En quête de confiance, Zarco vise le top 7

Johann Zarco arrive en Malaisie avec des objectifs élevés, mais réalisables selon lui s'il parvient à trouver la confiance nécessaire sur une Honda RC213V qu'il découvre encore.

En quête de confiance, Zarco vise le top 7
Charger le lecteur audio

Après son retour au Grand Prix d'Australie, Johann Zarco retrouve le circuit de Sepang, en Malaisie, pour l'avant-dernière épreuve de la saison. Dernier round de l'éprouvante tournée outremer, la course se dispute dans un climat très particulier, contrastant totalement avec le froid et le vent de la semaine dernière, à Phillip Island.

Le pilote français s'est donc acclimaté à la chaleur et l'humidité de la Malaisie depuis lundi afin de se préparer au maximum pour ce rendez-vous. Jeudi, l'occasion était bonne de revenir sur ce premier Grand Prix en Honda, et d'en faire un premier bilan, après une 13e place finale, sur les talons de la KTM de Pol Espargaró.

Lire aussi :

"Lundi matin j'ai atterri à Kuala Lumpur, c'est toujours bien de s'acclimater à la chaleur, même si je reste au bord de la piscine ! On s'habitue à la météo en restant dehors. L'Australie a été un week-end important, je n'ai pas chuté, et ça c'est un point important. Je n'ai pas fait des choses incroyables sur la Honda pour le moment, mais je n'ai pas été ridicule, donc je juge la situation moyenne pour le moment."

Alors qu'il avait dû découvrir une toute nouvelle machine sur le mouillé lors des EL1 en Australie, Johann Zarco sait qu'il pourra débuter le week-end avec une base qu'il connaît mieux. Une donnée importante, qui devrait lui permettre de tout de suite augmenter son rythme, et se montrer sous un meilleur jour dimanche après-midi. Alors que le tracé de Sepang lui a bien réussi par le passé, le Cannois assure ne pas y penser, et simplement se concentrer sur le travail du week-end, avec une petite dose d'humilité.

"Je me suis habitué à la moto, j'ai pu faire toute une course avec, ce qui est déjà beaucoup. Il faudra d'entrée, dès les EL1, attaquer sur un meilleur rythme. Le fait d'attaquer sur un bon rythme tout de suite, ça permet de le garder jusqu'à la fin du week-end, et de faire un meilleur travail avec de meilleures performances. Je ne me mets pas trop en tête le fait que cette piste puisse me réussir, avec l'expérience il faut prendre un peu comme ça vient. Il y a des pistes où on croit bien faire et finalement non, d'autres sur lesquelles on arrive un peu plus humble et on s'en sort mieux, voilà. [Il faut] toujours un brin d'humilité pour donner le maximum et bien se concentrer", a-t-il expliqué au micro de Canal+.

Après avoir enduré une première partie de saison calamiteuse au guidon de la KTM RC16, menant à sa fin de contrat anticipée, le numéro 5 recherche activement de la confiance sur la RC213V. Point positif, Zarco estime que si cette dernière est retrouvée le plus rapidement possible, elle pourrait lui permettre de tutoyer de nouveau les sommets du MotoGP, auxquels il était habitué sur sa Yamaha Tech3 lors de ses deux premières saisons.

Lire aussi :

"Sur la moto, on sent vraiment que Honda a de l'expérience. Les réglages sont bien préparés. Il faut juste récupérer une énorme confiance de la moto, quand on entre dans le virage, penser qu'on peut toujours y aller plus vite. C'est ce à quoi je dois m'habituer, et je pense que j'aurai le sourire sous le casque, et que j'irai vite. Parfois je sens ça, parfois non, il faut que ça devienne automatique et je pense qu'à partir de ce moment je serai directement dans le top 10 ou le top 7."

Le top 7 peut sembler être un objectif ambitieux, mais Johann Zarco l'assume, même si Pol Espargaró venait de nouveau à le battre : "C'est aussi un objectif [de battre Espargaró], mais je dois être au moins dans le top 7 pour montrer que je suis un pilote de course et que je peux être avec les meilleurs. Si je suis dans le top 7 et que Pol est cinquième, je pense que je serai heureux pour moi et pour Pol. Je dois me montrer plus à l'avant, la bagarre avec Pol était très bonne en Australie. J'aurais peut-être pu avoir plus de rythme que lui, mais je n'ai pas pu l'utiliser pour le lâcher, il est resté là et ensuite on s'est vraiment battu", a-t-il expliqué avant de balayer d'un revers de la main toute pression que cela pourrait engendrer : "Ce n'est pas de la pression, c'est juste la réalité ! Si tu fais du bon travail, que tu gères bien les choses, tu dois être là. Être honnête avec moi-même, c'est tout."

partages
commentaires
Petrucci reçoit le feu vert des médecins
Article précédent

Petrucci reçoit le feu vert des médecins

Article suivant

Quartararo prêt à tout donner malgré une cheville douloureuse

Quartararo prêt à tout donner malgré une cheville douloureuse
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021