Au volant d’une Nissan de la Coupe Micra

partages
commentaires
Au volant d’une Nissan de la Coupe Micra
Par : René Fagnan
19 mars 2018 à 13:29

Voici le deuxième article consacré à la Coupe Nissan Micra, une série à la popularité grandissante et qui dispose du soutien de Nissan Canada.

Metod Topolnik
Kevin King, Olivier Bédard, Valérie Limoges
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Jacques Deshaies
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Essais de la Coupe Nissan Micra
Départ : Stefan Gauthier mène
Kevin King

Après avoir décrit ce qu’était la Coupe Nissan Micra dans un texte précédent, nous prenons cette fois le volant d’une de ces voitures compactes modifiées pour la compétition automobile.

La Coupe Nissan Micra étant une série monotype, toutes les voitures sont à peu près égales. Je dis bien "à peu près", car les écarts entre les voitures neuves sont infimes lors de la livraison.

Nous avons pu prendre le volant de la voiture de développement de la Coupe, la #23, sur le circuit ICAR tracé sur l’ancienne aire de parking des avions de l’aéroport international de Mirabel.

Les journalistes invités à prendre le volant ont été guidés par trois excellents pilotes de la Coupe : Olivier Bédard, son double champion, Kevin King et Valérie Limoges.

J’ai fait beaucoup de karting durant ma carrière et j’ai aussi eu la chance d’essayer et de courir à bord d’une quarantaine de voitures de course : qu’il s’agisse de F1, de Sport Protos, de monoplaces, de stock cars, de voitures de WRC, et cette petite Micra m’a franchement étonnée, et réellement amusé.

Saine et efficace

Premier constat : l’adoption de la nouvelle suspension NISMO S a fait des miracles. Au début de la Coupe, la voiture était trop haute sur pattes et prenait trop de roulis. Étant chaussée sur des slicks, elle pouvait être difficile à maîtriser et plusieurs Micra ont été accidentées. Maintenant, elle vire beaucoup plus à plat et transmet mieux ses réactions. Elle est devenue plus prévisible.

Cette traction ne réagit pas comme… une traction. Il n’y a très peu de sous-virage en entrée de courbe, caractéristique majeure de ces voitures. Non, la Micra de la Coupe vire net et pointe bien dans chaque virage, et la roue arrière opposée a évidemment tendance à se soulever.

Dans les courbes, la roue avant intérieure est toujours délestée, ce qui engendre du patinage, et cela même avec des slicks et seulement 109 chevaux sous le capot. Pour aller vite, il faut éliminer ou limiter le patinage, car le moteur rugit inutilement et on n’avance pas. Comment faire ? Freiner tard et conserver beaucoup de vitesse dans les virages.

Ainsi, pour rouler très vite avec cette petite Micra, il faut freiner fort, mais peu. Pas facile, car les plaquettes de compétition mordent avec puissance. Il faut éviter d’actionner l’ABS, car son intervention ruine complètement les freinages. Il faut donc freiner fort et de façon brève, entrer dans le virage avec beaucoup de vitesse et en ressortir avec un rapport plus élevé qu’on ne le ferait normalement. Les différences de freinage entre les compétiteurs expliquent en bonne partie les contacts qui surviennent dans le peloton, ce qui donne des maux de tête aux officiels qui doivent départager un contact intentionnel d’un autre, accidentel. Heureusement, les images des caméras embarquées fournissent de précieuses explications.

"Le second rapport est un peu trop court tandis que le troisième est un peu trop long", nous explique Kevin King. "Descendre en deuxième vitesse ne donne pas grand-chose. Tu te retrouves immédiatement sur le limiteur de régime. Il vaut mieux conserver beaucoup de vitesse et prendre le virage, même une épingle, sur le troisième rapport. À ce moment-là, le moteur demeure dans la zone de couple." Sur un circuit rapide comme celui du Mont-Tremblant, les pilotes de la Coupe n’utilisent que le troisième et le quatrième rapports.

Le baquet est étonnamment confortable et le pédalier permet d’effectuer facilement le fameux talon/pointe. La boîte de vitesses de série est assez rapide et remarquablement précise. La voiture #23 était munie d’une instrumentation AiM avec diodes colorées de régime moteur, ce qui permet de regarder loin devant tout en sachant bien quand changer de rapport.

Aux côtés d’un pro…

Rouler vite tout seul en piste était relativement facile à faire. Mais après avoir effectué trois tours du circuit comme passager de Kevin King, j'ai réalisé que disputer une course à fond absolu, entouré de 24 rivaux qui veulent tous vous doubler, n’est vraiment pas simple.

Le pilotage de King n’est pas brusque, mais très "incisif et déterminé". Il sait très bien ce que la voiture peut faire, et ne pas faire. Ses freinages sont courts et violents, sa vitesse de passage dans les courbes est étonnante. Négocier le long et rapide virage 2 avec tous les feux de l’instrumentation allumés, le moteur gémissant à plus de 7000 tours/minute, et les coups secs transmis par la suspension torturée est révélateur de ce que peut réaliser cette petite Micra à l’air si innocent…

Sa fiabilité mécanique est étonnante. Comment un petit moteur quatre cylindres de 1,6 litre peut-il encaisser de si mauvais traitements ? "La voiture est incroyablement fiable", nous explique Jacques Deshaies, le promoteur de la Coupe. "En trois ans, ou 40 courses, nous n’avons subi aucune casse moteur. Deux seulement ont subi des avaries. Le premier pépin est survenu quand un pilote est sorti de piste et a endommagé le radiateur qui a laissé fuir tout son liquide refroidissant. Le moteur a serré, car le pilote a tenté de revenir à son stand. L’autre moteur fut endommagé par un surrégime. C’est tout."

Une formule gagnante, une petite voiture rapide, fiable et amusante à piloter, des pilotes de haut calibre et des courses très chaudement disputées : la Coupe Nissan Micra canadienne dispose de tous les atouts pour plaire aux compétiteurs et au public.

Prochain article Coupe Nissan Micra
Qu'est-ce que la Coupe Nissan Micra canadienne ?

Article précédent

Qu'est-ce que la Coupe Nissan Micra canadienne ?

Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Coupe Nissan Micra
Événement Test à ICAR en octobre
Lieu Circuit ICAR
Auteur René Fagnan
Type d'article Contenu spécial