WEC
C
6H de Spa-Francorchamps
01 mai
Course dans
54 jours
C
6H de Monza
18 juil.
Course dans
132 jours
C
6H de Fuji
26 sept.
Course dans
201 jours
C
6H de Bahreïn
20 nov.
Course dans
257 jours

Menezes a convaincu Peugeot : "Je ne suis pas arrivé ici pour rien"

Si Gustavo Menezes s'estime "chanceux" de figurer dans les plans de Peugeot en Endurance, il rappelle aussi avoir consenti de nombreux efforts et avoir signé des performances qui lui ont permis de taper dans l'œil du constructeur français.

Menezes a convaincu Peugeot : "Je ne suis pas arrivé ici pour rien"

Choisi par Peugeot Sport pour être l'un des six pilotes titulaires du programme Hypercar, Gustavo Menezes voit les nombreux efforts consentis en WEC porter leurs fruits. À 26 ans, le pilote américain va intégré un programme d'usine envié et pourra nourrir de grosses ambitions, parmi lesquelles celle de triompher un jour aux 24 Heures du Mans. La victoire dans la Sarthe, il l'a déjà connue en 2016 dans la catégorie LMP2, mais c'est cette fois-ci le Graal du classement général qu'il veut aller chercher.

Le parcours en Endurance de Menezes, qui avait d'abord tenté de percer en monoplace, est celui d'un jeune homme qui a parfaitement gravi les échelons au sein de sa nouvelle discipline ces cinq dernières années. Il a d'abord fait les beaux jours d'Alpine en LMP2, avant de rejoindre Rebellion en LMP1 lors de la Super Saison 2018-2019. Avec la structure suisse, il a connu le succès à trois reprises en WEC. Ses performances ont été scrutées et n'ont pas manqué de taper dans l'œil de Peugeot, qui a mené un travail minutieux avant de choisir les hommes de base de son retour en Endurance.

Lire aussi :

Pour Menezes, il y a toutefois une performance qui a probablement compté plus que les autres aux yeux de l'état-major du Lion : son tour de qualification en septembre dernier lors du nouveau format Hyperpole aux 24 Heures du Mans. Il avait alors réussi à s'intercaler entre les deux Toyota pour placer la Rebellion R-13 sur la première ligne de la grille de départ.

"Je suis extrêmement chanceux d'être l'un des six qu'ils ont choisis parmi les centaines [de pilotes] qu'ils ont pris en considération", confie Menezes à Motorsport.com. "Mais je ne suis pas arrivé ici pour rien : un travail acharné et un bon timing m'y ont mené. J'ai le sentiment qu'il y a certains moments de la vie qui peuvent changer le chemin que l'on emprunte, par exemple les qualifications des 24 Heures du Mans l'an dernier. J'ai pu extraire le meilleur de moi-même et de la voiture, et je crois que ça a certainement contribué à attirer l'attention des gens."

"Ensuite, tout s'est fait au bon moment. J'ai tout mis sur la table le bon jour, quand l'opportunité s'est présentée. Je suis honoré d'être dans ce line-up car tous ceux qui en sont méritent d'y être, ce sont tous des pilotes talentueux. J'ai couru contre tous, et ils sont tous forts. Maintenant, le temps est venu pour nous tous de travailler ensemble et de montrer que Peugeot a fait le bon choix."

L'humain est "une part importante"

#1 Rebellion Racing Rebellion R-13 - Gibson: Gustavo Menezes

Outre Menezes, Peugeot a choisi de confier sa future Hypercar à Loïc Duval, Jean-Éric Vergne, Kevin Magnussen, Paul Di Resta et Mikkel Jensen. James Rossiter a également été recruté en qualité de pilote de réserve et de développement. Outre les performances en piste, Menezes insiste sur l'aspect humain qui est également un critère de réussite essentiel en Endurance.

"Il y a des dizaines de pilotes qui sont performants à haut niveau, mais je crois que Peugeot a fait un excellent travail pour sélectionner son line-up", estime-t-il. "Entre nous six, – sept si l'on inclut Rossiter qui est un très bon ami à moi et une vraie bête de simulateur – il y a une très bonne alchimie. J'ai connu ça l'année où nous avons remporté le championnat avec Alpine [en LMP2], et Peugeot a fait du bon boulot pour se souvenir que c'était une part importante."

À l'heure actuelle, l'Hypercar française est encore en cours de conception, avec une première apparition en piste attendue pour la fin de l'année. Son entrée en compétition est quant à elle prévue pour 2022, sans date précise et sans certitude encore de la voir au Mans dès le mois de juin de l'année prochaine. En attendant, Menezes est assuré de courir en WEC cette année puisqu'il sera en Hypercar avec Glickenhaus, un programme auquel Peugeot ne s'est pas opposé.

"Cela n'enlève rien au fait que je vais tout donner avec Glickenhaus pour essayer de gagner les 24 Heures du Mans", insiste-t-il. "Ce serait le rêve absolu de gagner au Mans avec une équipe américaine. Lorsque j'ai signé avec Glickenhaus, je recherchais un engagement pour cette année, et Peugeot cherchait quelque chose pour l'année prochaine, donc tout s'est parfaitement aligné."

Propos recueillis par Jamie Klein 

Revivez l'Hyperpole des 24 Heures du Mans 2020

partages
commentaires
Loïc Duval reprend son "travail inachevé" avec Peugeot

Article précédent

Loïc Duval reprend son "travail inachevé" avec Peugeot

Article suivant

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC
Pilotes Gustavo Menezes
Équipes Peugeot Sport
Auteur Basile Davoine
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020
Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or Prime

Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or

Audi a annoncé travailler sur un retour aux 24 Heures du Mans : on pourrait donc enfin assister à la lutte que l'on avait espérée en 2012, entre le constructeur allemand, Peugeot et Toyota. Ce choix vient aussi crédibiliser la formule LMDh, dans laquelle d'autres marques pourraient s'engouffrer ultérieurement.

WEC
2 déc. 2020