Zarco dresse un constat "triste" et peu optimiste après la 1re journée

partages
commentaires
Zarco dresse un constat
Par : Léna Buffa
21 sept. 2018 à 15:33

Le pilote Tech3 conclut les premiers essais dans la seconde partie du classement et semble bloqué par la technique malgré ses efforts.

Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

Johann Zarco n'a pas réussi à faire de miracle ce vendredi, sur le MotorLand Aragón. Classé huitième ce matin, le pilote Tech3 se félicite de son entrée en matière, mais la suite de la journée lui a démontré que la limite semble déjà atteinte sachant qu'il a dû se contenter du 17e temps des EL2. Un constat rude, quoiqu'il ne semble pas surprendre le pilote français.

"Je suis content d'avoir pu bien commencer le week-end, avec de bons EL1, en utilisant un pneu arrière medium, en travaillant dessus et en n'étant pas loin des leaders. Une seconde c'est peut-être beaucoup, mais j'ai pu voir que les autres n'étaient pas si rapides que ça. C'était positif, sur une piste qui normalement me gêne beaucoup et sur laquelle je suis en difficulté", souligne Zarco.

Lire aussi :

"Cet après-midi, avec la chaleur, je crois que j'ai perdu du grip et là on ne peut rien faire sur la moto", tranche le pilote Tech3, qui n'est parvenu à descendre qu'une seule fois sous la barre des 1'50 durant le gros de cette séance (1'49"982) avec la paire de pneus medium qu'il utilisait. C'est dans les dernières minutes, alors qu'il avait chaussé deux gommes neuves et soft qu'il a enregistré le chrono de 1'48"997 qui allait lui valoir son classement final.

"Il n'y a pas de solution : si vous essayez d'entrer vite dans le virage, vous glissez, et si vous essayez de ralentir pour avoir une meilleure accélération, la moto n'a pas d'accélération, alors je ne sais pas ce que je peux faire", regrette Zarco, pour qui cette manche s'inscrit dans une certaine continuité avec les précédents week-ends. "En termes de sensations, finalement on retrouve la même chose, mais là la différence est pire encore. C'est très pessimiste tout ce que je dis, mais comment voulez-vous positiver là-dessus ? C'est quasi impossible."

Comment faire la différence ?

Constatant qu'il est bloqué par la technique, Johann Zarco fait le maximum pour se montrer le plus efficace possible en tant que pilote, et ne pas tomber dans la spirale du doute sur ses propres capacités.

"Quand vous êtes dans la position dans laquelle je suis maintenant, c'est triste parce que vous donnez tout ce que vous avez et ensuite vous vous demandez même si vous êtes OK ou pas en tant que pilote. Mais avec ce que j'ai fait ce matin, oui, je suis OK en tant que pilote", se rassure-t-il. "Mettez un autre pilote sur ma moto et on verra où elle va, c'est la seule chose que je peux dire. Mais je suis à cinq dixièmes de Viñales et je dirais que ça n'est pas beaucoup, ce qui veut dire qu'il est en difficulté lui aussi."

Classé à 1"615 du leader, Zarco a concédé 0"445 à l'Espagnol, lui-même tout juste devancé par Valentino Rossi. "Je me rassure en voyant la performance des officiels, c'est à la limite le seul côté rassurant. Le fait qu'eux, qui ont beaucoup plus travaillé et qui ont pu changer des choses, n'aient pas non plus trouvé le bon truc, c'est signe qu'à un moment, la situation est compliquée", poursuit le pilote Tech3, dont la machine, logiquement, ne connaît pas l'évolution qui peut être offerte à celles des deux pilotes d'usine.

Lire aussi :

Une situation qui bride donc de fait le Français dans sa deuxième saison, après des débuts brillants qui avaient à la fois marqué les esprits et engendré l'espoir d'excellents résultats. "Je dois me battre avec le même enthousiasme que si je me battais pour le podium, mais ce sera peut-être pour un top 10", pressent-il désormais. "Notre équipe ne peut rien faire, parce qu'elle est bloquée aussi. [L'année prochaine], quand il y [aura] une usine et l'équipe à côté qui a envie, ce sera bien. Là, on a le pilote et l'équipe qui veulent bien faire des choses, mais on ne peut plus avancer."

"C'est dur à vivre, c'est frustrant, et il faut quand même que je prenne du plaisir là-dedans", assure Johann Zarco. "Je vais plus vite que l'an dernier. J'ai une meilleure mise en route, donc si je pars d'un niveau plus élevé, ça veut dire que je peux mieux progresser. En fait, je pars déjà au maximum de ce qu'on a, donc je ne peux plus progresser. J'essaye de travailler sur moi-même, mais au bout d'un moment je ne sais plus où aller chercher la différence."

Prochain article MotoGP
EL2 - Márquez s'affirme avec un time attack

Article précédent

EL2 - Márquez s'affirme avec un time attack

Article suivant

La liste des 11 équipes MotoGP pour 2019 est officielle

La liste des 11 équipes MotoGP pour 2019 est officielle
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Aragón
Catégorie Essais Libres 2
Lieu Motorland Aragon
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions