Course - Porsche organise son doublé après un duel fratricide

Après un début de course épique face à Toyota, Porsche a finalement dominé les 6 Heures du Nüburgring en signant le doublé. Vainqueurs au Mans le mois dernier, Brendon Hartley, Earl Bamber et Timo Bernhard s'imposent à nouveau.

Si la pluie, qui s'est abattue sur le Nüburgring dans la matinée, a représenté une menace plus ou moins constante durant toute la journée, elle a finalement laissé tranquille les concurrents du WEC, y compris au départ de l'épreuve. Un départ qui a été marqué par la défaillance technique inattendue de la Toyota #8, dès le tour de formation. Alors aux mains de Sébastien Buemi – contraint de respecter son engagement en Endurance et de ne pas défendre ses chances de titre en Formule E à New York –, la TS050 Hybrid qui occupait le quatrième rang de la grille de départ s'est retrouvée au ralenti. Un incident qui a d'ailleurs conduit la direction de course à ajouter un tour de formation supplémentaire, tandis que le Suisse a regagné son stand, où un problème de pompe à essence a finalement été réglé pour que le proto nippon reprenne la piste avec quelques tours de retard. 

L'autre Toyota, détentrice de la pole position, a conservé la tête de la course au départ, dans une première heure de folie qui a vu la #7 résister ardemment aux assauts des deux Porsche. Les images de cette lutte à trois LMP1 se frayant un chemin dans le trafic resteront marquantes !

C'est en début de deuxième heure que le constructeur allemand est passé un peu plus à l'attaque, avec une auto désormais équipée d'un kit aérodynamique à fort appui visiblement redoutable. Une offensive se traduisant par la prise de pouvoir de la 919 Hybrid #1, pilotée par Brendon Hartley, au détriment de la Toyota alors confiée à José Maria Lopez. Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que l'autre Porsche double à son tour la seule TS050 Hybrid en mesure de lutter pour la victoire, avant de voir les deux machines de Stuttgart s'engager dans un bras de fer fratricide tout en distançant peu à peu la #7. Évoluant à cinq tours des leaders, la Toyota #8 a quant à elle fait sa course pour finalement réintégrer le top 4 peu avant la moitié de l'épreuve. 

La Porsche #2 favorisée pour le championnat ?

La deuxième partie de course a tourné à l'affrontement à couteaux tirés entre les deux Porsche, non sans quelques frayeurs dans le trafic. Pour preuve, le contact entre la #1 et la Ford GT #67 lors d'un dépassement par l'extérieur, qui aura finalement coûté cher à la voiture américaine et pour lequel Nick Tandy a échappé, sans doute de peu, à la foudre des commissaires ! Dans la lutte opposant les deux Porsche de tête, une autre péripétie aura affecté la #2, avec une prise d'échappatoire pour éviter une Manor qui se trouvait alors en tête-à-queue, à deux heures de l'arrivée. 

À l'entame de la dernière heure, la Toyota #8 était reléguée à près d'un tour des deux 919, séparées quant à elles par moins de cinq secondes, à l'avantage de la #1. André Lotterer et Timo Bernhard se sont chargés du duel final, l'ancien pilote Audi parvenant finalement à se donner de l'air dans la dernière demi-heure, portant l'écart au-delà des dix secondes. Insuffisant toutefois à l'heure de l'ultime ravitaillement, l'arrêt de la #1 étant plus long que celui de la #2. Mieux placé au championnat, le trio Hartley-Bamber-Bernhard a ainsi repris le commandement pour ne plus le lâcher, pouvant ainsi creuser l'écart en tête du championnat après avoir empoché les points doublés de la victoire aux 24 Heures du Mans le mois dernier. Reste à savoir si Porsche a volontairement fait traîner l'arrêt au stand de la #1 pour favoriser la voiture sœur au championnat. 

Jackie Chan DC Racing reste sur son nuage

Dans les rangs de la très disputée catégorie LMP2, le Jackie Chan DC Racing a de nouveau brillé, dans la foulée de son exploit manceau. C'est de nouveau l'équipage #38 qui s'est distingué, avec une domination d'entrée. Oliver Jarvis, Ho-Pin Tung et Thomas Laurent se sont imposés malgré un changement de capot arrière pendant la course en raison d'un feu arrière défectueux. 

On notera l'abandon prématuré de l'Alpine #35 en raison d'une casse de la boîte de vitesses. C'est la voiture sœur du clan tricolore qui est monté sur le podium, derrière la deuxième place occupée par la Vaillante Rebellion #31. 

Résumer en quelques mots la bataille du GTE ne serait probablement pas à la hauteur des multiples combats en piste et du niveau toujours très élevé de la catégorie. On retiendra la victoire finalement revenue à la Ferrari #51, qui est parvenue à se défaire des deux Porsche 911 d'usine qui étaient à ses trousses. En LMGTE Am, c'est la Porsche #77 de Dempsey-Proton Racing qui s'impose. 

Avec Michaël Duforest

 6 Heures du Nürburgring

 PilotesÉquipeCat.TrsÉcartArrêts
1 germany Timo Bernhard 
new_zealand Brendon Hartley 
new_zealand Earl Bamber 
Porsche LMP Team LMP1 204   6
2 germany André Lotterer 
switzerland Neel Jani 
united_kingdom Nick Tandy 
Porsche LMP Team LMP1 204 1.606 6
3 japan Kamui Kobayashi 
united_kingdom Mike Conway 
argentina José María López 
Toyota Gazoo Racing LMP1 204 1'04.768 6
4 united_kingdom Anthony Davidson 
japan Kazuki Nakajima 
switzerland Sébastien Buemi 
Toyota Gazoo Racing LMP1 199 5 tours 7
5 united_kingdom Oliver Jarvis 
china Ho-Pin Tung 
france Thomas Laurent 
Jackie Chan DC Racing LMP2 191 13 tours 7
6 brazil Bruno Senna 
france Julien Canal 
portugal Filipe Albuquerque 
Vaillante Rebellion LMP2 190 14 tours 7
7 france Nicolas Lapierre 
united_states Gustavo Menezes 
united_kingdom Matt Rao 
Signatech Alpine Matmut LMP2 190 14 tours 7
8 brazil Pipo Derani 
denmark David Heinemeier Hansson
switzerland Mathias Beche 
Vaillante Rebellion LMP2 190 14 tours 7
9 china David Cheng 
france Tristan Gommendy 
united_kingdom Alex Brundle 
Jackie Chan DC Racing LMP2 189 15 tours 7
10 russia Roman Rusinov 
france Pierre Thiriet 
united_kingdom Ben Hanley 
G-Drive Racing LMP2 188 16 tours 8
11 russia Vitaly Petrov 
switzerland Simon Trummer 
mexico Roberto Gonzalez 
CEFC Manor TRS Racing LMP2 188 16 tours 7
12 france François Perrodo 
france Emmanuel Collard 
france Matthieu Vaxiviere 
TDS Racing LMP2 188 16 tours 7
13 spain Roberto Merhi 
switzerland Jonathan Hirschi 
thailand Tor Graves 
CEFC Manor TRS Racing LMP2 183 21 tours 8
14 italy Marco Bonanomi 
united_kingdom Oliver Webb 
austria Dominik Kraihamer 
ByKolles Racing Team LMP1 182 22 tours 6
15 united_kingdom James Calado 
italy Alessandro Pier Guidi 
AF Corse LMGTE PRO 179 25 tours 5
16 austria Richard Lietz 
france Frederic Makowiecki 
Porsche GT Team LMGTE PRO 179 25 tours 5
17 denmark Michael Christensen 
france Kévin Estre 
Porsche GT Team LMGTE PRO 179 25 tours 5
18 denmark Marco Sørensen 
denmark Nicki Thiim 
Aston Martin Racing LMGTE PRO 178 26 tours 5
19 united_kingdom Harry Tincknell 
united_kingdom Andy Priaulx 
Ford Chip Ganassi Team UK LMGTE PRO 178 26 tours 5
20 germany Stefan Mücke 
france Olivier Pla 
Ford Chip Ganassi Team UK LMGTE PRO 178 26 tours 5
21 united_kingdom Darren Turner 
united_kingdom Jonathan Adam 
brazil Daniel Serra 
Aston Martin Racing LMGTE PRO 177 27 tours 5
22 germany Christian Ried 
italy Matteo Cairoli 
germany Marvin Dienst 
Dempsey-Proton Racing LMGTE AM 175 29 tours 5
23 italy Francesco Castellacci 
spain Miguel Molina 
switzerland Thomas Flohr 
Spirit of Race LMGTE AM 175 29 tours 5
24 portugal Pedro Lamy 
canada Paul Dalla Lana 
austria Mathias Lauda 
Aston Martin Racing LMGTE AM 174 30 tours 5
25 finland Toni Vilander 
italy Davide Rigon 
AF Corse LMGTE PRO 174 30 tours 6
26 ireland Matt Griffin 
singapore Mok Weng Sun 
japan Keita Sawa 
Clearwater Racing LMGTE AM 173 31 tours 5
27 united_kingdom Michael Wainwright 
united_kingdom Ben Barker 
united_kingdom Nick Foster 
Gulf Racing LMGTE AM 173 31 tours 5
  united_kingdom Nigel Moore 
united_kingdom Philip Hanson 
Tockwith Motorsports LMP2 112 92 tours 9
  france Nelson Panciatici 
france Pierre Ragues 
brazil André Negrao 
Signatech Alpine Matmut LMP2 61 143 tours 4
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC
Événement Nurburgring
Circuit Nürburgring
Type d'article Résumé de course
Tags endurance, lmgte, lmp1, lmp2