Zarco : pas la position souhaitée, mais du mieux

Le Français vise potentiellement le top 10 en course, après une journée qui lui a permis d'ouvrir quelques portes bien que son résultat n'ait pas été à la hauteur de ses espoirs.

Zarco : pas la position souhaitée, mais du mieux
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Charger le lecteur audio

Il n'a pas manqué grand-chose à Johann Zarco pour entrer en Q2, néanmoins ses efforts n'ont pas suffi et il devra s'élancer dimanche depuis la 12e place − remonté de deux crans à la suite des pénalités infligées à Viñales et Morbidelli. Un résultat indéniablement loin des ambitions du pilote français, néanmoins son bilan ce soir est moins sombre que celui d'hier, encouragé par de nouvelles sensations qu'il a pu explorer ce samedi.

"C'est difficile de dire que c'est une journée positive, mais on progresse", souligne le pilote Tech3. "Mon feeling sur la moto n'est pas si mauvais, mais on n'arrive pas à aller plus vite. [Il faut] presque ne pas regarder la position et continuer à travailler pour améliorer mes sensations et faire en sorte que je me sente bien."

"La Q2 n'était pas très loin et j'ai fait de mon mieux dans mes derniers tours – je suis content qu'on ait pu me voir un peu à la TV !" sourit Zarco, qui a fait partie des prétendants à l'un des deux meilleurs temps de la Q1, mais n'a pu décrocher la timbale malgré des efforts évidents. "Il ne manque tellement pas grand-chose ! Mais sur les derniers tours, c'est vrai que j'ai perdu trois fois l'avant. Ça fait des tours un peu à la Márquez, mais pour la 12e place… C'est moins gratifiant !"

Lire aussi :

"Je me donne à fond, mais ça ne suffit pas pour être avec les meilleurs", poursuit le numéro 5. "Ce que je vois de positif aujourd'hui, c'est qu'on a ouvert des portes vers d'autres façons de travailler. Elles ne vont peut-être pas nous aider à monter sur le podium sur les prochaines courses, mais au moins ça m'aide à adapter mon style de pilotage et me faire grandir pour l'avenir – pour l'année prochaine aussi."

Johann Zarco explique que cette nouvelle manière de piloter vient d'une façon différente d'utiliser l'électronique et d'une gestion différente de la remise des gaz. Une autre gestion de la glisse et de l'accélération qu'il explore afin de mettre toutes les chances de son côté, pour cette fin de saison autant que pour son avenir au guidon de la KTM.

"Je suis content d'avoir pu ouvrir cette porte, parce que depuis pas mal de courses on était dans les mêmes limites ; maintenant on a toujours des limites, mais avec un feeling différent", souligne-t-il. "Je suis content de ce genre de sensations. J'ai pu travailler sur des choses sur moi-même, la moto a bien répondu et les chronos aussi [ont été bons]. Maintenant j'essaye de faire de mon mieux et aussi de garder des choses positives pour moi, afin de continuer à progresser pour l'année prochaine."

Lire aussi :

L'échéance immédiate est toutefois celle de la course, où Johann Zarco espère pouvoir capitaliser sur le travail accompli aujourd'hui pour se hisser quelque peu dans la hiérarchie. Il semble se destiner à utiliser le pneu soft à l'arrière, auquel il a dédié une grande part de son roulage aujourd'hui après avoir privilégié hier le medium. Mais encore faut-il le faire durer…

"Dès que notre pneu commence à s'user, on en 'chie' trop, trop, trop. Ça n'est pas de bon augure pour la course, mais à voir. Les EL4 n'étaient pas trop mauvais par rapport à ce que j'ai pu sentir hier. Tout se fait sur le rythme et, si tu as la facilité de faire deux ou trois dixièmes de mieux, tu les gardes pour toute la course, alors d'un seul coup ça fait des secondes et c'est ça qui va permettre d'être oui ou non dans le top 10 ou peut-être le top 8", analyse-t-il.

partages
commentaires
La grille de départ du GP d'Aragón MotoGP
Article précédent

La grille de départ du GP d'Aragón MotoGP

Article suivant

Viñales et Morbidelli pénalisés sur la grille de départ

Viñales et Morbidelli pénalisés sur la grille de départ
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021