WEC
13 août
EL2 dans
13 Heures
:
05 Minutes
:
32 Secondes
C
Bahreïn
19 nov.
Prochain événement dans
97 jours

Lapierre - "Une grosse responsabilité" de piloter pour Alpine

partages
commentaires
Lapierre - "Une grosse responsabilité" de piloter pour Alpine
Par :
27 mars 2016 à 11:00

Le pilote français évoque la pression qu'il ressent à l'idée de piloter pour un nom aussi emblématique, qui réveille sa fibre patriote.

#36 Signatech Alpine A460: Nicolas Lapierre
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi

B.D., Le Castellet - Partie prenante de l’aventure Toyota en LMP1 de 2012 à 2014, Nicolas Lapierre a traversé une période difficile quand il a perdu la confiance du constructeur japonais, il y a un an et demi, laissant son baquet vacant à Mike Conway. Mais le Français a su rebondir rapidement et, malgré une année 2015 durant laquelle il a multiplié les piges, il a notamment conquis la victoire aux 24 Heures du Mans dans la catégorie LMP2 avec KCMG. 

Une catégorie qu’il retrouve avec un programme complet en WEC cette saison, toujours au volant d’une ORECA 05. À un détail près… Si la voiture est bien la même que celle qu’il connaît déjà, elle est rebaptisée A460 dans le cadre de l’engagement d’Alpine en Endurance. 

Pour Lapierre, qui cumule avec un second programme en ELMS avec Dragon Speed - là aussi au volant d’une ORECA 05 - c’est un sentiment particulier de représenter le constructeur français, ou plutôt une véritable "marque passion". 

"C’est une grosse responsabilité, c’est avant tout une fierté", résume Lapierre au micro de Motorsport.com. "C’est vrai qu’Alpine c’est vraiment une marque passion, et j’ai pu m’en rendre compte sur les réseaux sociaux quand j’ai rejoint l’équipe ; on se rend compte de l’engouement qu’il y a autour d’Alpine."

Un engouement sous-estimé

Un engouement que le pilote de 31 ans admet ne pas avoir imaginé à ce point important avant d’endosser la combinaison bleue : "Clairement ; je connaissais la marque, mais l’engouement des gens autour de cette marque, je l’avais clairement sous-estimé."

De par le passé d’Alpine en Endurance, et pour ce que le nom représente pour le grand public français, Nicolas Lapierre souligne la pression qui peut reposer sur les épaules des pilotes, qui plus est avec de véritables objectifs de victoire. 

"C’est vrai que c’est une fierté de monter dans une voiture bleue avec le drapeau bleu blanc rouge ; en plus je suis assez patriote, donc c’est vrai que ça fait toujours quelque chose et c’est vrai que c’est une source de motivation. C’est aussi quelque part une responsabilité et une pression supplémentaire, quand on sait les résultats qu’a eu Alpine au Mans. On sait qu’on est dans une position dans laquelle on n’a pas le droit de décevoir, donc ça ajoute une petite pression aussi."

Prologue 2016 - Les chronos cumulés

Article précédent

Prologue 2016 - Les chronos cumulés

Article suivant

Stevens espère une longue carrière en WEC après la F1

Stevens espère une longue carrière en WEC après la F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Prologue
Lieu Circuit Paul Ricard
Pilotes Nicolas Lapierre
Équipes Signatech
Auteur Basile Davoine