient encore le pavé lorsqu'il s'agit d'envoyer les chevaux. Mais la différence par rapport à la saison dernière, selon Top Gun, est qu'il dispose cette fois-ci d'une possibilité de maintenir le contact d'une manière plus satisfaisante dans les combats rapprochés du fait qu'il dispose de bonnes sorties de virage lui permettant de se trouver moins distancé en bout de ligne droite, où la Yamaha redevient très efficace au freinage.

"Je pense que par rapport à ce que l'on avait avant, il s'agit d'un bon progrès et que la régularité est meilleure. La moto est plus similaire d'une séance à l'autre et cela aide aussi à comprendre les pneus et comment la régler", apprécie celui qui a connu des errements au cours de ses week-ends de GP l'an dernier à cause de ce point précis, au-delà des qualités intrinsèques de telle ou telle partie du package. "Ici [à Jerez], nous sommes assez bons et il est surprenant que le pneu fonctionne si bien avec de telles températures. Nous avons nos points forts et nos points faibles, mais ici ce sont surtout des points forts et il faudra en profiter."

Rossi et Viñales, un ressenti différent

Le style de pilotage de Viñales et Rossi, équipiers chez Yamaha factory, est différent au freinage en particulier. Il semble que la M1 2020 et son association avec les enveloppes pneumatiques Michelin de cette année aident plus l'Espagnol à utiliser son plein potentiel, tandis que l'Italien souffre encore et cherche des réponses, auxquelles Michelin apporte d'ailleurs des commentaires publics prudents mais assumés.

"Je ne connais pas la situation de Valentino, mais je me sens très bien avec la moto 2020", botte en touche Viñales, qui s'occupe de son propre côté du garage et d'un autre encombrant rival sur le même matériel en la personne de son futur équipier et poleman, Fabio Quartararo. "Nous devons encore comprendre son potentiel maximal, mais je me sens bien mieux. Ça va mieux avec mon style de pilotage et Jerez ne convient pas particulièrement mieux à mon style de pilotage, justement… Et pourtant, je me sens très bien ici et à l'aise."

Lire aussi :

Voici donc la raison de l'optimisme de celui qui estime ainsi se trouver dans une situation à Jerez pouvant annoncer de grandes performances sur des tracés plus proches de son goût ou de celui de sa monture.

"Habituellement, Maverick est très rapide au freinage", confirme Rossi. "Il semble qu'il soit en mesure d'un peu mieux ralentir la moto que moi, et c'est le principal problème", assure l'Italien au moment de justifier la différence vue entre les deux hommes. "Mais lorsque vous regardez les données, c'est très similaire."

Le confort et la connaissance de l'équipement à disposition dans les phases importantes de la course pourraient faire la différence. "Ce n'est pas qu'elle est plus difficile, mais avec la moto de 2019, à la fin de l'année je me sentais mieux parce que j'avais fait 19 courses, plus les tests.", décrit Quartararo. "Là, ça fait cinq mois qu'on n'a pas roulé avec cette moto, alors il faut un temps d'adaptation avant de se sentir exactement comme avec la moto de 2019. Le potentiel de la moto est très bon, les sensations ne sont pas exactement les mêmes qu'avec la moto de l'année dernière, mais il va falloir qu'on fasse plus de tours, plus d'essais, parce que ce n'est que la première course de la saison."

Lire aussi :

Márquez parlera en course

Quant à Márquez, que Quartararo soupçonnait même vendredi de "jouer un peu" avec ses rivaux et dissimuler le plein potentiel de son package, il garde ses cartes près de son jeu. Interrogé sur le sujet au cours du week-end, l'Espagnol, attentif, a simplement écouté Viñales annoncer son intention d'attaquer dès le début de la course pour tenter d'imprimer un rythme aux commandes, tout en se disant confiant quant au fait qu'il avait les armes pour suivre n'importe quel scénario de course, devant ou en tant que poursuivant amené à attaquer en fin de course.

"La priorité que nous ne perdons pas de vue est le rythme de course et la compréhension des pneus", a martelé celui qui a effectivement mis en pratique cette philosophie en demeurant longtemps en évaluation du rythme de course au lieu de réaliser un time attack en EL4 et sur le warm-up : une stratégie qui lui a réussi pour le moment.

partages
commentaires
Crutchlow blessé et absent de la course de Jerez

Article précédent

Crutchlow blessé et absent de la course de Jerez

Article suivant

Stratégie de course : chasseur ou chassé, Márquez s'adaptera

Stratégie de course : chasseur ou chassé, Márquez s'adaptera
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021