Zarco-KTM : une question de confiance et un risque assumé

Alors que l'association Zarco-KTM a été officialisée pour les deux saisons à venir, Pit Beirer assume la part de risque que comprend ce choix pour le pilote et la responsabilité de la marque, ainsi engagée, à faire en sorte que le binôme fonctionne.

Zarco-KTM : une question de confiance et un risque assumé

KTM a fait son entrée officielle en catégorie reine il y a un an, au moment même où Johann Zarco faisait lui aussi le grand saut – remplaçant, d'ailleurs, un pilote recruté par le constructeur autrichien. Le programme de la marque n'aura que deux saisons d'expérience lorsque l'Avignonnais enfourchera la RC16 en novembre prochain, un stade encore embryonnaire en comparaison des années, voire décennies d'expérience des Yamaha, Honda et autre Ducati.

Auteur de premières pole positions et de premiers podiums dès sa première saison, Zarco poursuit actuellement sa montée en puissance vers des succès que chacun lui prédit, succès en revanche encore inatteignables pour KTM. Le risque que ce changement d'équipe puisse porter un coup d'arrêt à la progression de l'espoir tricolore est donc réel, et le patron de KTM Motorsport l'a parfaitement intégré : c'est même, pour lui, une motivation supplémentaire, tant sa responsabilité est engagée.

"C'est clairement excitant pour nous de voir qu'un pilote comme Johann fait confiance à notre projet. Il court au plus haut niveau, or cela comporte toujours un certain risque pour un pilote de venir et c'est pourquoi je suis très, très heureux. Il nous a fait confiance, parce qu'il croit dans l'avenir de notre projet dans ce paddock", retient Pit Beirer.

Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

"Si vous regardez uniquement les résultats des premières courses et ceux des autres équipes factory, bien sûr, il y a un point d'interrogation quant à savoir jusqu'où KTM pourra aller, et personne ne peut répondre à cette question. Mais dès lors que vous prenez un risque, il y a aussi une chance, je pense", estime l'Allemand. "Nous avons pu montrer aux experts dans le paddock que nous essayons de faire les choses très sérieusement. Nous voulons arriver au plus haut niveau et ne pas laisser un domaine qui ne soit pas couvert."

"Nous y travaillons beaucoup, avec en coulisses un test team pleinement professionnel, et toute l'usine qui est derrière nous. Cela signifie que si nous parvenions à franchir cette dernière petite étape, alors nous pourrions aussi devancer les autres équipes factory. C'est ce que je voulais dire : oui, cela comporte un risque certain de nous rejoindre, mais il y aussi une chance de faire partie d'un formidable projet. C'est ce que j'espère, d'autant que je me sens aussi responsable de nos pilotes, je ne veux pas faire entrer quelqu'un dans une aventure. Il est certain que nous voulons avoir des pilotes heureux dans notre projet."

D'un autre côté, quand on sait que les deux titulaires actuels venaient, eux aussi, du giron Yamaha, et que Pol Espargaró s'est parfaitement bien adapté là où Bradley Smith a connu bien plus de difficultés, est-il risqué pour KTM de recruter Zarco ? Sur ce point, Pit Beirer préfère retenir le talent pur du Français, ainsi que l'esprit, libéré de tergiversations techniques, avec lequel il a pour habitude de prendre la piste.

"Je pense que le risque le plus grand a été d'entrer en MotoGP en tant que constructeur !" sourit-il. "Ensuite, tout ce que vous faites comporte un certain risque, mais le pilote ne devrait pas avoir à changer de style de pilotage pour piloter notre moto, notre approche est de concevoir une moto qui ait une large fenêtre opérationnelle, si bien que différents pilotes puissent la piloter. C'est notre objectif, mais on voit qu'il n'est pas totalement atteint pour l'instant", concède-t-il. "Oui, il y a un risque, mais je suis certain que nous allons le dépasser et que nous ferons en sorte que Johann soit content."

Pit Beirer

En intégrant au programme un nouveau pilote, qui a pris ses marques avec la M1 et aura tout à découvrir des particularités de la RC16, KTM s'ouvre à un nouveau feedback, potentiellement complémentaire de celui que donneront Pol Espargaró ou le pilote essayeur, Mika Kallio. Dans la troisième année de son projet, il s'agit d'une richesse essentielle pour la marque, une étape jugée même incontournable pour donner une nouvelle impulsion à une moto en développement constant.

"Je suis certain que Johann va nous poser les bonnes questions", assure le patron des troupes. "L'expérience ne s'achète pas, vous devez l'acquérir et travailler dur pour cela. Ça se fera pas à pas. Rien ne changera du jour au lendemain", précise-t-il, tout en réaffirmant, si besoin était, que la stratégie d'adopter un cadre tubulaire perdurera quels que soient les commentaires du nouveau pilote.

"Nous recherchions le meilleur pilote possible pour franchir l'étape suivante, mais bien sûr un pilote qui travaille avec l'équipe et développe la moto", poursuit Pit Beirer. "Pol et Bradley ont pris cette moto à un moment difficile. Il n'y avait aucun élément de comparaison, il y avait un cadre tubulaire, des suspensions WP… Ils ne pouvaient pas partir de ce que faisaient les autres, ils devaient le faire avec ce matériel."

"Nous avons maintenant atteint un certain niveau et nous voulons un pilote qui souhaite s'investir dans notre projet, qui souhaite se battre, et c'est ce que nous voyons chez Johann", assure l'ancien pilote. "Il suffit de voir les discussions techniques qu'il a et le modèle [de Yamaha] qu'il pilote : il ignore simplement toutes ces informations, il prend la moto qu'il a et essaye de la rendre meilleure, il pilote du mieux qu'il peut. Il y a des moments où les pilotes doivent arrêter de penser à la technologie, où il faut juste qu'ils prennent le guidon, mettent les gaz et essayent d'aller vite."

partages
commentaires
Bautista a enfin piloté sa moto "et non l'inverse" à Jerez
Article précédent

Bautista a enfin piloté sa moto "et non l'inverse" à Jerez

Article suivant

Honda et Iannone confirment lors de deux jours de tests au Mugello

Honda et Iannone confirment lors de deux jours de tests au Mugello
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021