L'Aston Martin Valkyrie n'aura pas de système hybride

Aston Martin prépare son retour au plus haut niveau de l'endurance, officialisé en juin dernier, et a confirmé l'absence de système hybride sur la Valkyrie qui fera ses débuts en 2020.

L'Aston Martin Valkyrie n'aura pas de système hybride
Charger le lecteur audio

Aston Martin a confirmé l'absence de tout système hybride sur la Valkyrie qui sera engagée en WEC et aux 24 Heures du Mans à partir de 2020-2021, sous l'égide du nouveau règlement Hypercar. La version route de cette auto dispose pourtant d'un système de récupération d'énergie au niveau de l'essieu arrière, mais le constructeur britannique estime que cela "n'aurait aucun sens" de l'utiliser en compétition, bien qu'il soit autorisé. La future réglementation fixe une puissance maximale de 750 ch (puissance électrique comprise), mais la Valkyrie est équipée d'un V12 de 6,5 litres développé par Cosworth et déjà capable de délivrer 1000 ch.

"Nous avons un énorme V12, dont nous allons devoir abaisser les performances pour qu'il puisse courir", explique David King, directeur des opérations spéciales et président d'Aston Martin Racing. "Nous n'allons pas le dévaloriser à ce point [jusqu'à permettre l'introduction d'un système hybride], ça n'aurait aucun sens pour la Valkyrie. La voiture de route dispose d'un élément hybride, la voiture de course n'en aura pas."

Voir aussi :

Le règlement de la catégorie qui succédera au LMP1 énonce que les prototypes hypercar, comme celui que prépare Toyota, seront autorisés à utiliser un système hybride unique à l'avant, tandis que les autos dérivées d'un modèle de route devront conserver un positionnement de ce système au même endroit que l'auto de base, ou bien ne pas le conserver.  

Chez Aston Martin, l'absence système hybride sur la Valkyrie en compétition justifie le fait que le constructeur britannique a insisté pour qu'une restriction soit mise en place dans la future catégorie. En effet, un point de règlement interdira le déploiement d'un système hybride au niveau de l'essieu avant sous les 120 km/h. "C'est pour cela que tout le débat sur les deux et quatre roues motrices était si important jusqu'à la finalisation de la réglementation", précise David King. "Il fallait que ce soit le cas, de manière à avoir une chance avec une voiture à deux roues motrices quand il pleut, sinon ce serait une loterie : il aurait fallu parier sur le fait que la météo serait humide ou sèche dans deux ans au moment de déterminer l'architecture moteur."

Propos recueillis par Gary Watkins  

partages
commentaires
Toyota cache son vrai rythme, selon Menezes
Article précédent

Toyota cache son vrai rythme, selon Menezes

Article suivant

Qualité, arbitrage, éducation : au cœur des contrôles carburant WEC

Qualité, arbitrage, éducation : au cœur des contrôles carburant WEC
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021