2017 - Gibson et Cosworth, fournisseurs du LMP2 new-look

partages
2017 - Gibson et Cosworth, fournisseurs du LMP2 new-look
Par : Jean-Philippe Vennin
14 sept. 2015 à 17:01

Les deux entreprises anglo-saxonnes ont été désignées comme motoriste et fournisseur électronique par l’ACO, la FIA et l’IMSA lors du Conseil Mondial de l’Automobile.

#47 KCMG ORECA 05 : Matthew Howson, Richard Bradley, Nick Tandy
#41 Greaves Motorsport Gibson 015S-Nissan : Gary Hirsch, Bjorn Wirdheim, John Lancaster
#38 Jota Sport Gibson 015S-Nissan : Simon Dolan, Filipe Albuquerque, Harry Tincknell
#31 Extreme Speed Motorsports Ligier JS P2 : Ed Brown, Jon Fogarty, Johannes van Overbeek
#40 Krohn Racing Ligier JS P2 Judd : Tracy Krohn, Niclas Jonsson, Oswaldo Negri Jr.
#60 Michael Shank Racing with Curb/Agajanian Ligier JS P2 Honda: John Pew, Oswaldo Negri, A.J. Allmendinger, Matt McMurry

On sait que le règlement technique de la catégorie LMP2 sera profondément modifié à partir de la saison 2017 puisque quatre constructeurs de châssis et un fournisseur de moteurs seulement seront en lice dans les championnats régis par l’ACO et la FIA, le nombre de motoristes restant en revanche illimité dans le championnat de voitures de sport américain.

Les noms des heureux élus parmi les constructeurs de châssis avaient été révélés au début du mois de juillet. Il s’agissait de Dallara, Onroak Automotive (via Ligier), Oreca et l’association entre Riley et Multimatic.

Si deux entreprises françaises faisaient partie de la liste, ce sont les candidatures de deux structures anglo-saxonnes qui ont été validées, comme cela a été annoncé ce lundi, par le Conseil Mondial de l’Automobile pour la fourniture de moteurs et d’électronique.

Gibson Technology fabriquera donc les moteurs des LMP2 qui disputeront les courses et championnats régis par l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) et la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA).

De son côté, Cosworth Electronics aura en charge l’électronique des moteurs utilisés par les concurrents de tous ces championnats ainsi que de l’IMSA WeatherTech SportsCar Championship – prochaine appellation de l’actuel Tudor United Sport Car Championship (TUSC) né en 2014 de la fusion entre l’American Le Mans Series (ALMS) et le GrandAm.

Un V8 de 600 chevaux

Le moteur Gibson Technology sera un V8 de quatre litres développant 600cv.

“Au-delà de la puissance augmentée, l’ensemble complet permettra aux concurrents non seulement de réduire leurs coûts moteur, mais aussi de bénéficier de tous les services liés à l’exploitation du moteur sans surcoût (assistance technique, y compris sur circuit),” explique le communiqué conjoint de toutes les entités concernées.

Ce moteur sera donc utilisé en Championnat du Monde d’Endurance (WEC) et aux 24 Heures du Mans, ainsi qu’en European Le Mans Series (ELMS) et Asian LMS (à partir de 2019).

Aux États-Unis, comme cela est déjà le cas actuellement, plusieurs moteurs seront acceptés et les châssis comprendront des éléments de style spécifiques à chaque motoriste.

En plus de permettre une réduction des coûts, ces nouvelles dispositions visent à rapprocher les performances des LMP2 de celles des prototypes de la catégorie supérieure, le LMP1.

Article suivant
L’Aston Martin Vantage GTE 2016 se dévoile

Article précédent

L’Aston Martin Vantage GTE 2016 se dévoile

Article suivant

Porsche aborde Austin avec beaucoup de méfiance

Porsche aborde Austin avec beaucoup de méfiance

À propos de cet article

Séries WEC
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités