Jean Alesi revient sur son accident à Monaco

Jean Alesi et Marco Werner se sont tous deux exprimés à la suite de leur accrochage controversé au Grand Prix de Monaco Historique.

Jean Alesi revient sur son accident à Monaco

Lors du Grand Prix de Monaco Historique dédié aux monoplaces des années 1970, il y a quelques semaines, la Ferrari 312 B3-74 de Jean Alesi, ancien pilote de Formule 1, et la Lotus 77 de Marco Werner, triple vainqueur des 24 Heures du Mans, se sont accrochées en tête de course. Alesi, alors leader, a été envoyé contre les barrières de la ligne droite de départ/arrivée, le forçant à abandonner. En revanche, Werner a pu continuer sa route jusqu'au drapeau à damier avant de recevoir une pénalité le reléguant à la troisième place.

Lire aussi :

Au terme de cette course, Alesi a vivement critiqué le pilote allemand. "Il n'a aucun respect pour ces voitures", a déclaré le vainqueur du Grand Prix du Canada 1995 à Motorsport.com"Bien sûr, nous faisions la course mais ce n'était pas la course de notre vie. Je m'amusais en faisant glisser cette fantastique voiture dans les rues de Monaco mais [Werner] m'a touché deux fois à la sortie de la chicane."

"Il avait beaucoup plus de couple que moi. Il savait donc que je devais passer de la première à la deuxième vitesse assez lentement aux sorties de [l'épingle], de la chicane, de la Rascasse. Mes changements de rapports étaient lents, la voiture n'a rien eu", poursuit-il, en évoquant les raisons de cette collision. "Ce n'était vraiment pas professionnel de sa part et surtout contraire à l'esprit de ce grand événement."

Qualifié en pole position avec une bonne marge d'avance sur ses poursuivants, Werner a révélé qu'un problème d'embrayage avait entravé son départ, permettant à Alesi de prendre les commandes. L'Allemand a estimé être trop proche de l'ancien membre de la Scuderia Ferrari pour éviter l'accrochage.

"J'ai essayé de faire une bonne course et de saisir toutes les opportunités qui se présentaient, donc je suis resté proche d'Alesi et j'ai espéré qu'il commette des erreurs", a expliqué Werner à Motorsport.com. "J'étais le plus rapide. Si la course s'était terminée ainsi, cela aurait été une belle démonstration et j'aurais accepté de finir deuxième derrière une ancienne grande star de la Formule 1."

"Malheureusement, ça ne s'est pas passé ainsi. [Alesi] a manqué un virage et j'étais trop près de lui pour éviter le contact. C'est tout... J'aurais aimé me décaler pour le dépasser [après] son erreur et gagner la course. Ce n'était pas possible, je n'ai pas pu éviter un contact. Je ne l'aurais jamais fait exprès. Quiconque s'y connaît en monoplace sait qu'il y avait un grand risque de passer par-dessus sa roue et de provoquer une grosse catastrophe ! La deuxième place m'aurait convenu, jamais je ne ferais un geste antisportif."

La vidéo de l'accident a fait le tour des réseaux sociaux et Werner s'est attiré les foudres des internautes. Le pilote allemand, qui apprécie énormément les courses historiques, a néanmoins reçu le soutien des acteurs des ces événements.

"C'est tellement dommage qu'un tel incident de course ait pris cette tournure", a-t-il ajouté. "Ce n'était pas bon pour notre sport. Je prends part à des courses historiques de façon périodique depuis quelques années maintenant. J'aime ces anciennes voitures et leur histoire. Je possède même une Tyrrell de Formule 1, la Ralt de ma victoire au Grand Prix de Monaco de Formule 3 1992 et une magnifique Lotus 22 de Formule Junior. Les gens m'accusent de manquer de respect aux voitures sans savoir que j'ai déjà piloté cette Ferrari deux fois à Monaco."

partages
commentaires

Voir aussi :

À contrecœur, Horner soutient les votes à bulletin secret

Article précédent

À contrecœur, Horner soutient les votes à bulletin secret

Article suivant

Qui sont les acteurs les plus riches de la Formule 1 ?

Qui sont les acteurs les plus riches de la Formule 1 ?
Charger les commentaires