Zarco : Bien se montrer pour "peut-être avoir la moto d'usine"

En pole position pour la première fois depuis deux ans, Johann Zarco admet qu'il s'agit d'un pallier plus grand que prévu dans son apprentissage de la Ducati, avec laquelle il ne dispute que son troisième Grand Prix.

Zarco : Bien se montrer pour "peut-être avoir la moto d'usine"

Auteur de la pole position sur le tracé de Brno, où les choses lui réussissent décidément le samedi puisqu'il y avait signé la première ligne avec KTM par des conditions météo changeantes l'an dernier, Johann Zarco se trouve pourtant bien à une étape différente de sa carrière MotoGP.

Son retour en grâce sportif, ce samedi, est non seulement une déclaration publique de sa performance mais également une manière de se rassurer personnellement, alors qu'il l'avoue, les doutes peuvent vite s'emparer d'un pilote de haut niveau lorsque celui-ci voit le niveau de compétitivité de plus en plus élevé de la discipline rendre les choses toujours plus relevées. Les dynamiques se sont et se défont, et clairement, sa performance du jour, qui permet par ailleurs de savourer le plaisir d'une première ligne composée de deux Français aux deux premières places, avait une saveur spéciale.

Lire aussi :

"Ça a juste une saveur tellement bonne aujourd'hui ! C'est fameux car ça fait longtemps que je n'ai pas été en pole. Il y a eu toutes ces souffrances, à me demander si je pouvais revenir au top en dépit du soutien des gens qui me disent que je le pouvais… Quand tu vois les autres si rapides, tu te demandes si tu es encore dans le rythme. C'est pour ça que c'est si bon", savourait-il en conférence de presse.

"Ce furent de bonnes émotions !" poursuit-il, contemplatif. "J'ai vu le temps au tour et j'ai même été surpris car il s'agissait d'une grande différence de temps par rapport au pneu que j'avais utilisé en début de qualifications. Je me suis donc dit : 'OK, ça peut être un bon tour pour avoir une bonne position'. Mais ce n'était pas le dernier tour. Toutefois, je me suis dit que je ne pouvais pas pousser plus car je sentais que j'avais bien poussé sur le premier tour et ce week-end, il y a une grosse différence entre le premier et le deuxième tour et même si l'on pilote mieux, on perd du temps."

La suite ? Pas d'amélioration des concurrents et un Fabio Quartararo titillant les limites et chutant dans les dernières secondes de la séance en tentant de rester au contact chronométrique, qu'il avait déjà perdu de près de deux dixièmes au moment de son erreur.

"J'ai vu le panneau P1 et le team qui était heureux, mais je pensais encore que d'autres allaient encore enregistrer [des améliorations]", poursuit Zarco, décrivant sa méfiance dans les instants ayant suivi son passage de la ligne. "On regarde les écrans tout le long du circuit avec le sourire mais en se disant : 'ce n'est pas sûr'. Mais dans le parc fermé en me rangeant derrière le panneau de la première place, c'était si bon !"

"C'est une surprise pour moi car je grandis et progresse à chaque tour que je passe à mieux contrôler la Ducati, qui a un grand potentiel. Mais ça ne reste pas évident de tout faire : je suis à un pallier de mon apprentissage et c'est mieux que ce que j'attendais."

Autre grand motif de satisfaction, le rythme de course du pilote Avintia est meilleur que sur les épreuves précédentes, "mais toujours pas celui pour gagner, je pense", prévient-il. "Les conditions seront un peu différentes avec cette pole : je peux avoir un avantage pour la course, c'est aussi la surprise de ce week-end."

L'objectif est donc "de rester aussi longtemps que possible en lutte pour le podium. Cela peut être une option, ou rester solide pour le top 5... Comme je l'ai dit, je me trouve à un pallier de mon apprentissage où un top 5 serait bien et il faut accepter [qu'il y a] ces paliers. Aujourd'hui ça en est un plus grand que prévu, mais c'est bien. Débuter avec les meilleurs sera un avantage et les pneus chuteront ensuite ; on verra ensuite ce qui se passe."

Lire aussi :

Une chance de se faire bien voir par Ducati

À l'heure ou de grandes questions se posent sur les line-up respectifs des trois teams Ducati et qu'un complexe jeu de chaises musicales peut se jouer en cas de départ d'Andrea Dovizioso, Zarco aime encore croire à ses chances de promotion chez le constructeur italien qui ne fait cependant pas secret du fait que Pecco Bagnaia demeure la première option considérée en cas de départ du #04. Reste qu'un tel mouvement signifierait qu'il demeurerait une place à prendre chez Pramac.

Dans tous les cas, Zarco salue le soutien reçu de la part de Ducati depuis son arrivée avec le constructeur, qui a fortement réinvesti dans Avintia au niveau technique et sportif pour soutenir le Français.

"Le but est d'avoir un bon guidon avec Ducati l'an prochain, mais le premier est de bien travailler cette année. Je sens que j'ai perdu de petites choses sans piloter au plus haut niveau et je sens que ça revient avec Ducati. On peut avoir des surprises, pas seulement en qualifications. Hier aussi, j'avais j'ai fait une meilleure perf qu'à Jerez. Mon premier objectif est de faire un bon boulot sur la moto, de progresser, et je sais que si je fais tout ça bien, à chaque fois, la performance viendra et l'on verra où ça me mettra chez Ducati…"

"Je crois que ma seule solution est de rester avec eux, mais avec ce qu'ils ont fait depuis novembre pour moi et le team, c'est clair que je veux rester avec eux et je sens que je peux faire bien plus pour le futur. Mais je pense qu'ils attendent de voir comment je performe en course pour que j'aie peut-être la moto d'usine. On verra."

partages
commentaires
Quartararo : "Le rythme pour le podium, voire la victoire"

Article précédent

Quartararo : "Le rythme pour le podium, voire la victoire"

Article suivant

Morbidelli : "Si je dois avoir une chance, ce sera demain"

Morbidelli : "Si je dois avoir une chance, ce sera demain"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021