ByKolles cinquième à Fuji malgré 100 chevaux de moins

Cinquième des 6 Heures de Fuji, l'équipe ByKolles a livré une belle prestation au Japon le week-end dernier, en dépit de problèmes moteur qui ont affecté l'ENSO CLM P1/01 quasiment tout au long de la course.

ByKolles cinquième à Fuji malgré 100 chevaux de moins
#4 ByKolles Racing Team Enso CLM P1/01: Oliver Webb, James Rossiter, Tom Dillmann
#4 ByKolles Racing Team Enso CLM P1/01: Oliver Webb, James Rossiter, Tom Dillmann
#4 ByKolles Racing Team Enso CLM P1/01: Oliver Webb, Dominik Kraihamer, Tom Dilmann, Kang Ling
#4 ByKolles Racing Team Enso CLM P1/01: Oliver Webb, James Rossiter, Tom Dillmann
#4 ByKolles Racing Team Enso CLM P1/01: Oliver Webb, James Rossiter, Tom Dillmann
Charger le lecteur audio

De retour au volant du prototype autrichien aux côtés d'Oliver Webb et James Rossiter après avoir manqué la manche de Silverstone en août, Tom Dillmann a révélé que le rythme de course avait souffert d'une perte de pression d'un des deux turbo sur le moteur Nissan de la voiture, entraînant une perte de puissance significative.

"Après dix minutes, nous avons perdu la pression d'un côté, sur un turbo", explique le pilote français à Motorsport.com. "Nissan nous a donné une estimation, nous avons perdu 100 ou 150 chevaux. Nous étions 30 km/h moins rapide en ligne droite. Changer ça aurait pris trop de temps, nous aurions perdu gros, alors nous avons décidé de continuer et de survivre comme ça. C'était dur. Nous étions à peine plus rapide que les GT en bout de ligne droite, et c'était vraiment difficile de doubler les LMP2." 

"La voiture a fait un gros pas en avant par rapport à la dernière fois que je l'avais pilotée, c'est dommage ce qui s'est passé. Sans ce problème, je pense que nous aurions terminé à un ou deux tours de la Rebellion."

Lire aussi :

Cinquième, ByKolles a finalement affiché un retard de 11 tours sur la Toyota victorieuse, mais inscrit pour la première fois des points depuis la manche d'ouverture de la Super Saison à Spa-Francorchamps.

"Ce week-end, c'est la première fois que nous avons pu rouler sans le moindre problème dans lors de toutes les séances d'essais libres", ajoute Tom Dillmann. "À Spa et au Mans, nous avions eu de nombreux problèmes, nous arrivions toujours à la course sans être prêts et l'équilibre de la voiture était bon. Avec le même genre de week-end, sans problème [en course], nous pouvons nous battre pour la quatrième ou la cinquième place, et s'il y a des problèmes [devant], alors qui sait, peut-être que nous pourrions nous retrouver sur le podium."

Propos recueillis par Jamie Klein  

 

partages
commentaires

La future réglementation Hypercar du WEC s'affine

Opinion - Alonso provocateur malgré lui ?