MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Yamaha regrette les opportunités manquées

Malgré quatre victoires en sept Grands Prix, le patron du programme Yamaha sait que de gros points ont échappé au constructeur durant la première moitié du championnat, entre soucis techniques et irrégularité des performances.

partages
commentaires
Yamaha regrette les opportunités manquées

Plus les courses passent et plus l'absence de Marc Márquez cette saison, un fait inédit depuis qu'il a rejoint le MotoGP en 2013, semble avoir créé chez les prétendants à sa succession une pression inédite, celle de devoir absolument saisir l'opportunité née de la blessure de la star espagnole. Passée la stupéfaction initiale, puis la crainte de le voir revenir rapidement et tout écraser à nouveau, et enfin une certaine euphorie à la compréhension que le #93 laissait bel et bien le champ libre cette saison, c'est l'angoisse de laisser filer cette chance qui anime de plus en plus de concurrents.

Lire aussi :

Chez Yamaha, on reconnaît aujourd'hui que la première moitié du championnat aurait pu mieux se passer, car si trois des quatre pilotes du groupe ont réussi à s'imposer, les variations ont été beaucoup trop fortes dans les performances des uns et des autres pour qu'une domination ait pu se dessiner au classement en faveur d'un des membres du quatuor. Fabio Quartararo, leader net après avoir remporté les deux premiers Grands Prix, en est l'une des meilleures illustrations, lui qui n'a plus retrouvé le podium depuis.

"Nous avons commencé super fort avec les deux victoires de Fabio à Jerez, et Maverick [Viñales] avait aussi obtenu de très bons résultats là-bas et Vale [Rossi] s'était également battu. Mais nous avons rencontré des problèmes de fiabilité à Jerez, puis nous avons été un peu en difficulté sur certaines pistes", reconnaît Lin Jarvis au site officiel du MotoGP.

Dominé en août, Yamaha a retrouvé les sommets à Misano, avec les victoires de Franco Morbidelli et de Maverick Viñales. "Nous avons soudain obtenu les quatre premières places en qualifications [au Grand Prix de Saint-Marin] et remporté la course le dimanche, mais d'autres pilotes n'ont pas été aussi performants qu'ils le pouvaient", constate le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing.

"Cette saison a ressemblé à des montagnes russes", résume-t-il. "Nous ne sommes en tout cas pas si mal, nous sommes premiers et deuxièmes au championnat par équipes et en tête du championnat constructeurs, on ne peut donc pas dire que ce soit une mauvaise saison mais j'ai vraiment l'impression que nous avons manqué des opportunités. Marc étant hors-jeu, c'est une opportunité en or pour les autres pilotes. Ils ont clairement bien plus de chances qu'ils n'en ont eu ces dernières années, que Marc avait dominées. Il faut être honnête, sur sa Honda Marc a vraiment dominé et il a été très difficile pour les autres pilotes d'être proches de lui."

Lire aussi :

Parmi les premiers problèmes que Yamaha a eu à gérer cette saison, sa série d'alertes moteur a eu, selon Lin Jarvis, des conséquences indéniables. "Cela a été un choc pour nous", admet le responsable en évoquant les deux casses de Jerez. Depuis, le constructeur a trouvé une façon de contourner le problème, lié à des valves défaillantes. "Bien sûr, on ne peut pas changer l'aspect mécanique du moteur, mais il y a beaucoup d'autres choses que l'on peut continuer à développer, qu'il s'agisse de l'électronique, de l'échappement ou des systèmes de gestion du moteur."

"Je ne suis donc pas très inquiet à l'idée que nous devions utiliser le même moteur l'année prochaine, en ayant compris que ce problème est lié à un ensemble spécifique de valves. Nous sommes assez confiants quant au fait que celles que nous utilisons désormais n'aient pas le même problème. Est-ce que cela a compromis notre performance cette année ? Oui. Ceci étant dit, je suis assez confiant quant au fait que nous pourrons continuer à nous montrer performants."

Honneur au plus motivé et au plus régulier

Cette première moitié de saison mouvementée étant close, Lin Jarvis n'entend pas s'arrêter aux opportunités manquées et aux déceptions qui l'ont jalonnée, convaincu que ses pilotes en ont encore en réserve.

Lire aussi :

"Je pense que [Maverick] a beaucoup plus à montrer cette saison et je crois que s'il peut vraiment se concentrer sur la course et garder confiance en lui, il peut y arriver. D'un autre côté, Fabio trouvait que la moto de l'année dernière était plus facile à gérer que celle de cette année. Nous pensons que la moto de cette année a plus de potentiel, et lui aussi, mais elle n'est pas aussi facile à piloter."

"Mais je pense que Maverick et Fabio n'en sont qu'à la moitié du parcours, alors attendons la seconde moitié. Je pense qu'ils ont encore beaucoup de choses à montrer", estime Lin Jarvis, qui admet également qu'il ne serait "pas surpris de voir [Morbidelli] très rapide" maintenant qu'il a connu le déclic de sa première victoire, et ce sans exclure la "bête de course" qu'est encore Valentino Rossi.

"Tous nos pilotes sont donc encore dans le coup et la saison est longue. Qui va réunir toutes les pièces du puzzle et être celui qui tirera le premier ? À mon avis, c'est très ouvert pour tous, alors est-ce que ce sera l'expérience ou bien la jeunesse ? Ce sera le gars qui le voudra le plus ! La clé pour gagner ce championnat sera de continuer à performer au plus haut niveau et d'être constant, alors on verra. Que le meilleur gagne !"

Leader sans dominer, Dovizioso tente de s'accrocher sans se leurrer

Article précédent

Leader sans dominer, Dovizioso tente de s'accrocher sans se leurrer

Article suivant

Près de 5000 spectateurs pour le GP de France au Mans

Près de 5000 spectateurs pour le GP de France au Mans
Charger les commentaires
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020