WEC 1000 Miles de Sebring

Ferrari n'a jamais envisagé la victoire à Sebring

Ferrari ne s'attendait pas à rivaliser avec Toyota à Sebring, même si la 499P #50 s'élançait en pole position.

Départ : #50 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen leads

Bien que la Ferrari 499P ait signé le meilleur temps des qualifications des 1000 Miles de Sebring pour sa première sortie en WEC, le constructeur italien savait avant même de prendre le départ que le rythme de son Hypercar sur de plus longues distances ne pouvait égaler celui des Toyota GR010, qui ont signé un écrasant doublé.

Ainsi, la troisième place décrochée par le trio Antonio Fuoco, Miguel Molina et Nicklas Nielsen satisfait amplement Ferdinando Cannizzo, directeur technique de Ferrari Sportscar Racing.

"Après la pole, nous savions que la course serait une autre histoire", a-t-il indiqué. "La pole n'était qu'une indication que le travail que nous avions fait jusqu'alors était excellent mais, en même temps, nous savions parfaitement que ce n'était qu'une étape. Un podium est un bon résultat, c'est le maximum que nous pouvons atteindre selon nous. Aucun problème sur nos deux voitures, c'était notre premier objectif. Le second était le podium, et c'est ce qui s'est passé. Nous devons être satisfaits de notre première course."

Antonello Coletta, responsable du programme sportif de Ferrari, a tenu le même discours : "Nous avons dépassé les objectifs que nous nous étions fixés étant donné que nous voulions un podium, nous avons ajouté à cela une magnifique pole position. Nous sommes heureux et, en même temps, conscients qu'il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir."

Ferrari AF Corse 499P #50 : Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen

Ferrari AF Corse 499P #50 : Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen

En ralliant l'arrivée avec deux tours d'avance sur la Ferrari #50, Toyota "a prouvé la valeur de l'expérience", selon Cannizzo. "Nous devons clairement accumuler plus d'expérience, analyser les données et voir ce que nous pouvons mieux faire", a-t-il ajouté. "Il y a des choses que nous pouvons améliorer, nous nous y attendions."

Le responsable a également estimé que ses machines avaient éprouvé des difficultés à se faufiler dans le trafic et à gérer l'usure des pneus par rapport aux Toyota. "Ce que nous avons trouvé très difficile, c'est d'être dans le trafic", a-t-il expliqué. "Nous pouvons certainement nous améliorer au niveau de la dégradation des pneus : nous étions en difficulté dans la dernière partie du deuxième relais."

La seconde Ferrari, partagée par Antonio Giovinazzi, Alessandro Pier Guidi et James Calado, a perdu 19 minutes dans les stands après un contact avec une GT ayant endommagé la suspension. La #51 a terminé quinzième du classement général, septième de la catégorie Hypercar, avec 11 tours de retard sur les Toyota.

Lire aussi :

Voir aussi :

Article précédent Peugeot : "On fera ce qu’il faut pour que cela s’améliore"
Article suivant Isotta Fraschini va débuter les tests en piste de son Hypercar

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France