MotoGP
26 mars
EL1 dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
34 jours
16 avr.
Prochain événement dans
48 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
61 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
89 jours
03 juin
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
117 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
131 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
166 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
180 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
201 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
236 jours
28 oct.
Prochain événement dans
243 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
257 jours

S'unir à Petronas a été "une chance" pour Yamaha

Une réussite immédiate, au point de jouer le titre dès sa deuxième saison et d'accueillir Valentino Rossi à sa troisième année : le team Petronas a rapidement fait le bonheur de Yamaha et rassure le pilote italien quant à la qualité de son environnement pour 2021.

partages
commentaires
S'unir à Petronas a été "une chance" pour Yamaha

L'évolution du partenariat entre Yamaha et le team SRT aura été fulgurante. Après une première saison déjà auréolée par plusieurs pole positions et podiums, Fabio Quartararo s'illustrant notamment dans quelques duels mémorables face à Marc Márquez, l'équipe malaisienne a fêté ses premières victoires dans la catégorie reine dès l'entame de sa deuxième campagne, et elle mène actuellement les championnats avec une réelle possibilité de coiffer les titres des pilotes et des équipes. Preuve de la confiance que lui accorde Yamaha, la machine du pilote français est une spécification identique à celle de l'équipe d'usine et la star parmi les stars, Valentino Rossi, rejoindra même la structure la saison prochaine.

"J'aimerais dire que nous avons eu de la chance", souligne Lin Jarvis, ravi de ce partenariat scellé lorsque Hervé Poncharal a noué une nouvelle union avec KTM. "Nous avons eu une longue relation par le passé avec Tech3, puis cela a changé et nous avons eu besoin de trouver une nouvelle équipe satellite, car nous aimions le fait d'avoir quatre pilotes sur la grille. Lorsque nous avons su que Tech3 partait et que cette opportunité s'est présentée, Razlan [Razali] était sur le point de faire monter son équipe vers le MotoGP, c'était donc une opportunité très intéressante pour nous. Ils avaient un bon soutien financier de la part de Petronas."

"Mais je crois que les résultats ont surpris beaucoup de monde, alors chapeau à eux ! Ils sont parfois trop rapides ! [rires] Ils sont très bons et c'est la raison pour laquelle je pense que Valentino continuera à se montrer tout aussi performant, qu'il soit ici ou là-bas", juge le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing.

Lire aussi :

La saison prochaine, le nonuple Champion du monde prendra la place laissée vacante par Quartararo et bénéficiera du même soutien technique que le Français aujourd'hui. "La meilleure façon de l'imaginer c'est que, lorsque nous débuterons la saison au premier Grand Prix, Valentino aura exactement la même moto que les pilotes de l'équipe factory. Tout sera identique. Au fil de l'année, il sera parfois possible de fournir des mises à jour à tous les pilotes en même temps, parfois peut-être pas", décrit Lin Jarvis, qui a assuré le #46 d'un soutien sans ambiguïté de la part du constructeur. Rossi le résume ainsi : "Il n'y a pas grand-chose qui va changer, juste la couleur de la moto."

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT, et des membres de son équipe

Si Valentino Rossi voit en Petronas "une équipe très professionnelle et qui a déjà obtenu des résultats importants", son transfert écorne la stratégie initialement annoncée par l'équipe de Razlan Razali, censée mettre le pied à l'étrier à de jeunes pilotes avant de les propulser vers des équipes officielles. "Il est vrai que leur philosophie est de faire venir des pilotes du Moto3, vers le Moto2 puis le MotoGP, et à l'avenir ils espèrent le faire avec des pilotes malaisiens également", admet Lin Jarvis. "Donc, bien sûr, Valentino ne correspond pas à cette stratégie, mais Valentino Rossi est Valentino Rossi, ce n'est pas un pilote comme un autre, il apporte quelque chose de beaucoup plus grand à l'équipe. Ils l'ont reconnu immédiatement, c'est quelque chose de spécial et cela peut apporter de la valeur à l'équipe."

Lors des premières négociations, Razlan Razali avait exprimé une certaine fermeté, ne souhaitant pas dérouler le tapis rouge à un pilote qui en 2019 a plutôt fait pâle figure par rapport aux autres Yamaha. "Ils avaient des inquiétudes quant au fait qu'il puisse être compétitif, car nous avons pris cette décision il y a longtemps, à une époque où les courses n'avaient pas encore commencé à cause de cette situation liée au COVID-19", souligne Lin Jarvis, qui avait promis ce guidon à l'Italien au moment de lui annoncer son remplacement dans l'équipe officielle. "Alors, au début, ils ont compris le concept, mais ils avaient les mêmes inquiétudes que Valentino et nous avions eues six mois auparavant. Mais il a vite prouvé qu'il était bel et bien compétitif, il a ôté tout doute dans le team Petronas et ensuite ils étaient totalement d'accord."

Lire aussi :

Valentino Rossi, lui, a le sentiment d'un retour en arrière, de quoi peut-être lui faire vivre une seconde jeunesse puisqu'il se trouvera la saison prochaine dans une situation très comparable à celle du team Nastro Azzurro, avec lequel il a fait ses débuts dans la catégorie reine en 2000.

"Le team Nastro Azzurro était une vraie équipe satellite", assure le pilote. "C'est exactement ce qui se produit aujourd'hui avec Petronas et toutes les autres équipes satellites. Aujourd'hui les équipes satellites sont un projet important pour tous les constructeurs. Habituellement dans les équipes satellites on a de jeunes pilotes [destinés] à l'équipe d'usine. Et maintenant, très souvent, les motos de l'équipe satellites sont exactement les mêmes que celles de l'équipe factory."

"Le team Nastro Azzurro était exactement comme ça : j'avais une moto factory, j'avais mon team avec Jeremy Burgess, mais j'étais dans l'équipe satellite. Et j'ai lu quelque part que je suis le seul pilote à avoir gagné le titre en catégorie reine dans une équipe satellite en 2001, alors c'est bien pour l'année prochaine, j'essaierai à nouveau ! [rires]"

Aprilia pâtit de l'absence de Iannone et du COVID-19

Article précédent

Aprilia pâtit de l'absence de Iannone et du COVID-19

Article suivant

Honda contraint à plus de changements que prévu pour le nouveau pneu

Honda contraint à plus de changements que prévu pour le nouveau pneu
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing , Petronas SRT
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020