Réactions
MotoGP GP de France

Impuissant, Zarco regrette de n'avoir pu lutter avec Quartararo

L'impuissance, c'est le sentiment qui ressort des propos de Johann Zarco après le sprint du Grand Prix de France, le Cannois n'ayant pas pu rivaliser avec les pilotes autour de lui alors qu'il avait le sentiment de tout bien faire sur sa Honda.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing, Johann Zarco, LCR Honda

Quinzième sur la grille de départ, Johann Zarco n'a pas pu faire mieux que 13e à l'arrivée du sprint de ce samedi au Grand Prix de France MotoGP. Pour le pilote LCR Honda, les limites de sa machine étaient trop importantes pour espérer rivaliser avec ses plus proches rivaux, Fabio Quartararo et Miguel Oliveira, respectivement 10e et 11e au moment de passer sous le drapeau à damier. Même s'il essaie de retenir le positif, il reconnaît avoir été gagné par la frustration en course en constatant son impuissance.

"Course plutôt sympa, d'avoir gagné des places comme ça, un peu sur le début de course, de bien se faufiler", a-t-il déclaré à la presse après le sprint. "Départ intéressant, après la moto a un peu manqué de puissance et du coup j'ai perdu sur la fin de la première et la deuxième [vitesse]. Mais après, voilà, cette première chicane, la Chapelle, le Musée, même le Garage vert, je suis content d'avoir pu doubler des pilotes."

"Après, quand tout le monde a pris son rythme, le rythme en dessous de 1'32 n'était pas faisable. Et ça, ça m'a énervé parce que je sentais que j'arrivais à tout bien faire, que je m'étais bien battu et que j'avais envie de me battre, mais quand la moto ne permet pas de passer en dessous des 1'32, alors que tout le monde y est, alors on les voit partir. Et c'est petit à petit, petit à petit, c'est très chiant. Du coup, j'ai fait le max pour rester avec Fabio et Oliveira mais pas moyen. Et sur la fin, [Franco] Morbidelli qui m'a doublé. C'est juste anecdotique hein, mais j'ai voulu maintenir ma place auprès de lui et il m'a passé dans le Raccordement. Du coup c'était bien, quand même, d'aller au bout de cette course, de se sentir compétitif, vivant, et de pouvoir attaquer."

Revenant plus en détails, pour Canal+, sur la passe d'armes avec le pilote Pramac, Zarco de déclarer : "Morbidelli qui me double... Je n'ai pas chuté comme à Jerez, mais même la manière dont il me double, c'est à l'entrée du Raccordement, à me pousser et on se retrouve tous les deux hors limites. Après je reçois un track warning [pour limites de piste], alors que c'est lui qui vient de me pousser. Ah, ça m'a mis les boules. Bon, ça ne fait pas gagner des points mais vu l'avantage qu'il avait en vitesse, il pouvait me doubler ailleurs. Mais c'est la course. Mais voilà, il n'y avait pas moyen de rouler en dessous des 1'32, et c'est ça qui nous manque parce que la moto ne va pas vite, c'est tout, elle ne tourne pas et on galère."

Quand il lui est demandé s'il sera possible de se servir de l'expérience de ce sprint pour mieux orienter les réglages afin d'améliorer le turning de la Honda, Zarco de répondre : "On a déjà tout essayé. Là c'est la base qui ne va plus et on est obligés d'attendre pour pouvoir apporter de nouvelles choses. Là, j'ai une voix un peu dégoutée parce que je sors d'une course où on est comme des fous, sous adrénaline, à fond, et du coup, je suis encore sur de l'agressivité, mais en termes de pilotage, il y avait franchement des bonnes choses. Et là, ce sont des infos qui peuvent nous servir : au lieu de faire 1'32"0, 1'32"1, 1'32"2, je peux peut-être faire 1'31"8 au moins sur la moitié de la course et si je fais ça, hop, ça peut me permettre d'être un peu plus rapide. Mais il ne faut pas se dire qu'on va trouver de nouveaux réglages. Pour l'instant, ce ne sont que des ajustements, comme si on jouait une victoire en fait mais pour être 12e."

Le Français ne boude en tout cas pas le maigre plaisir que représente le fait d'être le mieux placé des pilotes Honda à l'arrivée de cette course courte : "C'est important pour toujours valider ce statut de mec qui veut se battre et qui veut viser haut. Du coup, le chrono de la qualif était aussi satisfaisant. Après, [sans] la petite chute, j'aurais pu croire à un 1'30"6 ; du coup ça reste des beaux chronos. Mais, le problème, c'est qu'il y en a 15 autres qui font ces chronos-là, et même pour sortir de la Q1, il fallait un 1'30"1, 1'30"4… Mais c'est souvent ça la Q1, parce qu'il y a tellement de bons pilotes que, même moi à l'époque de Ducati, j'ai déjà fait des records de piste pour sortir d'une Q1. C'est le haut niveau."

Autre plaisir : celui de voir des tribunes remplies autour du Circuit Bugatti et de pouvoir profiter, même en ces temps difficiles, d'une petite ovation. "Non [ce n'est pas plus dur qu'ailleurs de constater en France les limites de la Honda], ça va, ça aide même à sortir de l'énervement, disons, parce que c'est normal, on est compétiteurs. On pourrait dire que ça ne sert à rien de s'énerver, mais pour le coup, même de ne pas pouvoir tenir la position face à Morbidelli, j'ai eu les boules."

"Mais ensuite, je sors du box, et tout le public qui applaudit… J'ai bien regardé s'ils n'applaudissaient pas pour le podium du sprint [sourire], et j'ai vu qu'ils criaient 'Johann'. Je me suis dit : 'Bon, il n'y a pas de Johann sur le podium sprint, du coup c'est peut-être pour moi'. Non, ça m'aide franchement à switcher et je suis en admiration de tous ces fans ce week-end, parce que je m'attendais à un petit bémol vu que je joue plus devant. Bah non, je les sens encore plus fervents et ça fait super plaisir."

Ce dimanche, l'une des seuls espoirs du Cannois sera que le temps s'en mêle, alors que la pluie pourrait venir faire son apparition dans la Sarthe. Il espère en tout cas des conditions mixtes : "Oui, pluie, sec… C’est pareil : comme la moto ne réagit pas bien, même sous la pluie, il faudrait plutôt des changements de conditions où on pourra peut-être se permettre de se lâcher un peu plus dans un esprit 'rien à perdre' et du coup, voir si ça peut faire avoir une belle récompense."

Lire aussi :

VIDÉO - Le résumé de la course sprint du GP de France

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Márquez : un départ fou et surtout une confiance retrouvée
Article suivant Bagnaia stoppé par des soucis techniques "étranges" sur la Ducati

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France