Exclusif - Comment se prépare Roborace, le championnat sans pilotes

Motorsport.com s'est entretenu avec Denis Sverdlov, fondateur de Kinetic, la société portant le projet du championnat Roborace. Avec son projet fou d'aligner en marge de la Formule E des courses de voitures sans pilotes, Sverdlov pilote le futur!

Comment fonctionnera la structure de Roborace? Verra-t-on des teams exploiter un package monotype commun?

Oui. Nous utiliserons les infrastructures mises en place par la Formule E pour ses évènements. Nous serons leur série de support. Mais bien sûr, nous aurons notre propre équipe technique, commerciale, et des gens qui travailleront avec les équipes : il s’agira d’une structure dédiée.

Vous travaillez donc main dans la main avec Alejandro Agag [PDG de la Formule E] pour trouver les teams exploitants des autos? Des manufacturiers automobiles, par exemple?

Oui. Nous travaillons ensemble sur tout ceci. Mais comme il s’agit d’un championnat sans pilotes et connecté, nous pouvons étendre nos recherches à d’autres industries. On ne parle donc pas que de constructeurs automobiles. L’intérêt réside aussi du côté des compagnies technologiques. Un championnat sans pilotes, c’est le meilleur endroit possible pour leur permettre de montrer leurs compétences.

Audi est par exemple impliqué en Formule E et a déjà fait des tests sportifs avec une voiture autonome en piste ; mais cette auto était seule sur le circuit. Ce que vous proposez avec Roborace est une véritable course avec des véhicules en piste simultanément… Comment écrit-on un règlement sportif pour un tel concept?

C’est très difficile, à vrai dire! Actuellement, nous sommes dans le processus de création de tout ceci. Il faut déjà comprendre comment cela va fonctionner en général et il faut s’assurer que les autos puissent produire une compétition. Nous essaierons de faire des règles qui permettront de voir les voitures réellement se battre en elles.

Comme on parle d’une technologie sans pilotes se basant sur des softwares, on peut changer les règles de manière assez dynamique, sans affecter la partie physique de l’auto. On pourra voir ce qui marche ou non et changer les règles, en changeant le software (logiciel) sans toucher au hardware (matériel). C’est un projet qui dispose de beaucoup de flexibilité, et c’est important car il faut suivre le rythme du développement technologique. Mais je crois vraiment que ce genre de championnat peut permettre aux compagnies technologiques de développer des systèmes bien plus avancés, plus rapidement. Car c’est une compétition. Et c’est ce que tout le monde veut!

Le fait que Roborace se produise en marge de la Formule E signifie que ces courses vont en plus se dérouler dans un environnement urbain, avec peu de données récurrentes permettant de définir le comportement d’une auto, comme sur un circuit traditionnel. Peut-on imaginer, du fait qu’il n’y a pas de pilotes, des courses de nuit pour prouver à quel point la technologie peut passer outre toutes ces difficultés?

Clairement! C’est d’ailleurs important d’apporter cet élément nocturne. Cela permet de montrer que la "vision" des machines ne fonctionne pas seulement de jour, mais aussi dans des conditions différentes. Notre objectif est de montrer que les autos peuvent faire des choses extraordinaires dans des conditions extrêmes : c’est la meilleure façon de prouver que cela marchera aussi bien sur une route normale. Nous allons donc essayer d’appliquer des contextes aussi réels que possible.

Vous avez dit en plaisantant que les véritables stars du championnat seront les ingénieurs, en l’absence des pilotes. Mais les voitures, clairement, seront aussi les grandes curiosités. Les désirez-vous donc très inspirées niveau design, très marquées sur un plan stylistique? Espérez-vous inspirer avec?

Inspirer! Oui, c’est ce que nous voulons vraiment! Et avec ce genre de projet, nous souhaitons impliquer plus de monde. Actuellement, en sport auto, on trouve des fans…de sport auto! Et voilà que nous ajoutons cette part de digital, pour toucher d’autres personnes grâce à la course.

Et cet enthousiasme des fans de sport auto traditionnel, pensez-vous qu’il se transmettra à Roborace? Etes-vous un fan de course, vous-même?

Euh… Moi, je suis plus fan de la technologie, par exemple! [rires] Personnellement, j’aime la Formule E : c’est une compétition intéressante. Tout le monde la compare à la F1, mais ce n’est pas la même chose. Tant de choses se passent techniquement, c’est très intéressant ; j’aime beaucoup ça. Mais en ajoutant le côté autonome, ça va être encore un peu plus différent. Ça impliquera de nouvelles personnes.

Revenons sur le design, pensez-vous donner à cette auto une apparence de routière sportive ou plutôt de monoplace?

A ce stade, nous ne voulons pas trop en parler. Nous avons beaucoup de choses à essayer. Il est aussi vraisemblable que nous impliquions l’audience dans cela. On verra nos options en fonction de ce qu’attendent les gens. Je crois que ça va être intéressant, niveau développement!

Parlons des équipes. Vous souhaitez lancer le championnat pour la saison 3 de la Formule E ; il reste donc moins d’un an pour se préparer. De quel délai pensez-vous que les équipes auront besoin pour se familiariser avec le package, et quand serez-vous en mesure d’annoncer les premiers participants?

On ne sait pas encore. On débute. On pousse vraiment pour faire en sorte que la première course se tienne la saison prochaine. Pour nous, le plus important était de pouvoir faire l’annonce [de l’arrivée du championnat]. Dire que nous avons signé tous les papiers, que les documents sont faits avec la Formule E et que nous avons les droits pour la mise en place de ce championnat. De cette manière, nous pouvons commencer avec, espérons-le, un impact public maximal. Ensuite, difficile de dire ce qui va se produire! On a certainement des idées en masse, mais je ne veux pas trop en dévoiler maintenant!

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Roborace , Formule E
Événement Annonce de ROBORACE
Sous-évènement Présentation
Type d'article Interview
Tags automone, denis smerdlov, interview, roborace