Zarco et Rins intéressent Tech3 pour 2017

Suite et fin de notre interview d'Hervé Poncharal. A l'aube d'une saison qui s'annonce très riche sur le marché des transferts, le directeur de l'équipe Tech3 évoque les cartes qu'il est prêt à abattre pour 2017.

Zarco et Rins intéressent Tech3 pour 2017
Hervé Poncharal, Team Principal Tech 3 Yamaha
Bradley Smith, Tech 3 Yamaha
Pol Espargaró, Tech 3 Yamaha
Bradley Smith, Tech 3 Yamaha et Hervé Poncharal, Team Principal Tech 3 Yamaha
Bradley Smith, Tech 3 Yamaha
Pol Espargaró, Tech 3 Yamaha
Le deuxième, Bradley Smith, Tech 3 Yamaha
Hervé Poncharal, Team Principal Tech 3 Yamaha
Bradley Smith, Tech 3 Yamaha
Alex Rins, Pagnias Amarillas HP 40
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Podium : le deuxième, Alex Rins, Paginas Amarillas HP 40, le vainqueur Johann Zarco, Ajo Motorsport, et le troisième, Tito Rabat, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Hervé Poncharal, Team Principal Tech 3 Yamaha
Johann Zarco, Ajo Motorsport
Hervé Poncharal, Team Principal Tech 3 Yamaha
Johann Zarco, Ajo Motorsport

La majeure partie des contrats arrivera à échéance fin 2016, une situation qui n'est pas sans mettre la pression aux pilotes Tech3. En poste respectivement depuis 2013 et 2014, Bradley Smith et Pol Espargaró savent que leur place est convoitée par les jeunes espoirs de la discipline, séduits par l'expertise de Tech3 autant que la qualité de la YZR-M1.

"2016 c'est une année clé pour Bradley et Pol", reconnaît Hervé Poncharal auprès de Motorsport.com. "La saison est importante pour eux et je pense qu'ils doivent montrer qu'ils sont capables de briller et éventuellement d'obtenir un guidon officiel pour 2017."

Une saison importante pour le marché des transferts et donc pour l'avenir des deux sociétaires du team tricolore, or tous deux ne l'abordent pas dans les mêmes conditions. Si l'Espagnol peine à trouver la symbiose nécessaire avec sa machine comme Hervé Poncharal en a eu la confirmation lors des essais de Sepang, l'Anglais a gagné en maturité et en qualité.

"Je pense que [Bradley] est mûr. Il nous a vraiment impressionnés en 2015", confirme le directeur d'équipe français. "Il connaît très bien le MotoGP, il a prouvé qu'il était capable et c'est un bon metteur au point. Il y a, à mon avis, beaucoup d'usines pour lesquelles son profil peut être très intéressant. Il a la vitesse, l'expérience, la maturité de réfléchir. Il a encore 2016 devant lui, il peut surprendre."

"Fin 2016, Bradley aura fait quatre saisons avec Tech3 et Pol trois. Il y aura donc deux solutions : soit ils auront cassé la baraque et ils seront pris par une usine, Yamaha ou une autre ; soit ils n'auront pas fait mieux qu'une bonne saison et dans ce cas que faudra-t-il faire ? Est-ce qu'il faut qu'on les garde ad vitam aeternam, ou bien - et c'est là que c'est délicat sur le plan humain - doit-on leur dire que notre job c'est d'investiguer de jeunes pilotes et non de faire 5, 6, 7 ans avec le même pilote ? Un cas de conscience va se poser à nous", explique le patron de Tech3.

"Il n'y a pas qu'Alex Rins, il y a aussi Johann Zarco"

S'il ignore pour l'heure ce qu'il adviendra de ses pilotes actuels, Hervé Poncharal n'en reste pas moins un observateur attentif. Aussi, lorsque nous évoquons les talents émergents, il confirme partager l'intérêt de Yamaha pour Alex Rins, mais indique avoir également un autre jeune pilote en ligne de mire.

"Le Moto2 est l'antichambre du MotoGP. Le rookie 2014 c'était [Maverick] Viñales et on a vu qu'il a fait une super première année en MotoGP. Le rookie de l'année qui vient de s'écouler, c'est Rins, donc on sait qu'à court terme il est programmé pour rouler en MotoGP. Par conséquent, Honda, Suzuki, Ducati et aussi Yamaha y réfléchissent, évidemment", résume-t-il au sujet du prometteur Espagnol.

"Mais il n'y a pas qu'Alex Rins, il y a aussi Johann Zarco", poursuit Hervé Poncharal. "Beaucoup de pilotes ont un gros potentiel comme Kent, Oliveira, Quartararo, mais ils ne sont pas encore prêts à aller en MotoGP. Des jeunes très performants qui peuvent aller dès 2017 en MotoGP, il n'y en a pas 36 : il y a Johann et Alex Rins. Alex Márquez, il faut qu'il montre que c'est possible, pour l'instant ce n'est pas assez fort. Morbidelli c'est un jeune intéressant aussi, mais avec beaucoup de hauts et de bas et il s'est blessé, alors on ne sait pas, à confirmer. Folger a fait beaucoup de belles choses, mais des choses un peu décevantes la semaine d'après. Les deux noms qui ressortent sont donc Zarco et Rins, c'est clair."

Est-ce à dire qu'il serait prêt à se battre pour accueillir Johann Zarco chez Tech3 ? "Bien sûr", nous répond Poncharal. "Il a fait une saison magnifique, il m'a impressionné parce qu'il a montré qu'il avait non seulement la vitesse mais aussi l'intelligence. Il a fait des courses superbes, comme Barcelone, entre autres, des courses tout en intelligence, en vitesse, sans se stresser, à porter l'estocade au moment où il le fallait. On sent qu'il a gardé sa vitesse tout en ayant mûri. C'est clair qu'il est prêt. [Mais] il faut bien sûr voir ce qu'il va faire en 2016."

Quel est le poids de Tech3 dans ces décisions ?

Pour autant, Hervé Poncharal sait pertinemment qu'il doit laisser le temps au temps. "Je pense qu'on y verra nettement plus clair au moment de Barcelone-Assen, pas mal de choses se seront déroulées pour alors", prévoit-il.

"De toute façon, on ne va pas signer nos pilotes tout de suite, chez Tech3 on n'a pas cette pression. Attendons de voir comment se déroule début 2016 pour prendre une décision", poursuit-il. "Je pense qu'il y aura un effet de dominos. C'est évident que les meilleures équipes et les meilleurs pilotes vont remplir les cases en premiers. Quand tout ça sera clair, on va réfléchir à comment faire avancer le schmilblick."

"Quant à moi, est-ce que je vais avoir une place, deux places ? Il se peut qu'un de mes deux pilotes fasse une super saison et que Yamaha dise "Il faut encore le garder, l'associer à un jeune ça peut faire une belle équipe". On verra, je ne suis pas sûr d'avoir deux places pour 2017. Il y a beaucoup de choses qui entrent en ligne de compte dans le choix d'un pilote."

Quid de la marge de manœuvre de Tech3 dans le choix de ses pilotes ? "La décision est mienne, c'est mon équipe et contractuellement parlant c'est Tech3 qui décidera de ce qu'on fait", répond Hervé Poncharal. "Maintenant, j'ai envie de le faire en bonne intelligence et on travaille en bon esprit avec Yamaha. Il est clair que l'on prendra une décision collégiale entre les sponsors, Yamaha et moi."

partages
commentaires
"Nous travaillons très dur" promet Honda
Article précédent

"Nous travaillons très dur" promet Honda

Article suivant

Les enjeux des essais de Phillip Island

Les enjeux des essais de Phillip Island
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021