Actualités
MotoGP GP d'Aragón

Yamaha pense ne pas remplacer Valentino Rossi

L'option de revoir Jorge Lorenzo en piste la semaine prochaine pour remplacer Valentino Rossi, touché par le coronavirus, ne convainc pas Yamaha.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Premier pilote MotoGP à être écarté par une infection au COVID-19, Valentino Rossi laisse un vide dans une équipe Yamaha quelque peu sonnée ce matin. "Hier nous avons eu une mauvaise surprise. Nous ne nous y attendions pas", admet Massimo Meregalli auprès du site officiel du MotoGP. "Nous pensions être sûrs, mais il l'a malheureusement attrapé et maintenant nous lui souhaitons de revenir le plus vite possible."

Testé mardi, deux jours après son retour du Mans, Rossi n'avait pas été diagnostiqué positif. Ce n'est que jeudi, alors qu'il s'est réveillé affaibli et fiévreux, qu'il a appris sa contamination après deux nouveaux tests, synonymes de mise sur pause brutale de son programme à la veille des essais du Grand Prix d'Aragón. Assurant avoir pris toutes les précautions recommandées en cette période, le pilote a témoigné de sa tristesse et de sa colère face à sa situation.

Lire aussi :

Immédiatement, Rossi s'est également dit pessimiste quant à ses chances de pouvoir retrouver la compétition lors de la prochaine manche, au programme la semaine prochaine sur le même circuit, et le team manager partage ce matin son avis. "Nous nous attendons clairement à ce qu'il fasse son retour à Valence, nous ne pensons pas qu'il sera de retour à temps pour Aragón 2", indique Meregalli.

Se pose alors la question d'un éventuel remplacement pour le pilote officiel Yamaha. "Pour le moment nous n'avons pas encore ouvert de discussions pour le remplacer ici, mais franchement je ne pense pas que nous le ferons", a fait savoir Massimo Meregalli, précisant auprès de la chaîne espagnole DAZN qu'il est "très probable" que le #46 ne soit pas plus remplacé la semaine prochaine que cette semaine.

Le règlement énonce qu'une équipe "doit fournir tous les efforts raisonnables afin de trouver un pilote de remplacement qualifié" dans les dix jours suivant le forfait, mais ne mentionne pas d'obligation de présenter d'autre pilote si aucun candidat ne convient. Au vu de la situation actuelle, l'option logique pour Yamaha serait de faire appel à Jorge Lorenzo, pilote d'essais de la marque depuis cette saison. Or le manque de roulage de l'Espagnol et le faible rythme qu'il a affiché à son retour en piste à Portimão il y a une semaine ne plaident pas en sa faveur.

"Jorge fera certainement partie des candidats, mais lors du test de Portimão, nous avons vu qu'après huit mois sans être monté sur la moto, il doit se réhabituer au rythme, à la vitesse et aux freinages", souligne Meregalli, tout en laissant une porte ouverte au Majorquin : "Si Rossi ne pouvait pas courir à Valence, nous essaierions de faire participer Jorge aux courses suivantes."

Au micro de Sky Sport Italia, Massimo Meregalli a clairement appelé Jorge Lorenzo à reprendre un entraînement plus intensif afin d'être prêt à saisir ce type d'opportunités. "Après les tests qu'il a faits à Portimão, je pense qu'il est clair qu'il a besoin de rouler un peu plus", a-t-il souligné. "Lorenzo a roulé avec nous un jour et demi à Sepang en février, après quoi il n'a plus piloté aucune moto. […] Nous en avons parlé aussi avec nos pilotes, et tout en disputant le championnat ils ont tout le temps besoin de rouler pendant les périodes de pause. Jorge a sûrement perdu l'habitude des freinages, de la vitesse, de l'accélération, il a donc sûrement besoin de rouler un peu plus."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Le moment pour Dovizioso de faire parler son expérience
Article suivant EL1 - Viñales mène dans le froid, Quartararo et Zarco à terre

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France