Yamaha sanctionné pour l'irrégularité de ses moteurs

Yamaha et ses deux équipes MotoGP se voient privés de points au championnat, sanctionnés pour la non conformité des moteurs utilisés au Grand Prix d'Espagne.

Yamaha sanctionné pour l'irrégularité de ses moteurs
Charger le lecteur audio

Comme nous l'anticipions plus tôt dans la journée, Yamaha se trouvait sous le coup d'une enquête pour l'utilisation de moteurs non conformes. Et la sanction est tombée, les commissaires de la FIM jugeant que "Yamaha Motor Company n'a pas respecté le protocole exigeant l'approbation unanime de la MSMA pour procéder à des changements techniques", ce qui est mis sur le compte d'une "erreur interne".

D'après les informations de Motorsport.com, l'irrégularité reprochée au constructeur d'Iwata concerne des soupapes utilisées sur les moteurs lors du premier Grand Prix de la saison, à Jerez, qui ne correspondaient pas à celles de l'échantillon homologué avant le début du championnat. Les sanctions infligées par les commissaires portent donc sur les points acquis lors de l'utilisation du moteur incriminé, mais uniquement aux championnats constructeurs et équipes.

Ainsi, Yamaha se voit retirer 50 points au classement des constructeurs, ce qui correspond aux 25 unités de la victoire de Fabio Quartararo au Grand Prix d'Espagne, doublées par les commissaires. La conséquence est radicale : la marque perd la tête de ce championnat, au profit de Ducati et est également dépassée par Suzuki.

Au classement par équipes, Monster Energy Yamaha MotoGP perd les 20 points correspondant à la deuxième place de Maverick Viñales à cette première course de Jerez. Quant au team Petronas Yamaha SRT, il se voit destitué de 37 points, soit un de plus que ceux rapportés par la victoire de Fabio Quartararo et la cinquième place de Franco Morbidelli. À en juger par le récapitulatif d'utilisation des moteurs fourni chaque week-end par le championnat, ce point supplémentaire correspond à celui obtenu par Morbidelli au GP de Styrie, la seule autre manche lors de laquelle le premier moteur de l'allocation a été réutilisé (en essais uniquement) après le GP d'Espagne.

Là aussi, cela engendre une rétrogradation au classement puisque le team officiel KTM s'empare de la quatrième place alors que la structure d'Iwata glisse au cinquième rang. Petronas conserve sa deuxième place actuelle, mais avec désormais un retard nettement plus important sur Suzuki.

Il est à noter que ce sont le constructeur et les teams des trois pilotes de la marque ayant vu l'arrivée du Grand Prix d'Espagne qui sont sanctionnés, l'équipe technique de Valentino Rossi n'étant ainsi pas concernée. Précision loin d'être anodine dans l'optique de la course au titre : les pilotes du groupe, eux, sont épargnés, et ce alors qu'ils sont trois à figurer aux quatre premières places du championnat pilotes à l'approche de l'ultime série de trois courses.

Par ailleurs, Yamaha peut faire appel de cette sanction dans l'heure qui suit le jugement.

Lire aussi :

Il s'agit là d'un nouvel épisode dans une gestion moteur particulièrement houleuse pour Yamaha cette saison. Touché par des avaries dès le début du championnat, le constructeur a un temps requis la possibilité d'ouvrir ses moteurs à l'usine afin de remplacer des soupapes, mettant en avant un problème de sécurité qui aurait pu l'y autoriser. Mais, sans avoir fourni les documents nécessaires attestant d'un possible lot de pièces défaillant, Iwata avait finalement retiré sa requête, choisissant plutôt de ménager les moteurs concernés en limitant leur roulage par la suite.

Les pilotes se trouvent toutefois à la limite de leur quota, au point que Viñales a révélé en cette veille de Grand Prix d'Europe devoir rester au stand plus qu'il ne le souhaiterait pendant les essais libres afin d'économiser ses blocs restants, au kilométrage avancé. Quartararo est le seul pilote du groupe à ne pas avoir perdu de moteur à ce stade, mais il a utilisé au moins une fois chacun de ses cinq blocs. Viñales et Morbidelli ont chacun eu un moteur retiré de leur allocation, et Rossi en a même perdu deux.

partages
commentaires

Voir aussi :

En manque de moteurs, Viñales est contraint de limiter son roulage
Article précédent

En manque de moteurs, Viñales est contraint de limiter son roulage

Article suivant

Négatif au COVID-19, Valentino Rossi tente de faire son retour

Négatif au COVID-19, Valentino Rossi tente de faire son retour
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021