En un an, Zarco est passé de simple rookie à prétendant à la victoire

Le pilote français a épaté la galerie pour sa première saison en MotoGP, passant tout près de la victoire à plusieurs reprises.

Son résultat à Valence reste bien sûr un élément de l'arrière-plan du titre conquis par Marc Márquez ce dimanche, mais la deuxième place de Johann Zarco n'en représente pas moins un motif de forte satisfaction.

Comme il l'a déjà évoqué en conférence de presse au cours de ce dernier week-end de course 2017, le simple fait d'avoir pu de nouveau envisager la victoire est en soit une véritable réussite.

Car avec 25 tours en tête, sur les 30 que comptait ce dernier Grand Prix de l'année, le Français est passé tout près de la victoire, seulement devancé par Pedrosa, qui a su choisir son moment pour passer à l'attaque sans laisser de réelles chances de réponse.

Il faut dire qu'un succès lors de cette finale aurait été retentissant dans le championnat MotoGP, et une première pour un rookie depuis la saison 2013 et les débuts d'un certain... Márquez. 

Mais le contexte était différent il y a quatre ans, l'Espagnol évoluant d'emblée au sein d'une équipe d'usine, et donc avec du matériel de dernière génération, là où le Cannois a dû faire tout au long de la saison avec une moto d'un an d'âge. 

Souvent devant les pilotes officiels

Cela ne l'a certes pas empêché de mener la vie dure aux pilotes officiels de Yamaha en plusieurs occasions, et même lors de ce dernier week-end, où ils n'ont pas pu prétexter d'une moto 2017 rétive, étant donné qu'ils s'étaient ravisés, perdu pour perdu, sur le châssis de 2016.

Si cela faisait effectivement un an que Rossi et Viñales n'avaient plus officié sur l'ancien châssis, difficile de nier la performance de Zarco, premier représentant de la marque aux trois diapasons en Espagne, et qui a fait preuve tout au long de l'année d'une vitesse d'adaptation remarquable, et à l'issue de laquelle il clairement changé de dimension. "Je réalise très bien ce que j'ai fait et je savoure", assure l'intéressé. "L'objectif est de gagner, dans toutes les catégories. Si ça prend longtemps pour y arriver, OK, mais si j'ai été presque prêt à le faire cette année, c'est mieux, cela signifie que j'ai juste gagné du temps et il faut que je savoure ça."

Signe du niveau de performance du Français, celui-ci représente le deuxième pilote à avoir passé le plus de tours en tête (64 tours), derrière Márquez (96 tours), mais devant Viñales (60). Et si le pilote Tech3 n'a pas mené le tour qui compte toujours le plus sur le circuit Ricardo Tormo, à savoir le dernier, celui-ci juge que ce n'est qu'une question de temps avant qu'il parvienne à ses fins. "Ce n'est que partie remise, je vais m'engager à progresser encore en tant que pilote, sentir de meilleures choses sur la moto, pousser l'équipe pour faire le travail qu'il faut pour avoir ces situations-là et donc jouer à haut niveau."

Premier personne épatée par le bilan de Zarco son employeur, Hervé Poncharal, qui n'a pas tari d'éloges sur son pilote au micro d'Eurosport. "La saison qu’il a fait, c’est tout simplement bluffant, ahurissant", a déclaré le patron de l'équipe Tech3. "Il est rookie, il est meilleur pilote indépendant, il nous a permis d’être la meilleure équipe indépendante, il a fait quatre premières lignes d’affilé sur les quatre derniers Grands Prix, il a fait deux podiums d’affilé sous la pluie battante en Malaisie et sur le sec ici."

Avec Fabien Gaillard

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Valence
Sous-évènement Course
Circuit Valencia
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Réactions