Kévin Estre de retour en WEC avec Proton Competition

Pilote officiel Porsche en GT, Kévin Estre n'avait plus retrouvé le WEC sur une épreuve autre que Le Mans depuis Spa 2015. De retour avec Proton Competition pour remplacer Patrick Long, le Français veut bien figurer.

Kévin Estre de retour en WEC avec Proton Competition
#91 Porsche Motorsport Porsche 911 RSR: Kevin Estre
#4 ByKolles Racing CLM P1/01: Simon Trummer, Pierre Kaffer, Oliver Webb, #91 Porsche Motorsport Porsche 911 RSR: Nick Tandy, Patrick Pilet, Kevin Estre
#91 Porsche Motorsport Porsche 911 RSR: Patrick Pilet et Kevin Estre
#88 Proton Racing Porsche 911 RSR: Khaled Al Qubaisi, David Heinemeier Hansson, Patrick Long
#911 Manthey Racing, Porsche 911 GT3 R: Kevin Estre de retour au stand après son accident
#88 Proton Racing Porsche 911 RSR: Khaled Al Qubaisi, David Heinemeier Hansson, Patrick Long

Malheureux au Mans en juin dernier, au volant de la 911 RSR GTE-Pro d'usine, Kévin Estre retrouve ce week-end, le volant d'une GT allemande en WEC. En GTE Am, cette fois-ci, avec la n°88 du Proton Competition, en remplacement de Patrick Long, aux côtés de Khaled Al Qubaisi et David Heinemeier Hansson.

Motorsport.com - C'est votre grand retour en WEC, avec une écurie que vous découvrez. Comment abordez-vous ce défi ?

Kévin Estre - Autrement qu'au Mans, en P2, puis en GT cette année avec Porsche, je n'avais pas pris part à une manche du WEC depuis Spa-Francorchamps en 2015. Je vais également rouler avec Proton, une équipe que je découvre. L'objectif est d'aller chercher le meilleur résultat possible. L'idée, c'est de consolider la position au championnat, voire de l'améliorer. Proton est deuxième du championnat en GTE Am, et il y a encore des chances pour l'écurie d'aller chercher une meilleure position (face à la Ferrari 458 de François Perrodo-Emmanuel Collard-Rui Aguas, ndlr). L'équipe va évidemment compter sur moi pour suppléer au mieux l'absence de Patrick.

Comment s'est décidée votre participation à l'épreuve d'Austin ?
C'est envisagé depuis un petit moment, même si on ne l'a officialisé que récemment. On savait que Patrick Long serait pris avec le Pirelli World Championship, et comme il y avait aussi la manche de championnat Tudor, peu de pilotes étaient disponibles pour l'épreuve.

Austin, est-ce un circuit que vous connaissez ?
J'y ai déjà couru en Pirelli World Challenge, l'an dernier. Le circuit est vraiment plaisant. On retrouve un peu de tout dans le tracé. Des courbes rapides, plus lentes, de gros freinages. C'est très rythmé. Il est atypique pour un circuit américain, avec des grands dégagements, qui font penser aux tracés européens. Je le place dans le top 5 de mes circuits favoris.

Côté performance, voyez-vous les Porsche se rapprocher de la tête de catégorie, en Pro comme en Am ?
En GTE Pro, il y a eu du mieux depuis Le Mans, où ça n'a pas été simple. Au Mexique, on a pu voir les progrès. Après, cela dépend aussi du circuit, de comment on fait marcher les pneus. En GTE Am, c'est pareil. Mais je pense que nous devrions être à l'aise au Circuit des Amériques. Chez les amateurs cependant, en course, le gentleman driver vient faire la différence. De notre côté, je pense que nous avons de quoi bien figurer.

partages
commentaires
Toyota sur ses bons appuis avant les 6 Heures d'Austin

Article précédent

Toyota sur ses bons appuis avant les 6 Heures d'Austin

Article suivant

La passe de quatre pour Porsche à Austin ?

La passe de quatre pour Porsche à Austin ?
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021