Chronique Gommendy - "Heureux et fier de ce qui a été fait en 2017"

Dans sa chronique pour Motorsport.com, Tristan Gommendy conclut une année 2017 réussie avec le Jackie Chan DC Racing by JOTA, avant de se projeter sur 2018. Un vœu pour la nouvelle année ? Cherchez du côté du Mans, évidemment !

Chronique Gommendy - "Heureux et fier de ce qui a été fait en 2017"

Cette année 2017 se termine et j'en tire un bilan positif. Quelque part, il y a le sentiment d'avoir fait le maximum avec ce qu'on avait. C'est très positif, et il faut se rappeler que j'étais très content de faire le Championnat du monde avec Jackie Chan DC Racing. Un grand merci à David Cheng de m’avoir donné cette opportunité.

Le point d'orgue reste les 24 Heures du Mans et le résultat exceptionnel de l'équipe, avec les deux voitures. En championnat, il y a eu un niveau de performance qui nous aurait permis de faire quelques podiums cette année, mais nous n'avons pas toujours été chanceux dans les circonstances de course. Il faut être clair, le niveau des équipages en WEC était très relevé, c'est certain que le pilote Silver ainsi que l'homogénéité de l’équipage jouent pour beaucoup dans les résultats, puis une spirale positive ou négative s'enclenche.

Pour le championnat, on savait que ce serait compliqué, mais l'ensemble est très positif. Je suis heureux et fier de ce qui a été fait. Il y a forcément une déception pour le résultat au championnat de la #38, mais Rebellion a fait un travail exceptionnel avec un sans-faute depuis le Nürburgring, donc c'est amplement mérité. Il y a eu quelques petites erreurs de notre côté, qui ont coûté le titre. Il n'y a aucun regret à avoir. Il faut garder une vision globale de la saison, qui est extrêmement positive.

Le Mans, le meilleur souvenir

Drapeau à damier pour la #37 DC Racing Oreca 07 Gibson: David Cheng, Alex Brundle, Tristan Gommendy et la #38 Jackie Chan DC Racing ORECA 07-Gibson: Ho-Pin Tung, Thomas Laurent, Oliver Jarvis

Le Mans reste le meilleur souvenir de l'année. Pour moi, il y a deux points sur lesquels on doit être extrêmement satisfaits. D'abord, à la suite de la sortie de piste de David au bout de quatre heures de course, on a pris deux tours de retard et il a fallu se remettre la tête à l'endroit et se dire qu'on n'avait plus le droit à aucune erreur si on voulait faire un résultat honorable aux 24 Heures du Mans. On a su se ressaisir tous les trois, ne pas se démotiver ni se désorienter, et les vingt heures qui ont suivi ont été un sans-faute, techniquement et humainement ! C'était passionnant de voir notre remontée. Et puis il y a ces deux podiums, ce doublé en LMP2 qui est déjà exceptionnel et le podium au général qui a été la cerise sur le gâteau ! Cette édition a été vraiment particulière pour toute l'équipe.

Au terme de cette saison, la plupart des objectifs ont été remplis. Ceux qui ne le sont pas ne sont pas vraiment une surprise. Le résultat au championnat est assez raccord avec ce que l'on pouvait attendre. On n'a pas concrétisé parfois à cause de petites choses mais on savait qu’on ne pourrait pas jouer le podium tous les week-ends.

On a eu un état d'esprit d'équipe, on a tous été très soudés toute l'année en considérant que l'on ne formait qu'une équipe avec les deux autos. Alors il y a eu, il est vrai, la déception de la fin du championnat en voyant que la #38 n'était pas Championne du monde pour dix secondes. Humainement, il y a eu un moment un petit peu difficile.

Se battre pour la victoire

#37 DC Racing Oreca 07 Gibson: David Cheng, Alex Brundle, Tristan Gommendy

Pour moi, l'année 2018 s'annonce bien. Il y a un certain nombre de possibilités et d'opportunités qui se présentent. Le Championnat du monde propose une mise en place qui n'est pas forcement évidente, aussi bien pour les équipes que pour les pilotes puisque c'est sur un an et demi. Les équipes sont obligées d'avoir une vision sur l'ensemble du championnat donc ça représente certaines contraintes, et notamment budgétaires. Elles travaillent sur le sujet avant de pouvoir se prononcer sur des pilotes pro.

Le Championnat du monde est une chose, mais il n'y a pas que le WEC. Il y a le championnat américain IMSA et l'ELMS qui sont à regarder de près. Ce sont des options que l'on ne doit pas écarter, mais il est encore un peu tôt pour parler concrètement de l'année prochaine. Mon souhait est de pouvoir intégrer une équipe et un équipage qui permettent de jouer le podium chaque week-end, c'est un point important. Les trois championnats ont de gros points forts, indépendamment les uns des autres, et on peut y prendre un grand plaisir en faisant son métier.

Un vœu pour 2018…

Avec deux places de deuxième, une place de troisième au général, ainsi qu'une pole position, le tout en quatre ans, je tourne autour de quelque chose aux 24 Heures du Mans…

Si j'ai un vœu plus important que les autres, ce serait quand même de réussir à décrocher cette victoire ! Pour toutes les raisons que l'on connaît, les 24 Heures du Mans sont importantes, et le résultat d'équipe là-bas l'emporte largement sur une place finale au championnat.

#37 DC Racing Oreca 07 Gibson: Tristan Gommendy
partages
commentaires
Le Racing Team Nederland s'engage en WEC

Article précédent

Le Racing Team Nederland s'engage en WEC

Article suivant

Porsche en LMP1 - "Nous devions construire une F1 avec un toit"

Porsche en LMP1 - "Nous devions construire une F1 avec un toit"
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021