Réactions
MotoGP GP d'Espagne

Zarco a payé une "fougue de jeune" au dernier virage

Johann Zarco aurait pu marquer ses premiers points de la saison en course sprint au GP d'Espagne, mais il est tombé dans le tout dernier virage de l'épreuve en tentant de reprendre l'avantage sur Franco Morbidelli. Il reconnaît une erreur de jeunesse... malgré ses 33 ans.

Johann Zarco, Team LCR Honda

Prendre des points en course sprint, exercice dans lequel seuls les neuf premiers sont récompensés, relève presque de la mission impossible pour Honda actuellement, mais Johann Zarco est pourtant passé à quelques mètres de cette performance à Jerez.

Sur une piste séchante en qualifications, conditions qui lui réussissent toujours, le Français n'a manqué la Q2 que pour 0"153 et a surtout collé plus de 1"7 à tous les autres représentants de Honda. Malgré un envol de son propre aveu "un peu raté", Zarco occupait toujours la 13e place à la fin du premier tour et il a gardé Fabio Quartararo et Dani Pedrosa en ligne de mire, tout en voyant les chutes s'enchaîner devant lui.

Il a ainsi hérité d'une cinquième place inespérée dans le contexte actuel, même s'il pensait neuvième en fin d'épreuve. Et lorsque Franco Morbidelli l'a doublé au tout dernier virage du sprint, le pilote LCR en a trop fait pour tenter de recouper la trajectoire afin de reprendre l'avantage, ce qui l'a envoyé au sol.

"J'ai tenté de suivre Fabio et Dani mais sur les deux derniers tours, j'ai l'impression que Fabio a réussi à mettre quelques dixièmes de mieux et je ne pouvais pas suivre", a expliqué Zarco. "En plus, sur les deux ou trois derniers tours, la moto s'est mise à beaucoup, beaucoup bouger et c'était dur à contrôler. Tu peux le contrôler si tu perds du temps mais comme tu essaies de rester dans le rythme, il faut se battre."

"C'était dur parce que je me suis dit 'au mieux, je suis ce groupe-là [mais] Morbidelli va au moins tenter une attaque'. Il a attaqué au dernier tour, j'ai tenté de repiquer à l'intérieur, j'aurais pu accepter la sixième place mais en fait j'étais peut-être trop concentré sur Dani et Fabio, je ne regardais que l'écart avec Morbidelli, sans voir la position."

VIDÉO - Festival de chutes lors du sprint de Jerez !

"J'ai cru qu'il me piquait le [dernier] point du sprint, je me pensais autour de la huitième place. Peut-être que j'aurais accepté une sixième place, mais bon, ça fait une sorte de fougue de jeune. Bizarre à 34 ans, mais c'est signe de bonne gnaque, donc ça me dit que c'est plutôt bon !"

Si Zarco, qui n'aura en réalité 34 ans qu'au mois de juillet, arrive à voir le positif avec le recul, ce n'était pas tout à fait le cas sur le moment : "Il n'y a que des injures qui viennent en tête, du coup je ne peux pas les dire à la télé", s'est-il amusé, interrogé par Canal+. "Mais les boules, les boules ! Parce que, voilà... Après, on se dit 'Allez, sixième, ça fait des petits points, une petite récompense et il n'y a pas de championnat à jouer', mais voilà, cette récompense de la satisfaction d'une belle position [s'est envolée]."

Des informations glanées sur la Honda

Malgré l'absence de points, cette journée a une nouvelle fois été riche d'enseignements sur la Honda. Habitué à figurer parmi les leaders dans des conditions mixtes, Johann Zarco a cette fois échoué en Q2 et a constaté les limites de sa machine, presque exacerbées par ces conditions.

"Sous la pluie, ça fait ressortir encore plus les problèmes de la moto. J'ai essayé des choses, beaucoup en pilotage, il y a quand même une belle différence par rapport aux autres. Ce sont des conditions que j'aime bien, c'est pour ça que j'essaie vraiment de trouver des solutions. Ça a donné comme une indication, et j'ai ressenti la même chose en sprint avec les pneus slicks donc ça peut nous aider pour pour le travail à faire."

Johann Zarco, Team LCR Honda

Johann Zarco

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Je ne peux pas expliquer en détail mais il y a quand même eu des informations beaucoup plus claires que d'habitude. Je voulais faire toute la course et prendre ces infos pour demain. J'espère que le pneu medium me permettra d'avoir moins de changements d'équilibre sur la moto pendant la course, ce qui me permettrait de mieux maintenir le rythme."

Zarco sera à nouveau 13e sur la grille de départ dimanche, ce qui laisse l'espoir d'un bon résultat. Il devra pour cela prendre un meilleur envol, chose difficile pour lui depuis le début des essais à Jerez : "J'aimerais bien mieux partir parce que j'ai eu de bons départs ce week-end, on a changé d'embrayage, mais j'étais toujours mieux au deuxième départ."

"Au premier départ, j'ai moins de feeling sur l'embrayage. Le problème, c'est qu'en course, tu n'as qu'un départ, même si tu essaies de faire bien cirer ton embrayage dans le tour de chauffe, ce n'est pas comme si tu enchaînais deux départs, ça a le temps de se refroidir quand tu arrives sur la grille. Je l'ai un peu raté et demain, j'espère moins le rater pour mieux me battre du coup, mieux 'choper' ce rythme des dix premiers. Si je tiens ça à un moment, ça peut peut-être donner un bon résultat."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Márquez piégé par l'humidité alors qu'il avait "fait le plus dur"
Article suivant Bagnaia voit Binder responsable de sa chute

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France