Alpine a pris "une belle option" sur le championnat en WEC

La saison de WEC se présente idéalement pour Alpine, en LMP2. En tête, la firme dieppoise voit la suite du championnat sereinement. Bernard Ollivier, le directeur général adjoint, analyse la saison, et envisage l'avenir.

Alpine a pris "une belle option" sur le championnat en WEC
Didier Calmels, Co-propriétaire de Signatech et Bernard Ollivier, CEO d'Alpine
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 - Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 - Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
Pole position LMP2 : #36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
Podium LMP2 : première place Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi, Signatech, deuxième place Ricardo Gonzalez, Filipe Albuquerque, Bruno Senna, RGR Sport by Morand, troisième place Roman Rusinov, Alex Brundle, René Rast, G-Drive Racing
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 - Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi

2016 est une année importante pour Alpine. Outre le développement de la nouvelle voiture de la marque, la firme dieppoise est engagée en WEC avec Signatech. Pour le moment, la saison se déroule idéalement. Bernard Ollivier, directeur général adjoint, revient sur les performances de l'équipe, et parle aussi de l'avenir.

Motorsport.com : En parallèle du lancement de la voiture, Alpine est impliqué en WEC. La saison se passe bien. Quel regard portez-vous sur ces résultats ? 

Bernard Ollivier : C'est vrai que nous avons mis les moyens pour 2016. Et pour le moment, ça se passe plutôt bien pour nous, avec cinq victoires. Nous avons une dream-team de pilotes, avec notamment Nicolas Lapierre, qui est quelqu'un sur qui nous pouvons compter. Il a un bon état d'esprit, et permet à ses coéquipiers de progresser. Nous disposons d'une belle avance au championnat (38 points), ce qui, sans s'avancer, nous permet de dire que nous avons pris une belle option.

La victoire aux États-Unis, ce week-end, était-elle importante ? Un intérêt pour le marché local ?

C'est vrai que nous avons connu un week-end de rêve à Austin. Avec la pole, à près d'une seconde d'avance, une course menée pendant 5 h30, avec une arrivée à presque un tour d'avance... difficile de faire mieux. On nous disait après notre deuxième place à Mexico que nous avions la pression, nous avons répondu de la meilleure des façons. Côté résultat, c'était important au championnat. Dans le cadre d'un marché, pas vraiment. Aller aux États-Unis, cela demande d'adapter la voiture. Les règles sont différentes. Peut-être plus tard, mais pour le moment, on se concentre sur la version Européenne. On se développe pas à pas.

En savez-vous plus pour le programme de la saison prochaine ?

On aimerait rester en LMP2. Le règlement change, avec quatre constructeurs admis. Ce qui fait que nous ne pourrions pas mettre le nom Alpine sur nos châssis. Ce qui nous poserait problème pour la suite. C'est un véritable levier pour la marque qui disparaîtrait. Ce programme est aussi un support pour la marque. On amènera notamment le prototype Alpine Vision à Fuji, au Japon, qui est un marché que nous visons. Nous attendons de savoir ce que va donner le règlement.

Alpine pourrait rouler ailleurs qu'en LMP2 ?

Non, c'est vraiment cette catégorie qui nous intéresse. Il y a de la bagarre, du niveau. Alpine ne veut pas la jouer petits-bras. Le LMP1 Privé ne nous intéresse pas, et le LMP1-H non plus. Les budgets sont astronomiques, nous n'en avons pas les moyens. Il faut bien se dire que nous n'avons pas encore de chiffre d'affaire ! Et puis, un programme LMP1-H n'apporterait rien de spécial. Alpine a toujours réussi à faire de belles choses avec des petits moyens. Il faudra aussi que l'on réfléchisse à remplacer Gustavo Menezes. L'an prochain, il passera de Silver à Gold... Nous sommes en train d'étudier des pilotes.

Pourrait-on voir l'Alpine de série en course à l'avenir ?

Attendons d'abord de voir si la version de série à du succès. Si c'est le cas, pourquoi pas envisager une version GT4. Quoiqu'il en soit, ce ne sera pas avant 2018. Comme je le disais, nous allons faire les choses pas à pas.

partages
commentaires
Chronique Timo Bernhard - Conditions terribles, victoire fantastique !

Article précédent

Chronique Timo Bernhard - Conditions terribles, victoire fantastique !

Article suivant

BMW confirme son arrivée en WEC en 2018

BMW confirme son arrivée en WEC en 2018
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021