Filmée à Fiorano, l'hypercar Ferrari a roulé trois jours

Ferrari a bouclé un programme de trois jours de roulage pour la toute première sortie en piste de son hypercar, destinée au WEC et aux 24 Heures du Mans en 2023.

Charger le lecteur audio

Baptisée mercredi lors d'un shakedown qui s'est déroulé sur la piste de Fiorano, la nouvelle hypercar de Ferrari a enchaîné avec deux journées d'essais supplémentaires sur le circuit privé de la Scuderia. Après avoir eu le privilège de réaliser les tours de roue à la LMH conçue dans les ateliers de Maranello, Alessandro Pier Guidi a partagé jeudi son programme avec Nicklas Nielsen. Vendredi, la nouvelle auto était à nouveau en piste, cette fois aux mains d'Andrea Bertolini et de Davide Rigon. Les ingénieurs du constructeur italien ont, a priori, bouclé le programme voulu au cours de ces trois journées.

"C'était un véritable honneur d'être l'un des premiers pilotes à conduire cette merveilleuse voiture", a confié Davide Rigon. "C'est une véritable Ferrari, dans tous les sens du terme. Dès la première accélération, on a une immense confiance, il y a un bon freinage, un excellent comportement, et les sensations sont géniales au volant."

Désormais, Ferrari va se tourner vers un programme d'essais plus intense et sur d'autres circuits, qui devrait débuter "d'ici 15 ou 20 jours" selon Antonello Coletta, directeur du département Attivita Sportive GT. L'objectif de la marque est d'être prête à entrer en compétition pour la manche d'ouverture du FIA WEC au printemps 2023, à Sebring. Les détails techniques de cette LMH sont à ce jour inconnus, et les dirigeants de Ferrari refusent encore de les préciser, notamment en ce qui concerne la motorisation associée au système hybride autorisé au niveau de l'essieu avant. Le secret sera probablement gardé jusqu'à l'homologation de la voiture auprès de l'ACO et de la FIA.

En ce qui concerne les pilotes, la volonté de Ferrari est toujours de s'appuyer sur les membres du programme GT du Cheval cabré, comme l'ont confirmé les premiers essais menés en Italie cette semaine. "On préfère choisir parmi notre line-up existant", insiste Antonello Coletta. "C'est notre rêve, mais je n'ai pas la réponse définitive. Franchement, si nos pilotes sont compétitifs et forts [pendant les essais privés], pourquoi devrions-nous changer ? Je préfère courir avec des pilotes qui font partie de la famille."

Avant les 24 Heures du Mans, Ferrari avait notamment organisé une séance d'essais pour ces pilotes à bord d'une Oreca 07 LMP2, dans le but de les familiariser avec le pilotage d'un prototype.

Lire aussi :
partages
commentaires
Les hypercars toutes réunies en une demi-seconde à Monza !
Article précédent

Les hypercars toutes réunies en une demi-seconde à Monza !

Article suivant

Glickenhaus et Peugeot haussent le rythme avant les qualifs à Monza

Glickenhaus et Peugeot haussent le rythme avant les qualifs à Monza