Passé de "héros à zéro", Zarco attribue sa chute à son choix de pneu

Johann Zarco pense que le pneu medium, moins adhérent que le tendre, est à l'origine de sa chute en tête du GP de Grande-Bretagne.

Charger le lecteur audio

Une nouvelle fois, Johann Zarco a vu une potentielle victoire lui échapper à Silverstone. Auteur de la pole et de son propre aveu rarement si bien placé pour jouer la gagne, le Français a pris un très bon envol depuis la pole et il contrôlait la course depuis la première place, son compatriote Fabio Quartararo ayant disparu de sa roue au moment d'effectuer son long-lap.

Mais dès le cinquième tour, Zarco a perdu brutalement l'avant au virage 8 et a vu tous ses adversaires le doubler. De retour sur sa Ducati, il était loin des points et a finalement regagné son garage pour abandonner. Très vite, il s'est présenté à la presse pour s'exprimer sur sa chute, selon lui causée par son choix du pneu médium à l'avant, décision pourtant partagée par la majorité des pilotes même si le tendre offrait un meilleur grip.

"J'ai manqué de chance aujourd'hui", estime le pilote Pramac. "La température élevée m'a poussé à prendre ce médium à l'avant, qui était de toute façon un bon pneu puisque Pecco [Bagnaia] a gagné avec. Mais il semble que c'est la cause de la chute me concernant, parce qu'on a toujours un peu moins d'adhérence avec cette gomme. J'avais trop peur de prendre le tendre et de ne pas finir la course avec un bon rythme, parce que je savais que je pouvais garder [un bon] rythme."

"Je connaissais assez bien le médium, c'est pour ça que j'étais assez confiant et que les premiers tours ont été plutôt bons. Mais j'ai été surpris au virage 8 et je suis clairement déçu. [...] Ce qui est positif dans cette course, ce sont les choses que j'ai pu prendre de cette course, et d'avoir encore mieux compris que parfois, ce pneu peut être un choix difficile parce qu'on passe de héros à zéro pour un rien. C'est assez dur."

Au micro de Canal+, Zarco a confié avoir "les boules" d'avoir gâché une si belle occasion. Lors de sa rencontre avec les journalistes, il a confié avoir eu quelques alertes mais qu'il ne s'attendait pas à être piégé de la sorte. Il veut maintenant transformer la déception en un apprentissage utile pour l'avenir.

"Je pensais que plus je ferais de tours, mieux ça serait. Les premiers tours ont été assez rapides et j'ai un peu ralenti dans le troisième, mais je sentais bien les choses et j'avais trouvé mon rythme. Mais comme je l'ai dit, j'ai été surpris parce que je suis arrivé dans ce virage beaucoup plus vite pendant les essais, en restant sur la moto, et cette fois cela n'a pas été possible."

"Ça m'aide à mieux comprendre cette limite du grip que le pneu avant donne ou pas", a-t-il précisé. "Pecco est très sensible là-dessus, moi un peu moins, je suis beaucoup plus sensible sur le pneu arrière. Tout le monde a pris le dur parce qu'il faisait chaud mais ça avait du sens de passer sur le pneu médium à l'avant avec cette chaleur. Là, ça ne dépendait pas vraiment d'une question de chaleur mais plus de la piste, où un style ou [un pneu plus] tendre aurait été meilleur."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Championnat - Fabio Quartararo reste un solide leader
Article précédent

Championnat - Fabio Quartararo reste un solide leader

Article suivant

Espargaró : "La douleur n'était pas une excuse"

Espargaró : "La douleur n'était pas une excuse"