Pour Zarco, la 2e place compte plus que devancer les autres Yamaha

partages
commentaires
Pour Zarco, la 2e place compte plus que devancer les autres Yamaha
Par : Léna Buffa
12 avr. 2018 à 11:58

En Argentine, le pilote Tech3 a continué à mener grand train aux avant-postes alors que les Yamaha officielles étaient en lutte pour les accessits.

Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Deuxième place pour Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Podium : le deuxième, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, le vainqueur Cal Crutchlow, Team LCR Honda, le troisième, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Le deuxième, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Second place Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Hafizh Syahrin, Monster Yamaha Tech 3
Second place Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Hafizh Syahrin, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech3
Cal Crutchlow dépasse Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

Comme il l'avait fait précédemment au Qatar, Johann Zarco a animé les avant-postes lors du Grand Prix d'Argentine, deuxième manche d'un championnat qui s'annonce prometteur pour le Français. Actuellement troisième de la hiérarchie mondiale, le pilote Tech3 en est le meilleur représentant du clan Yamaha, statut qui a échappé à Valentino Rossi après cette course rocambolesque.

Mais avant même la chute du Docteur, c'est bien Zarco qui donnait le ton parmi le quarté de YZR-M1 présentes dans la catégorie. Premier pilote Yamaha sur la grille grâce à sa deuxième qualification de suite en première ligne, il s'est d'emblée installé dans le groupe de poursuivants de Marc Márquez, lequel allait bien vite se muer en groupe de tête lorsque l'Espagnol, parti sur un rythme canon, a dû effectuer un ride-through.

Installé derrière Miller et Rins, Zarco a longtemps devancé Crutchlow jusqu'à ce que l'Anglais se décide à passer à l'attaque, à sept tours de l'arrivée. Le Français tentera de répliquer trois tours plus tard, en prenant les commandes de la course au détriment du pilote LCR, mais celui-ci avait une réserve que Zarco n'avait pas et elle fut finalement décisive dans la conquête de la victoire.

Pendant ce temps, les deux Yamaha officielles avaient, elles aussi, progressé dans la hiérarchie mais un cran en-dessous puisqu'elles avaient pris les rênes du second groupe, à 13 secondes de la tête de la course. Ce statut de "meilleur des autres" est resté en possession de Viñales au classement final – suite à la dernière pénalité de Márquez, qui avait réussi à prendre le pouvoir sur lui dans la foulée du dépassement sur Rossi qui allait tant faire parler.

Pour Zarco, son rang de meilleur pilote Yamaha n'est pas l'enseignement principal de cette course. "C'est bien, mais avant tout c'est juste fantastique de finir deuxième. Si Yamaha avait gagné, j'aurais été content d'être deuxième. Aujourd'hui je suis le premier Yamaha mais [être] deuxième, [marquer] 20 points, c'est ce qui me rend le plus heureux", assurait-il dimanche soir.

S'il se satisfaisait autant de sa deuxième place, en dépit du fait qu'il a mené la course lors de trois des cinq derniers tours, c'est que Johann Zarco sentait qu'il était à la limite, contrairement à Cal Crutchlow.

"Dans le dernier tour, j'étais proche mais Cal avait plus de facilité que moi, il a mieux géré la course. Deuxième, c'est donc fantastique après un dimanche stressant", retenait-il. "J'étais à la limite dans le dernier tour et, quand je suivais Jack et Álex aussi, je n'arrivais pas à avoir beaucoup de facilité derrière eux pour ensuite les passer. Quand j'étais troisième, je donnais mon maximum, quand j'étais deuxième aussi, et quand j'étais en tête pendant trois tours, je ne pouvais pas faire plus."

"J'ai bataillé sur cette course argentine, parce que vendredi sur le sec il me manquait quelque chose sur la moto, je n'étais pas complètement détendu. Ensuite nous avons testé des choses qui, je crois, m'ont aidé, sinon je n'aurais pas pu rester avec les leaders. Ça n'était pas un progrès suffisant pour me permettre d'avoir de la facilité, c'était suffisant pour être deuxième."

Une course "presque parfaite" pour Poncharal

Hervé Poncharal a encore connu des émotions fortes pendant ce week-end argentin, sentant une nouvelle fois que la première victoire tant attendue était très proche... mais qu'il manquait ce petit quelque chose décisif.

"Finir un week-end comme celui-ci de cette façon, c'est tout simplement incroyable", souligne le patron des troupes de Bormes-les-Mimosas. "La tension était très élevée. Encore une fois, Johann a fait une course épatante, tout en vitesse, mais aussi tout en sagesse. Course après course, il montre qu'il maîtrise ses émotions, qu'il étudie ses adversaires, et il a fait la course parfaite – presque parfaite en tout cas parce que complètement parfaite c'est quand on gagne."

"Je suis très fier de Johann et de toute l'équipe. Merci à Yamaha pour cette formidable moto qu'ils nous fournissent. Aujourd'hui nous avons failli remporter cette victoire qui nous échappe, mais je crois que Cal était un peu plus fort. Bravo à lui !"

Prochain article MotoGP
CVC Capital Partners négocie un rachat du MotoGP

Article précédent

CVC Capital Partners négocie un rachat du MotoGP

Article suivant

Le directeur de course défend la justesse des commissaires

Le directeur de course défend la justesse des commissaires
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Catégorie Course
Lieu Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités