F4 - Valentin Moineault, premier de la classe

Valentin Moineault occupe la première place du championnat de France de Formule 4 de l’Autosport Academy avant la reprise à Magny-Cours les 29 et 30 août.

A 19 ans, Valentin Moineault est l’un des redoublants du championnat. Parti pour jouer la gagne en 2014, le jeune Normand avait connu un début de saison difficile (marqué notamment par un spectaculaire accident sur le circuit du Mans), mais avait conclu l’année par une victoire au Castellet. Cette deuxième saison revêtait une importance particulière.

"En 2014, j’avais déjà la pression car j’étais venu pour gagner", a expliqué Moineault à Motorsport.com. "En tant que redoublant, on vous attend évidemment davantage au tournant, mais la pression reste la même. Et puis, après quelques courses, cela passe".

Revanche au Mans, carton plein à Budapest

2e, puis 7e lors de l’ouverture à Lédenon, Valentin Moineault attend son heure. Le succès se profile effectivement au Mans où, après avoir terminé 4e et 6e des deux premières courses, le pilote de la monoplace n°7 hérite de sa première victoire de la saison suite à l’abandon de Sacha Fenestraz, victime d’un ennui mécanique en fin de course. Un incident qui propulsait Moineault en tête du championnat.

"Après les courses de Lédenon complètement chamboulées par la pluie et où la hiérarchie n'était pas vraiment significative, j’avais à cœur de prendre une petite revanche au Mans, où j’avais eu mon accident l’an passé. La première victoire de l’année fut acquise avec un peu de chance, mais il en faut, et il faut aussi être bien placé lorsque cela arrive".

Deux fois 2e, puis une fois 10e à Pau (suite à une erreur qui lui fait perdre cinq positions), Valentin Moineault reprend la main à Budapest, où il signe le meilleur week-end de sa carrière avec deux victoires, deux pole positions et deux meilleurs tours en course. "Le week-end de Budapest était tout simplement exceptionnel. C’est un circuit que je ne connaissais pas avant, mais que j’ai rapidement appris à apprécier. Je pense que c’est plutôt normal lorsque cela fonctionne aussi bien…"

Je n’ai pas trop le choix, il me faut remporter le titre et les 100'000€ qui vont avec pour espérer financer un volant en Formule Renault 2.0 en 2016.

Valentin Moineault.

"Depuis Pau, je sais que le titre se jouera entre Sacha [Fenestraz] et moi", poursuit Valentin Moineault. "Gabriel [Aubry] devrait être bien également en fin de saison. Quant à moi, je n’ai pas trop le choix, il me faut remporter le titre et les 100'000€ qui vont avec pour espérer financer un volant en Formule Renault 2.0 en 2016. Mais, avec l’arrêt probable de la Formule 3.5 l’an prochain, on ne sait pas vraiment quelle place aura la Formule Renault 2 litres l’an prochain. D’autant que s’ils veulent la mettre à l’écart pour créer une filière F4-F3-F2-F1, cela sera carrément impossible niveau budget de sauter le pas de la Formule 4 à la Formule 3".

Malgré son jeune âge, Valentin Moineault fait preuve d'une belle maturité, en plus d'un vrai bon coup de volant, et il demeure lucide quant à son avenir. "J’ai passé un hiver compliqué", conclut le jeune Français. "J’ai même pensé que je ne roulerais pas cette année. Et puis j’ai trouvé in extremis le budget pour repartir en Formule 4. Alors je sais que tout peut s’arrêter demain, c'est peut-être ma dernière saison, et que je dois en profiter un maximum".

Alors que Valentin Moineault et Sacha Fenestraz ont creusé un petit écart en tête du classement, Gabriel Aubry et Giuliano Alesi, auteur d'un début tonitruant à Lédenon puis rentré dans le rang par la suite, se disputeront la troisième marche du podium final.

A propos de cet article
Séries Other open wheel
Pilotes Valentin Moineault
Type d'article Interview
Tags autosport academy, formule 4, moineault