Réactions
MotoGP GP d'Espagne

Zarco détaille le "comportement assez difficile" de la Honda

Les premiers essais à Jerez ont confirmé les difficultés de la Honda en entrée de courbe selon Johann Zarco. Le Français a connu une "chute positive" mais a terminé la journée loin des leaders.

Johann Zarco, Team LCR Honda

Les gros changements apportés à la Honda 2024 semblent lui avoir fait perdre ce qui restait une force l'an dernier, malgré des difficultés déjà évidentes : son comportement en courbe, et plus précisément l'entrée dans les virages. Johann Zarco a confirmé ce problème après les premiers essais au GP d'Espagne, en ne pouvant que constater le retard sur les autres marques.

"On perd beaucoup dans les virages rapides, c'est vraiment notre limite", a expliqué le pilote LCR. "Quand on incline la moto, elle ne tourne pas comme les autres et on manque aussi d'adhérence. On ne peut pas associer les deux pour le faire. Le pneu neuf aide beaucoup à avoir une bonne accélération, à améliorer le turning aussi, mais quand on compare aux autres, ils sont encore un gros cran devant."

Zarco a donné des détails sur les difficultés de la Honda pour bien aborder les courbes : "En entrée de virage, une fois qu'on essaie de positionner la moto et qu'on met de l'angle, c'est là qu'elle réagit moins bien alors qu'il faut mettre de l'angle sur une moto. Du coup, c'est ça qui nous met beaucoup en difficulté. Il y a certains pilotes qui peuvent presque perdre un peu confiance. Moi, ça va, comme j'analyse bien, j'arrive à attaquer, tenter, mais clairement, il y a une limite."

"Je pense qu'elle manque d'accroche derrière et même si on met de l'accroche, parfois ça tourne mieux mais pas assez", a détaillé Zarco. "Du coup, je ne sais pas pourquoi la moto a un comportement assez difficile dans cette zone-là, mais ce sont des zones de placement et ensuite, tout découle de ça. Si tu n'as pas le bon placement, tout devient difficile après et c'est un peu notre cas. Je ne peux pas le décrire vraiment mieux mais c'est un peu ces zones-là."

"En revanche, du pneu médium usé jusqu'au soft neuf, c'était quand même agréable, la moto s'est un mieux comportée alors qu'à Austin, je ne trouvais quasiment aucune différence. C'est agréable de reprendre un peu d'air parce qu'Austin était ultra compliqué. On a changé des choses et presque confirmé qu'une pièce empirait les choses lors des deux derniers Grands Prix."

Johann Zarco, Team LCR Honda

Johann Zarco

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Honda a ainsi abandonné cet élément pour revenir à une version utilisée pendant les tests de pré-saison. Quant à la cause profonde des difficultés, Zarco reconnaît qu'il n'en a "aucune idée" pour le moment. "Si je le savais, je serais ingénieur !", s'est-il amusé. Il rejoint en revanche Joan Mir sur le besoin de modifier le concept de la moto, malgré les promesses des tests hivernaux.

"Je suis plutôt d'accord mais j'ai senti un bon potentiel pendant les tests. Mais après, j'ai réalisé que je n'avais plus ce potentiel, et même avec ce potentiel, si on pense qu'on l'utilise bien, comme aujourd'hui, on est encore dans les dernières places. Je dis aussi à Honda que c'est juste une façon de voir les choses, que la direction qu'ils ont prise n'était pas la bonne. Elle était bonne dans certains domaines par rapport à l'an dernier mais par rapport au niveau nécessaire maintenant, il faut aborder le sujet différemment."

Lire aussi :

"Sur tous les petits détails, Honda est une grosse marque et ils ont beaucoup d'ingénieurs pour jouer sur ça mais en ce moment, on joue sur ces détails et on n'a pas changé la base."

Une "chute positive" mais des chronos en retrait

La journée de Johann Zarco ne s'est pas limitée à l'analyse des difficultés actuelles de Honda. Le Provençal a également préparé le week-end, qui a débuté sur une chute... dans laquelle il parvient à voir le positif parce qu'elle a aidé selon lui à identifié certaines limites de sa moto.

"Une petite chute ce matin, mais peut-être une chute positive parce qu'immédiatement, ça a montré les problèmes que l'on peut avoir", a-t-il relativisé, avant de préciser son propos : "Ce n'est presque pas plus mal de tomber parce que ça m'a permis d'accentuer encore plus le défaut que l'on pouvait avoir, la difficulté que l'on peut avoir."

La chute de Johann Zarco, Team LCR Honda

La chute de Johann Zarco

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Zarco a donc jugé ses essais intéressants ce vendredi : "On a fait de bons progrès dans l'après-midi. En pneus usés, j'ai fait des progrès que je n'attendais pas et dans le time attack, on tente mais on a les limites de la moto. Je pense qu'il faudra être patients, faire des tests, essayer de nouvelles choses et aller de l'avant."

Auteur du 19e temps en EL1 , Zarco a fait légèrement mieux en Essais en prenant la 18e place.  Il aurait pu réaliser un meilleur chrono mais absolument pas jouer une place dans le top 10 : "Dans le time-attack, le dernier tour il y avait moyen peut-être de faire deux dixième de mieux, je me suis raté à un ou deux endroits. Deux dixième de mieux, ça ne fait quand même pas une qualif [en Q2]. Demain, si les conditions sont un peu changeantes, [il y aura peut-être] une opportunité à prendre. [On pourra] essayer de jouer s'il a plu, si c'est séchant, peut-être jouer sur ça pour avoir ce plaisir de jouer les bonnes places."

"Je n'ai pas encore vu le tour de Nakagami [meilleur pilote Honda à la 16e place, ndlr] mais pour moi le 1'36"9, c'était beau avec la Honda, donc il a fait un très beau tour, il adore [Jerez]", a souligné Zarco. "Il fallait faire 1'36"5, donc encore quatre dixièmes [à gagner pour entrer en Q2]. Oui, on croit que c'est possible parce qu'à un moment j'étais 12e, les autres chutaient, mais non. Un 1'36"8 aurait peut-être été un tour parfait, ça ne faisait pas une qualif [en Q2]. La Q2 était quand même un peu difficile. J'ai suivi Binder quand il a fait 1'36"6 et c'était chaud."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bagnaia dans le coup après un vendredi utilisé "comme un test"
Article suivant Márquez et la Ducati : "On peut arrêter de parler d'adaptation"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France