Chronique Timo Bernhard - Une solide répétition pour Le Mans

Dans sa chronique pour Motorsport.com, Timo Bernhard raconte son week-end à Spa, où les Porsche 919 Hybrid ont tenu tête à Toyota, un mois avant le grand rendez-vous du Mans.

Chronique Timo Bernhard - Une solide répétition pour Le Mans
Podium LMP1 : les vainqueurs Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Toyota Gazoo Racing, les deuxièmes, Mike Conway, Kamui Kobayashi, Toyota Gazoo Racing, les troisièmes, Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley, Porsche Team
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
Timo Bernhard, Porsche Team
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
Earl Bamber, Timo Bernhard, Porsche Team
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley

C'était génial d'être de retour sur le fameux "toboggan des Ardennes" le week-end dernier à Spa. Le circuit est à seulement 200 kilomètres de chez moi, et proche du Nürburgring. C'est presque comme une seconde course à domicile pour moi.

J'ai couru là-bas pour la première fois en 1998, en Championnat d'Europe de Formule Ford, et j'ai terminé sixième. Le circuit est naturel et il a un caractère unique, c'est pourquoi j'en étais tombé amoureux dès 1998. J'ai aussi disputé les célèbres 24 Heures de Spa à trois reprises.

Réussir un très bon tour là-bas dans un prototype est extrêmement gratifiant. Avec des virages rapides et lents qui s'enchaînent, ce n'est pas du tout un circuit facile.

La course à Spa est presque une répétition générale pour les 24 Heures du Mans en juin. Comme l'année dernière, nous avons couru avec un kit aéro à faible appui qui a été développé pour Le Mans.

La course étant le samedi, l'activité en piste débute le jeudi avec les essais libres. C'était une excellente première journée, car j'ai pu battre le meilleur temps de notre 919 Hybrid l'an dernier de plus d'une seconde. C'est un grand résultat, compte tenu des restrictions aérodynamiques en vigueur cette saison.

La météo était aussi une bonne surprise, et nous avons réussi à dérouler notre programme dans des conditions sèches.

Vendredi, les qualifications ne se sont pas si bien passées pour notre voiture. Brendon [Hartley] a réussi un tour rapide, mais a perdu du temps en raison du drapeau rouge. Quand la séance a repris, Brendon a été pris dans le trafic, ce qui a causé des problèmes pour déployer toute la puissance.

Au final, la moyenne de nos deux tours rapides ne nous a donné que la cinquième place, tandis que la voiture sœur a pris la pole position devant les trois Toyota.

Samedi, en course, Brendon a doublé la Toyota #9 après le départ et s'est retrouvé quatrième. Ensuite, Earl [Bamber] a pris le volant de la voiture à la fin du 49e tour, mais il a dû revenir au stand cinq tours plus tard à cause d'une crevaison lente.

À la mi-course, c'était à moi de monter dans la voiture, et il s'agissait de rattraper le retard. Après une bonne bagarre avec Neel [Jani], j'ai réussi à le doubler. Nous avons tiré profit du Full Course Yellow, mais Toyota aussi.

Brendon est de nouveau monté dans la voiture pour le dernier tiers de la course, et il attaquait fort, mais nous ne pouvions pas faire mieux que troisièmes. La crevaison lente nous a coûté du temps, et nous avons aussi rencontré beaucoup de dégradation pneumatique en raison du manque d'appui.

Nous ne pouvions pas battre les deux Toyota qui utilisaient la configuration à fort appui, mais nous avons terminé devant la troisième Toyota, qui utilisait comme nous un package aéro Le Mans. Ça nous donne confiance.

En prenant en compte notre stratégie aéro, deux podiums lors des deux premières courses de la saison, c'est bien. Nous n'aurons le package à fort appui qu'après Le Mans, pour la quatrième course au Nürburgring.

Ça nous donne plus de temps pour le développer, par rapport à Toyota, qui a déjà introduit le sien à Silverstone, et cette année, le règlement n'autorise que deux packages aérodynamiques pour la saison.

Nous avons un test d'endurance de 30 heures en Aragón, puis ce sera Le Mans !

partages
commentaires
Pla : "Deux relais avec les mêmes pneus en GTE, ce n'est pas super fun"
Article précédent

Pla : "Deux relais avec les mêmes pneus en GTE, ce n'est pas super fun"

Article suivant

Chronique Tristan Gommendy - De la baston à très, très haut niveau !

Chronique Tristan Gommendy - De la baston à très, très haut niveau !
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021