Malgré la déception, une expérience enthousiasmante pour Lucile Cypriano

12e de la course 1, puis contrainte à l'abandon lors de la course 2 à Valencia pour sa première expérience dans le TCR International Series, Lucile Cypriano reste tout de même emballée par une discipline qu'elle espère retrouver dans un futur proche, comme elle l'a expliqué à Motorsport.com.

Une semaine à peine après avoir effectué sa première course en Seat Leon Eurocup au Castellet, Lucile Cypriano prenait la direction de l'Espagne pour disputer les deux manches du TCR à Valencia, troisième étape du calendrier, sous la bannière de l'équipe française JSB Compétition.

Après s'être révélée dès les premiers essais libres, avec un retentissant 2e meilleur chrono, la jeune pilote tricolore, soutenue par la Commission Women in Motorsport de la FIA, était vite refroidie par la réglementation sportive du championnat. "La Balance de Performance a été appliquée après les essais libres", a expliqué la jeune Française à Motorsport.com. "Du coup, je me suis retrouvée avec une Seat Leon dont la hauteur de caisse a été relevée de trois centimètres, et là, cela n'avait plus rien à voir".

Les qualifications du TCR se disputent en deux temps : une première séance Q1 à l'issue de laquelle les 12 meilleurs chronos sont retenus, et une séance Q2 où ces mêmes pilotes se disputent la pole position. Lucile Cypriano rate d'un rien la qualification pour Q2, 14e finalement, forcément déçue. "Je commençais à prendre mes marques petit à petit", continue-t-elle. "Dans ma dernière tentative, avec les pneus neufs, j'ai amélioré mes deux premiers partiels, mais j'ai été gênée dans le dernier. Il ne manquait pas grand chose pour passer".

Dimanche, c'est jour de course. Sous une chaleur accablante (près de 35°C dans l'air), Lucile Cypriano prend un bon départ, remonte quelques positions, mais voit sa course perturbée par un problème de surchauffe moteur. "J'avais un bon rythme en début de course", explique Lucile Cypriano. "Mais mon moteur s'est mis à chauffer et à se mettre en mode sécurité. Cela m'a fait ralentir et j'ai perdu plusieurs places. En fin de course, le moteur est reparti sur un fonctionnement normal et j'ai pu aligner les tours rapides".

Dommage que les résultats n'ont pas suivi, le potentiel était là... mais j'aimerais revenir en TCR à l'avenir.

Lucile Cypriano.

La course 2 allait s'avérer fertile en émotions. Après l'incident du départ, la voiture de sécurité est déployée alors que la bagarre fait rage en milieu de peloton. Pour Lucile Cypriano, c'est la confusion. "Nous étions en paquet, à trois de front, et honnêtement je ne savais pas à quelle position j'étais lorsque la voiture de sécurité est intervenue. J'ai laissé passer des voitures, mais du coup un peu trop, et je me suis retrouvée 9e alors que j'étais remontée aux alentours de la 5e place. Lorsque la course est repartie, j'ai repris un bon rythme mais mes problèmes de surchauffe moteur sont revenus".

"Quelques instants plus tard, un concurrent a essayé de forcer le passage : j'ai freiné fort pour l'éviter, et j'ai été violemment percutée par une autre voiture à l'arrière. Cela m'a arraché le pare-choc, qui s'est mis à frotter sur mon pneu. J'ai préféré arrêter".

Au-delà du résultat brut, Lucile Cypriano gardera le positif de sa première apparition en TCR. "C'était une superbe expérience", conclut-elle. "Après l'introduction de la Balance de Performance, nous avons eu un peu de mal à nous habituer à la voiture dans cette configuration. Mais j'ai réussi à me réadapter et à changer mon pilotage pour exploiter le potentiel de la Seat Leon. Dimanche, en course, je me sentais à l'aise au volant. Dommage que les résultats n'ont pas suivi, le potentiel était là... C'était une superbe expérience, un beau championnat, de belles courses, et j'aimerais revenir en TCR à l'avenir".

A lire également : Oriola et Comini s'imposent à Valencia en TCR.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries TCR
Pilotes Lucile Cypriano
Type d'article Interview