WEC
C
Bahreïn
19 nov.
Prochain événement dans
98 jours

Lapierre - Avec Alpine, on est clairement là pour gagner

partages
commentaires
Lapierre - Avec Alpine, on est clairement là pour gagner
Par :
26 mars 2016 à 16:45

B.D., Le Castellet - Après une victoire au Mans l'an passé, Nicolas Lapierre est désormais l'un des fers de lance du programme Alpine LMP2 en WEC. Il fera équipe avec Gustavo Menezes et Stéphane Richelmi, à bord d'une ORECA 05 devenue Alpine A460.

Nicolas, quelques mots tout d'abord sur votre intégration dans l'équipe et sur les débuts de ce nouveau programme ?

"Ça se passe super bien. J’ai l’avantage de déjà bien connaître les membres fondateurs et les piliers de cette équipe [Signatech], qui sont les mêmes qu’à l’époque où je roulais en Formule 3, même si ça fait plus d’une dizaine d’années. Ça aide beaucoup à l’intégration, je n’arrive pas en terrain inconnu. C’est aussi une voiture que je connais bien, donc c’est une nouvelle équipe mais au final, je me sens un peu comme chez moi quand même."

C'est une voiture que vous connaissez bien, sur quoi est-il possible de travailler pour la faire évoluer ? 

"On peut juste travailler sur le set-up. Des réelles évolutions, il n'y en a pas, c'est clair. Après il a fallu apprendre cette nouvelle voiture avec l’équipe, car par rapport à l’ancienne c’est quand même une grosse étape, donc pour eux c’était quelque chose de très nouveau. Maintenant, on a l’avantage d’avoir deux voitures donc c’est sûr que ça aide beaucoup, surtout que les essais sont quand même assez limités ; ça nous a permis de progresser beaucoup plus vite aussi."

Comment se passe l'échange entre les deux équipes sur les deux voitures ?

"C’est très ouvert, on a des programmes parfois similaires, parfois différents, et puis en fin de journée on croise les informations, donc c’est un gros plus et ça le sera toute l’année, encore plus sur les week-ends de course, où les essais libres sont vraiment réduits. Ce n’était pas facile à mettre en place en termes d’organisation mais maintenant que l’équipe est préparée à ça, je pense que ce sera vraiment un avantage cette année."

#36 Signatech Alpine A460: Nicolas Lapierre

C'est une voiture que vous avez pilotée l'an dernier avec deux équipes (KCMG et Thiriet by TDS Racing), que vous aurez aussi en ELMS (avec Dragon Speed) : est-ce que ça vous permet d'apporter un retour plus important par rapport à vos coéquipiers ?

"Il y a plein de petits détails que je maîtrise mieux, aussi sur le fait d’avoir un cockpit fermé, c’est un peu différent d’une voiture ouverte. Toutes les petites astuces que j’ai pu apporter à l’équipe ont été précieuses en début de saison. Ça nous a permis de progresser plus vite et d’être là où on en est aujourd’hui, même si c’est une toute nouvelle voiture pour l’équipe."

Qu'est-ce que qu'on entend par différences entre le cockpit ouvert et fermé ?

"Ça change pour les changements de pilotes, la température, la buée, l’essuie-glace… Il y a un paquet de facteurs qu’on sous-estime souvent quand on passe d’une voiture ouverte à une voiture fermée. Au final, ce sont des petites choses qui peuvent faire la différence : le pare-brise, le nettoyage du pare-brise, toutes ces petites choses qui paraissent anodines mais qui, au final, peuvent faire une vraie différence sur une course d’Endurance."

Quels sont les objectifs avec ce programme cette saison ?

"C’est clairement la gagne. On vient là pour gagner, on a un équipage, une voiture et une équipe pour jouer les avant-postes. C’est une voiture qui a gagné au Mans l’an dernier [avec KCMG], qui a été forte en WEC. Je suis avec deux rookies, mais ce sont deux rookies qui ont vraiment un état d’esprit qui colle à l’Endurance donc c’est à mes yeux le plus important. Quand on a discuté avec Philippe [Sinault, Team Principal] cet hiver des différents coéquipiers, je lui avais dit que l’expérience était importante dans cette catégorie, mais le plus important c’est vraiment l’état d’esprit des pilotes auxquels on va s’associer. Là on a vraiment trouvé des personnes qui vont coller à cet esprit de l’Endurance."

#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi

Comment se passe l'apprentissage des nouveaux pneus Dunlop ?

"On a fait trois jours d’essais avec en Espagne, là on recommence. C’est différent du LMP1, car en LMP2, il faut vraiment s’adapter aux pneus. On le sait, on nous donne des pneus et il faut faire avec, il faut régler la voiture et le pilotage autour de ça, donc c’est pour ça qu’on a fait trois jours d’essais en Espagne. Ça se passe plutôt bien avec eux et on sait qu’ils sont performants, on sait qu’au Mans ils sont endurants et fiables, donc il n’y a aucun souci."

Sur le plan personnel, après une année un peu "touche-à-tout", ça fait du bien de retrouver deux programmes clairement définis ? 

"C’est sûr que c’était une des priorités de cette année. L’an dernier c’est vrai que tout s’est décidé assez tard, la situation n’était pas très claire avec Toyota, et au final j’ai fait un petit peu le mercenaire à gauche et à droite, mais ça ne m’a pas déplu, j’ai pu avoir des expériences différentes comme le WTCC et puis courir pour différentes équipes en P2. Mais au final c’est vrai que la stabilité pour un pilote est importante et je suis très content cette année de faire le WEC et l’ELMS."

Prologue - Le meilleur chrono du week-end pour Porsche

Article précédent

Prologue - Le meilleur chrono du week-end pour Porsche

Article suivant

Buemi - "Rien à voir avec mars 2015"

Buemi - "Rien à voir avec mars 2015"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Prologue
Lieu Circuit Paul Ricard
Pilotes Nicolas Lapierre
Équipes Signatech
Auteur Basile Davoine