Yamaha n’aura pas de place pour Razgatlioglu en MotoGP en 2023

Yamaha aurait pu créer la sensation en recrutant Toprak Razgatlioglu en MotoGP, mais en étant privé d'équipe satellite le constructeur ne laisse plus de doute : il n'aura pas de place pour le Turc en 2023.

Toprak Razgatlioglu, Pata Yamaha WorldSBK

Officiellement, Yamaha a encore un guidon à attribuer dans son équipe d'usine pour la saison prochaine. Une équipe d'usine qui sera finalement la seule du constructeur, la réduction des effectifs ayant été actée par le départ du team RNF vers Aprilia. Or, personne ne doute plus de la prochaine reconduction du contrat de Fabio Quartararo, qui devrait donc rester associé à Franco Morbidelli, déjà engagé pour 2023, ce qui exclut de fait tout autre candidat.

À quelques jours de son test au guidon de la M1, Toprak Razgatlioglu sait donc qu'il n'y aura pas de place pour lui dans le giron Yamaha en MotoGP la saison prochaine, comme il pouvait l'espérer. Le pilote turc, sacré en WorldSBK l'an dernier, a souvent soufflé le chaud et le froid quant à la probabilité qu'il rejoigne les Grands Prix, mais son intérêt s'est récemment déclaré plus ouvertement. Si aucune place ne semblait pouvoir lui être attribuée dans l'équipe d'usine, la possibilité de lui proposer un contrat officiel dans l'équipe satellite de la marque laissait entrevoir une chance de mettre en place le transfert tant attendu, cependant celle-ci s'est désormais envolée.

Le test organisé pour Razgatlioglu, initialement prévu en fin de saison dernière puis décalé au mois de juin, devait être à la fois une récompense pour sa campagne 2021 et une opportunité d'évaluation au guidon de la MotoGP en vue d'un éventuel transfert des dérivées de la série vers les Grands Prix. Ce second point n'est désormais plus d'actualité depuis que RNF a décidé de rompre ses liens avec le constructeur japonais pour se lier à Aprilia, et le patron du programme a donc été clair quant au fait que la porte se ferme pour le moment.

"Le sens de ce test était son intérêt dans le fait d'essayer aussi la MotoGP", a expliqué Lin Jarvis, directeur exécutif de Yamaha Motor Racing, au site officiel du MotoGP. "Deuxièmement, c'était une sorte de récompense de la part de Yamaha pour son championnat de l'année dernière et le fait qu’il reste impliqué avec Yamaha pour l'avenir."

"Donc, je pense que le plus gros objectif de ce test reste inchangé. Se relaxer, tester, profiter et expérimenter la MotoGP, se faire un avant-goût de ce à quoi ça pourrait ressembler s'il choisissait d'y passer dans le futur", a poursuivi le responsable. "Mais bien entendu, la nouvelle selon laquelle nous n'aurons pas d'équipe satellite signifie dans tous les cas que nous n'aurons pas de place [pour 2023], point. Car nous n'aurons que les deux motos de l'équipe d'usine."

"Une année sabbatique" pour l'équipe satellite

Si l'option MotoGP en 2023 semble devoir s'évaporer, celle-ci n'ayant eu de chances de se concrétiser qu'avec Yamaha, rien n'exclut en revanche une arrivée de Toprak Razgatlioglu en Grand Prix en 2024, lorsque son contrat avec la marque sera arrivé à échéance. À moins qu'il décide alors d'aller solliciter d'autres marques, il pourrait voir la porte de l'équipe officielle MotoGP s'ouvrir lorsque prendra fin le contrat de Franco Morbidelli, également engagé jusque fin 2023.

"Je suis content de rester une année de plus avec Yamaha", a réaffirmé Morbidelli en marge du Grand Prix d'Italie pour tenter de couper court aux rumeurs, "content de rester avec toute l’équipe et j’ai envie de travailler avec eux pour permettre à Yamaha de retrouver la victoire et de refaire de belles courses, de belles performances."

Moins loquace, Quartararo a tout de même confirmé que l'on approche d'une décision le concernant. "Ça avance bien avec Yamaha, et au final il va falloir prendre une décision très bientôt. C’est tout", a-t-il fait savoir dans le courant du week-end lorsque le site officiel du MotoGP l'a interrogé sur le sujet. Mais Lin Jarvis l'assure : la confiance règne. "Nous en sommes très proches avec Fabio, donc je suis optimiste quant au fait que nous serons en mesure de confirmer dans un futur proche que Fabio va rester avec nous. Et Franco est à bord, il a un contrat pour 2022 et 2023, donc je pense que tout sera réglé très bientôt," a garanti le responsable.

Quant au programme Yamaha, il saura se renforcer à nouveau à l'avenir, selon le patron, notamment pour former de jeunes talents : "Nous aurons à nouveau une équipe satellite en MotoGP à l’avenir, je suis confiant sur ce point, et nous avons l’intention de poursuivre notre projet Moto2. Je dirais donc que nous prenons une année sabbatique par rapport à l’équipe satellite, c’est la meilleure façon de le dire, mais nous reviendrons à l’avenir et nous continuons de penser qu'il est très important de faire grandir de jeunes talents à travers le Moto2 et une équipe satellite MotoGP."

Reste à voir si Toprak Razgatlioglu appréciera d'attendre que Yamaha ait de la place pour lui en MotoGP...

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Joan Mir espère bientôt pouvoir annoncer son avenir
Article suivant Pour Espargaró, RNF pourrait allier un rookie à un pilote comme Rins

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France