Zarco, une solution ou un problème pour Yamaha ?

L'excellente saison de Johann Zarco ne semble pas encore suffisante pour convaincre Yamaha d'ajuster sa stratégie, qui consiste pour le moment à dédier l'essentiel de ses ressources à ses deux pilotes officiels.

Johann Zarco a sans nul doute constitué l'une des sensations en 2017, au cours d'une première saison en MotoGP où il a décroché trois podiums et deux pole positions, le tout couronné par le titre de Rookie de l'année.

Par ailleurs, le Français s'est distingué en adoptant un discours qui tranche résolument avec ceux qui sont un peu prompts à pointer le manque de soutien pour justifier leurs résultats lorsque ces derniers ne sont pas à la hauteur des attentes.

Le pilote Tech3 affirme ainsi ne pas tenir à savoir quelles pièces sont sur sa moto, et encore moins celles qu'utilisent ses rivaux. Au lieu de cela, le Cannois est totalement concentré sur le fait d'être aussi rapide que possible et sur le fait de bien appréhender ses sensations sur la moto. Inutile de dire qu'il s'agit d'un plus, alors que les machines tendent de nos jours à prendre le pas sur le facteur humain.

Sa croissance et son intégration au MotoGP ont été si saisissantes que celui-ci a pour ainsi dire initié ce qu'on a coutume d'appeler une campagne. Zarco veut que Yamaha l'autorise à piloter une machine de 2018, soit le même prototype que celui confié à Valentino Rossi et Maverick Viñales, les deux pilotes officiels de la marque aux trois diapasons.

Le Cannois a connu une année sensationnelle, et cela ne fait aucun doute. Mais dans le même temps, ses performances ont été en partie magnifiées par les problèmes rencontrés par Viñales et Rossi.

Yamaha peu disposé à changer de stratégie

En examinant bien le contexte global, il n'y a finalement que peu de raisons pour que Yamaha change son fusil d'épaule en termes de stratégie, qui consiste à se focaliser sur le développement des prototypes de ses pilotes officiels, et sur le fait de fournir son unique équipe satellite, l'équipe française Tech3, avec une version antérieure.

La sixième position de Zarco au championnat plaide clairement en sa faveur, mais cela reste à 34 points de Rossi (cinquième du général, donc), l'Italien ayant par ailleurs manqué un Grand Prix en raison d'une blessure, et à 56 unités de Viñales (troisième).

Cette sixième position est le même résultat que celui obtenu par Pol Espargaró à la fin de l'année 2014, et le même que celui de Bradley Smith en 2015, l'Anglais passé depuis lors chez KTM ayant inscrit à l'époque sept points de mieux que le Français (181 contre 174). Mais le fait est qu'en 2015, Rossi et Lorenzo avaient dominé le championnat, se battant pour le titre jusqu'à la dernière manche à Valence.

Par ailleurs, les avis de Viñales et Rossi sur la possibilité d'avoir une troisième M1 de dernière génération en 2018 sur la grille ont toujours été changeants.

L'Espagnol considère ainsi que le fait que Zarco pilote une M1 de 2018 serait positif, dans le sens où cela permettrait d'obtenir plus d'informations et de minimiser le risque de répéter les mêmes erreurs qu'en 2017. Viñales a aussi souligné que Zarco était fin prêt pour apporter son aide dans le bon développement de la moto.

À l'inverse, Rossi s'est montré plus réticent à l'idée d'une troisième machine officielle en faveur du Français. L'Italien garde en ligne de mire le renouvellement de son contrat avec Yamaha, et souhaite sans doute s'épargner un surplus de pression avec un Zarco évoluant sur le même matériel que lui.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi , Johann Zarco , Maverick Viñales
Équipes Tech 3 , Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités