Zarco : "Les courses avec Honda m'ont permis d’ôter quelques doutes"

Devenu pilote officiel KTM après deux ans au guidon de la Yamaha satellite, le Français a décroché une place inespérée sur une Ducati pour 2020. Entre-temps, son remplacement de Nakagami sur la Honda du team LCR a eu un effet bénéfique.

Zarco : "Les courses avec Honda m'ont permis d’ôter quelques doutes"

Après une longue attente, l'arrivée de Johann Zarco dans le groupe Ducati a finalement été officialisée en début de semaine, mettant fin à un suspense qui n'en était plus un, particulièrement depuis que le Français lui-même s'était exprimé sur le sujet dans les colonnes de Moto Journal. "J’aimerais préciser que la nouvelle aurait dû tomber avant que le magazine ne sorte. Quoi qu’il en soit, je suis très content de l’accueil reçu par cette annonce", commente aujourd'hui le pilote sur le site officiel du MotoGP.

Lire aussi :

Johann Zarco a bien des raisons d'être content et soulagé, car il faut dire qu'il a connu une année bien mouvementée, depuis ses premiers essais de la KTM il y a un peu plus d'un an. En souffrance au guidon d'une RC16 qui ne lui a jamais transmis de bonnes sensations, le double Champion du monde Moto2 a réussi à changer ses plans et obtient finalement une Ducati GP19 après un parcours tortueux l'ayant vu tenter sa chance chez Honda.

"Quand j’ai décidé de quitter le projet KTM en août dernier, je n’avais aucun plan B. Puis ils m’ont écarté au profit de Kallio… Au final, ça a été un mal pour un bien, puisque dans la foulée, l’opportunité s’est présentée à moi de courir sur la Honda", souligne-t-il. "Je voyais bien que Jorge [Lorenzo] n’était plus trop en phase. Alors même si je ne savais pas encore de quoi son avenir allait être fait, j’ai entrepris de jouer cette carte à fond. Forcément, lorsqu’il a convoqué cette conférence de presse à Valence pour faire savoir qu’il mettait un terme à sa carrière, je me suis dit que ça sentait plutôt bon. Mais durant le week-end, le vent a tourné et beaucoup de choses ont été chamboulées. D’ailleurs, c’était un peu bizarre [le] dimanche, car je savais déjà que je n’avais quasiment plus aucune chance."

"Finalement, Ducati m’appelle lundi en me disant ‘il faut qu’on discute’. Nous avons eu plusieurs meetings durant lesquels ils m’ont expliqué ce qu’ils pouvaient me mettre à disposition et ils ont su me convaincre. Ça m’a mis en confiance !" admet Zarco, qui n'avait pas caché ses réticences initiales. "Ils m’ont dit que le team Avintia allait complètement changer de statut. Et puis pour ma part, j’allais avoir la possibilité de rejouer ce top 7 ou 10, pour disons mériter ensuite une moto encore meilleure dans un futur proche, avec peut-être des podiums à la clé."

Ces résultats parmi les sept à dix premiers constituent l'objectif que s'est fixé Zarco, maintenant qu'il va piloter une Ducati GP19, une machine similaire donc à celles dont disposaient cette année Dovizioso, Petrucci et Miller, et victorieuse trois fois. "Oui [c'est l'objectif], sauf si ça se présente mieux… Après, je sors d’une année quand même bien difficile. Un retour dans le top 7 ou 10 sur toutes les courses, ça serait déjà bien. Pour l’heure, il vaut mieux reprendre des objectifs raisonnables, pour ensuite viser podiums et victoires."

Lire aussi :

Compte tenu de cet accord tardif, le pilote français n'a pas encore pu prendre le guidon de sa nouvelle moto, qu'il découvrira début février lors des essais de Sepang. Arrivé en MotoGP il y a trois ans, il s'agira d'une quatrième machine différente pour lui, pourtant il ne s'inquiète pas de cette nouvelle adaptation qu'il va lui falloir réussir en peu de temps.

"Ces trois courses disputées sur la Honda ont vraiment permis d’ôter quelques doutes, qui avaient pu s’installer par manque de résultats. Le fait d’avoir eu de bonnes sensations et qu’eux-mêmes aient été satisfaits de mon approche, ça m’encourage à croire que tout se passera bien", explique-t-il. "Je sais que c’est une moto performante. C’est justement cette stabilité, tant dans le travail que dans la technique, qui me permettra de davantage me concentrer sur le pilotage afin de retrouver des sensations de top pilote."

partages
commentaires
Séisme au Mugello : le circuit est intact et accueille des sinistrés

Article précédent

Séisme au Mugello : le circuit est intact et accueille des sinistrés

Article suivant

Le GP d'Autriche élu meilleur Grand Prix de 2019

Le GP d'Autriche élu meilleur Grand Prix de 2019
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021