Bernhard, Hartley et Webber Champions du Monde au bout de l'angoisse!

Ils ont réussi leur pari! Mais ce ne fut pas une promenade de santé pour les trois pilotes Porsche, qui ont décroché leur premier titre mondial au terme de six heures presque angoissantes à Bahreïn.

Que ce fut dur pour Timo Bernhard, Brendon Hartley et Mark Webber de décrocher un titre mondial qui leur semblait promis. Dans une course dont ils auront occupé la tête uniquement dans la première demi-heure, ils ont finalement réussi à assurer l'essentiel. Pourtant, leur Porsche 919 Hybrid leur a cette fois joué un bien vilain tour... 

Tout a commencé par un ennui survenu dès la 30e minute de course, quand Bernhard a dû s'immobiliser dix minutes dans son box pour un ennui d'accélérateur et de moteur. Dès lors, l'équipage de la n°17 savait que la course serait longue et synonyme de remontée pour aller chercher les points nécessaires en cas de victoire de Marcel Fässler, Andre Lotterer et Benoit Tréluyer sur l'Audi n°7. 

Heureusement pour eux, les leaders du championnat avant cette ultime épreuve ont pu compter sur la ténacité de leurs coéquipiers sur la voiture sœur, qui sont allés chercher une victoire ô combien méritée compte tenu de la malchance qui a pu les accabler tout au long de la saison, jusqu'à les mettre prématurément hors course pour le titre. Au volant de la Porsche n°18, Romain Dumas, Marc Lieb et Neel Jani ont ainsi réalisé le travail parfait, tout comme leurs stratèges sur le muret des stands : quand il a fallu répondre à l'audace d'Audi sur le plan stratégique, ils étaient présents, et il en aura été de même en piste quand le duel entre Tréluyer et Lieb a fait rage à la mi-course, offrant des images magnifiques. 

Pour Bernhard-Hartley-Webber, tout semblait sous contrôle au cinquième rang jusqu'à l'entame de la dernière heure. Au volant du proto allemand, l'Australien rentrait au stand et voyait sa monture immédiatement poussée dans son garage, le temps de travailler autour de l'hybridation de la 919. Des systèmes hybrides défaillants qui n'ont tout de même pas privé Webber de reprendre la piste pour son dernier relais, sur un rythme en moyenne trois secondes plus lent que celui des leaders mais suffisant pour assurer l'essentiel. 

Le résumé vidéo 

Il y aura bien eu cette nouvelle frayeur à 40 minutes du drapeau à damier, quand la 919 Hybrid est apparue quelques instants au ralenti, tous feux éteints, créant un état d'alerte temporaire avant de reprendre une fois encore sa marche en avant. Et que dire de ce dernier passage par les stands, avec une voiture agonisante, peinant à s'extraire de la pitlane pour fournir son dernier effort?

Deuxièmes des 24 Heures du Mans en juin, Bernhard, Hartley et Webber sont finalement couronnés pour leur vague de succès sans partage décrochés entre le mois d'août et le début du mois de novembre. Un titre construit sur les victoires du Nürburgring, Austin, Fuji et Shanghai. La régularité redoutable de leurs rivaux d'Ingolstadt les aura menacés jusqu'au bout, mais on peut légitimement dire que le trio le plus rapide, sur la machine la plus rapide, a raflé la mise au terme d'un cru 2015 qui restera dans les mémoires! 

Impossible enfin de passer sous silence le podium opportuniste mais consécutif à une course parfaite livrée par les Toyota, qui permet à la n°2 de Stéphane Sarrazin, Mike Conway et Alexander Wurz de goûter à nouveau au champagne. Les adieux du pilote autrichien à la course automobile n'auraient pas pu être meilleurs, tout comme la dernière sortie de la TS040 Hybrid!

G-Drive au forceps!

Si la lutte pour le titre pilotes en LMP1 aura logiquement concentré la majorité des regards, elle n'aura pas été moins belle dans les autres catégories. Dans le même ordre d'idée que la classe reine, la mission paraissait impossible pour KCMG en LMP2. Matthew Howson, Richard Bradley et Nick Tandy ont toutefois fourni l'effort qu'il fallait en menant une large partie de la course, mais ce sont bien les nouveaux champions du G-Drive Racing qui sont allés décrocher les lauriers au forceps, avec un excellent dernier relais de Sam Bird, qui a succédé à Roman Rusinov et Julian Canal. Alpine complète le podium de la catégorie après une très belle course. 

En LMGTE Pro, Porsche est allé chercher une victoire solide avec Pilet et Makowiecki, tandis qu'Aston Martin s'impose en LMGTE Am avec Dalla Lana, Lauda et Lamy. 

 6 Heures de Bahreïn

 CATEQUIPETRSARRETS
1 18 P1 Porsche Team 199 6
2 7 P1 Audi Sport Team Joest 198 8
3 2 P1 Toyota Racing 196 6
4 1 P1 Toyota Racing 196 6
5 17 P1 Porsche Team 190 7
6 8 P1 Audi Sport Team Joest 187 9
7 26 P2 G-Drive Racing 182 7
8 47 P2 KCMG 182 7
9 28 P2 G-Drive Racing 182 7
10 36 P2 Signatech Alpine 182 7
11 13 P1 Rebellion Racing 180 8
12 4 P1 Team Bykolles 179 7
13 44 P2 AF Racing 178 6
14 12 P1 Rebellion Racing 178 8
15 42 P2 Strakka Racing 178 8
16 43 P2 Team Sard Morand 176 7
17 30 P2 Extreme Speed Motorsports 176 8
18 92 Pro Porsche Team Manthey 173 6
19 51 Pro AF Corse 172 6
20 31 P2 Extreme Speed Motorsports 172 7
21 97 Pro Aston Martin Racing 172 5
22 95 Pro Aston Martin Racing 172 6
23 91 Pro Porsche Team Manthey 172 6
24 71 Pro AF Corse 171 6
25 99 Pro Aston Martin Racing V8 170 6
26 98 Am Aston Martin Racing 169 5
27 88 Am Abu Dhabi-Proton Racing 169 5
28 77 Am Dempsey - Proton Racing 169 5
29 83 Am AF Corse 168 6
30 72 Am SMP Racing 168 6
31 50 Am Larbre Competition 168 6
32 96 Am Aston Martin Racing 167 5
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC
Événement Bahreïn
Circuit Bahrain International Circuit
Type d'article Résumé de course
Tags am, endurance, lmgte, lmp1, lmp2, pro, sakhir