WEC
13 août
-
15 août
Prochain événement dans
33 jours
C
Bahreïn
19 nov.
-
21 nov.
Prochain événement dans
131 jours

Ferrari pense au LMDh : "C'est parfait pour nous"

partages
commentaires
Ferrari pense au LMDh : "C'est parfait pour nous"
Par :
10 févr. 2020 à 16:45

Ferrari évalue un engagement dans la nouvelle catégorie LMDh, qui a été annoncée le mois dernier, mais insiste sur le fait de pouvoir construire son propre châssis.

Directeur de la compétition GT chez Ferrari, Antonello Coletta a qualifié de "bonne opportunité" pour le constructeur italien l'annonce conjointe faite le mois dernier par l'ACO et l'IMSA, en vue d'une réglementation commune à partir de 2021-2022. Selon lui, la réduction des coûts à travers le règlement LM Hypercar en WEC et la possibilité d'utiliser la même voiture en IMSA sont "parfaites pour nous" et pourraient conduire Ferrari à aligner son premier prototype depuis la 333 SP qui avait été lancée en 1994.

Lire aussi :

Cependant, le projet tel qu'il est présenté pour le LMDh implique le développement d'une auto autour d'un châssis LMP2, comme c'est actuellement le cas en DPi, et cela pourrait s'avérer problématique pour Ferrari. "Nous espérons [pouvoir] avoir un châssis Ferrari, c'est une nécessité", prévient Coletta. "C'est important d'avoir un lien direct avec nos voitures de série. Par définition, nous fabriquons une Ferrari." L'intérêt pour un prototype LMDh propulsé par un moteur Ferrari serait moindre de la part des clients et des collectionneurs que pour ce que Coletta appelle une "Ferrari totale".

Il pense que les souhaits de Ferrari peuvent être accommodés au sein de la réglementation LMDh, qui devrait être présentée sous une forme plus complète au mois de mars, lors du double rendez-vous de Sebring en IMSA et en WEC. "Nous avons parlé avec tous les partenaires de l'IMSA et de l'ACO, et les discussions sont ouvertes", affirme-t-il. "Pour le moment, je préfère ne pas trop en parler. Nous attendons Sebring, où nous espérons avoir le règlement définitif."

Selon Coletta, Ferrari estime que la réglementation LMDh permettrait encore de réaliser des économies significatives par rapport au LM Hypercar, même en produisant une auto autour de son propre châssis. Il laisse entendre que ce ne serait pas un problème de développer une voiture utilisant un train roulant fourni par l'un des quatre constructeurs LMP2 agréés, tant que Ferrari pourrait utiliser son propre châssis et son propre moteur. "Si l'on prend toutes les pièces du DPi [LMDh], les mêmes freins, le même système hybride, les mêmes suspensions, les coûts seront plus faibles", explique-t-il.

Pour Coletta, un programme LMDh en WEC serait à un niveau de dépenses similaire à l'actuel engagement de Ferrari en LMGTE Pro avec AF Corse. "Avec notre budget, je pense que c'est possible de se battre dans la nouvelle catégorie", ajoute-t-il, précisant également qu'aucune décision n'a été prise par Ferrari avant l'annonce de Sebring.

Article suivant
Mazda voit dans le LMDh une "opportunité" de retour au Mans

Article précédent

Mazda voit dans le LMDh une "opportunité" de retour au Mans

Article suivant

Porsche annonce ses pilotes avec un équipage 100% français au Mans

Porsche annonce ses pilotes avec un équipage 100% français au Mans
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC , IMSA
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Gary Watkins