Yamaha salue la "saison proche de la perfection" de Quartararo

Il a beau avoir fait "une Joan Mir" en enregistrant sa seule chute de la saison juste après avoir validé son titre, Lin Jarvis salue la saison irréprochable de Fabio Quartararo, qui a porté sur ses épaules le retour au sommet de Yamaha.

Yamaha salue la "saison proche de la perfection" de Quartararo

Pour la première fois en six ans, Yamaha a fait main basse sur le titre de Champion du monde, un succès obtenu grâce à la vitesse et à la régularité de Fabio Quartararo, désormais successeur de Jorge Lorenzo au palmarès d'Iwata. La fin de saison a beau avoir été celle de l'affirmation d'un clan Ducati tout puissant, avec les succès d'un Pecco Bagnaia particulièrement menaçant mais aussi les titres des constructeurs et des équipes revenus à Borgo Panigale, Lin Jarvis veut faire la part des choses et savourer comme il se doit le succès le plus important.

"Nous sommes super heureux de ce résultat. Au final, c'est ce pour quoi nous sommes tous là, pour essayer de gagner le titre pilotes : c'est celui qui compte véritablement et celui dont on se souvient tous dans le temps", a souligné le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing. "Je suis super content. Cela faisait six années que nous n'avions pas gagné le titre pilotes, alors c'est formidable."

À partir du moment où il a remporté sa première victoire, en Aragón, Bagnaia a semblé assommer le championnat, empochant 116 points contre 72 pour Quartararo. Au milieu de cette série, sa chute alors qu'il occupait la tête du Grand Prix d'Émilie-Romagne peut même être perçue comme décisive puisqu'elle lui a coûté 25 points et a permis au Français d'en empocher deux de plus (en passant de cinquième à quatrième) : sans elle, l'écart final au championnat aurait donc pu être d'un point… en faveur du pilote Ducati.

Je pense qu'il n'y a pas de doute, tout le monde sera d'accord pour dire que Fabio méritait clairement d'être champion avec la saison qu'il a faite.

Lin Jarvis

Sur cette série de six courses lors desquelles Bagnaia s'est imposé quatre fois, Quartararo, lui, n'a plus été en mesure de dominer alors qu'il avait gagné cinq fois jusqu'alors. En qualifications, par ailleurs, il a réussi une impressionnante série de cinq pole positions au printemps avant d'occuper les autres places de la première ligne puis de s'en éloigner, même de beaucoup, en fin de championnat, dans une dynamique inverse de celle de Bagnaia.

Pour le Français, cela ne fait aucun doute : il a bel et bien gagné son titre sur l'ensemble de la saison, en sachant rester régulier même lorsque la première place s'est refusée à lui. "Mon championnat a été gagné de la première course jusqu'à Misano. J'ai gagné à Misano, donc on a réussi à obtenir beaucoup de points dans la deuxième moitié. Pour moi, j'ai gagné à la fois dans la première et la deuxième partie", affirmait-il à l'heure de conclure.

Un point de vue partagé par Lin Jarvis, admiratif du parcours du numéro 20 après sa cinquième place en ouverture de saison, au Qatar : "Le championnat de Fabio a ensuite continué à évoluer de façon très positive. Dans les courses où il a eu du mal, il n'a pas tout perdu, il a toujours réussi à marquer des points et il a obtenu cinq victoires. Je pense donc qu'il n'y a pas de doute, tout le monde sera d'accord pour dire que Fabio méritait clairement d'être champion avec la saison qu'il a faite."

Le Champion du monde Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing fête son titre avec son équipe

Fabio Quartararo et son équipe après la validation de son titre de Champion du monde

Le responsable sait qu'il n'a pratiquement aucun reproche à faire à son champion, si ce n'est qu'il a fait un faux-pas juste après avoir validé son titre : "Je crois que Fabio a fait une saison proche de la perfection. Il a un peu fait une Joan Mir : il a gagné le titre, puis il est tombé à la course suivante, malheureusement, ce qui a finalement été l'élément décisif qui a permis à Ducati de gagner un titre constructeurs mérité."

"Dans ce milieu, on voit à quel point les résultats [sont changeants]", veut relativiser le responsable. "Par exemple, à Misano ils [Ducati] ont terminé avec zéro point, puis à Portimão c'est nous qui n'avons pratiquement pas marqué de points. Alors les choses peuvent changer très vite, le championnat est très compétitif. En tout cas, c'est vraiment bien d'avoir un nouveau titre pilotes à notre palmarès."

Une réaction de toute l'équipe après 2020

S'il sait ce qu'il doit à Fabio Quartararo, Lin Jarvis estime que la clé du succès tient à un effort d'équipe, avec un rebond qui s'avérait nécessaire au vu de la tournure prise par la saison 2020. "Je crois qu'il s'agit juste du fait de réunir l'ensemble du package et de travailler ensemble en tant qu'équipe, de faire en sorte que les ingénieurs travaillent beaucoup plus étroitement entre Japonais et Européens."

"Pour gagner dans ce milieu hautement compétitif, où six constructeurs sont impliqués, il faut vraiment que tout soit aligné. C'est très compliqué et complexe, c'est imprévisible également. Parfois tout est aligné et puis un problème majeur survient, par exemple comme avec Marc [Márquez] et sa blessure totalement inattendue il y a un an, qui a changé la donne pour Honda."

"Donc je pense que nous nous sommes clairement remis de ces deux ou trois dernières années. L'année dernière a été difficile, on s'en souvient tous et notamment moi, malheureusement pas pour les bonnes raisons. Nous avons eu un souci avec les moteurs, l'histoire des soupapes. Si vous faites une erreur dans votre processus de préparation, vous n'atteignez pas votre objectif. Cette année, nous avons donc vraiment fait un pas en avant par rapport à l'année dernière."

Lire aussi :

Techniquement, Lin Jarvis sait que la Yamaha ne peut être comparée à la Ducati, qui avant même d'optimiser de plus en plus l'ensemble de son package peut compter sur une puissance pure qui fait envie aux pilotes d'Iwata. Mais les progrès malgré tout réalisés sur la spec 2021 ont compté, selon le responsable, tout comme la promotion justifiée de Fabio Quartararo. 

"Nous continuons à manquer de puissance pure comme tout le monde l'a vu, mais c'est aussi dû aux restrictions liées au COVID-19 entre la saison dernière et celle-ci, sans développement moteur, si bien que nous n'avons pas pu progresser, cependant nous avons progressé cette année sur de très nombreux autres points. Nous avons fait passer Fabio dans l'équipe d'usine avec certains membres de son staff de l'année dernière et il y a une très bonne synergie, un très bon travail entre eux. Ce n'est pas la première année de Fabio chez Yamaha, c'est sa troisième année, alors je pense qu'il a lui aussi élevé son niveau cette année."

"Nous avons réglé beaucoup des problèmes que nous avions avec la moto de l'année dernière, lorsqu'il s'agissait d'une toute nouvelle moto d'usine, une nouvelle génération, mais qui n'était pas totalement au point. Donc je pense que nous avons simplement élevé notre niveau et nous avons dès lors été capables de faire le job."

partages
commentaires

Voir aussi :

L'approche "podium ou rien d'autre" de Zarco lui a "coûté cher"
Article précédent

L'approche "podium ou rien d'autre" de Zarco lui a "coûté cher"

Article suivant

Ducati misait plus sur Miller que sur Bagnaia

Ducati misait plus sur Miller que sur Bagnaia
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021